webleads-tracker

  • Suivez-nous sur Twitter
  • Suivez-nous sur YouTube
  • Abonnez-vous à notre flux RSS
Les emplois
Couverture de Le Journal de la Marine Marchande

Le Journal de la Marine Marchande

Actualités

La part de trafic mondial du bassin méditerranéen est estimée à 19 % et représente 25 % des lignes conteneurisées et 30 % du trafic pétrolier. -
© AFD Méditerranée et développement portuaire Deux rapports présentés à Naples et Civitavecchia ont souligné l’importance du...
La communauté portuaire et Haropa Port du Havre ont signé un accord pour limiter l’impact financier des perturbations sur le tissu économique havrais. -
© Fotolia Haropa signe un accord de place sur les frais de stationnement des conteneurs Un accord relatif aux frais de stationnement prolongé des conteneurs vient d'être...
Emanuele Gri­maldi a annoncé le lancement d’une 5e&nsbp;génération de rouliers et de ropax appelée G5GG (Grimaldi 5e Gé­nération Green), les plus grands au monde à opérer dans le secteur du shortsea. -
© DR Shortsea : Grimaldi fait du marché méditerranéen sa priorité Préparation d’une nouvelle génération de très grands ro-ro/ropax pour le shortsea,...
Un délégué syndical rappelle que les effectifs du Havre ont fondu ces dernières année. En 2013, la fermeture des lignes Afrique avait eu pour conséquence le transfert de 171 salariés vers Marseille. -
© DR 69 postes supprimés en 2017 chez CMA CGM : les syndicats réagissent L’annonce a été officiellement faite à l’occasion d’un comité central...
L’International Chamber of shipping (ICS) s’est félicitée de la prolongation de l’opération Atalante par le conseil de l’Union européenne (UE) prise le 28 novembre. -
© Ministère de la Défense Piraterie : l’opération Atalante prolongée pour 2 ans L’International Chamber of Shipping (ICS) a salué la décision du Conseil européen de...
L’accord de The Alliance pose les mêmes problèmes que pour l’Ocean Alliance, estime le département antitrust du DOJ : échange d'informations sensibles du point de la vue de la concurrence notamment. -
© Hapag Lloyd États-Unis : vives interrogations sur les alliances En réponse à la demande d’avis émis par la Federal Maritime Commission (FMC), le...
Drewry a compté 64 navires qui devraient être livrés au cours de l’année 2017, soit un essor de la flotte de VLGC de 12 %. -
© DR Trop de navires sur le marché du transport d'hydrocarbures Pour le consultant Drewry, les perspectives sur le marché du transport d'hydrocarbures...
Dans une étude, le Global Shippers Forum (GSF) appelle les agences chargées de la concurrence du monde entier à bien examiner les conséquences des fusions-acquisitions. -
© Maersk Transport maritime : une étude encourage à examiner les conséquences des fusions-acquisitions Dans une étude, le Global Shippers Forum (GSF) appelle les agences chargées de la...
S'abonner
Par Marianne Peyri
exploitant 01/06/2016

Le Verdon : Europorte fait marche arrière

Coup de théâtre pour le projet de Terminal Conteneurs du Sud-Ouest (TCSO). Europorte vient de résilier son contrat avec la société de manutention Société de Manutention Portuaire d’Aquitaine (SMPA) et sa convention avec le Grand Port Maritime de Bordeaux (GPMB).

Intégré au groupe Eurotunnel, Europorte avait remporté en 2014 l’appel à candidatures lancé par le Grand port maritime de Bordeaux (GPMB) pour l’exploitation du terminal portuaire du Verdon à l’arrêt depuis février 2013.

L’objectif ? Créer un grand hub conteneurs à la pointe du Médoc, agrégeant les trafics actuels de Bassens des armateurs MSC et CMA-CGM, assurer des liaisons ferroviaires vers la métropole et monter en puissance, avec des chiffres de trafic potentiel annoncé au départ à plus de 100 000 EVP par an.

Investi sur la partie ferroviaire – Europorte avait annoncé le recrutement de 12 agents au sol et conducteurs et l’achat de deux locomotives neuves (8 M€), le nouvel exploitant semble désormais faire machine arrière.

Il a procédé, la semaine dernière, à la résiliation de ses contrats avec le GPMB et la SMPA (Société de Manutention Portuaire d’Aquitaine), estimant que cette dernière n’avait pas tenu ses engagements et réuni les conditions pour lancer le projet.


SMPA se dit pourtant "prêt"

Annoncée initialement pour l’automne 2015, la relance du terminal du Verdon, n’a de fait cessé d’être ajournée. Suite à la réception de l’outillage -portiques et cavaliers- en novembre 2015, de nombreux obstacles se sont dressés : négociations sur les conditions d’emplois du personnel manutentionnaire, certification de l’outillage, organisation de la formation de ce personnel sur les nouveaux engins, accord puis volte-face sur la question de création d’un groupement d’employeurs…

Autant de péripéties et d’étapes qui, pourtant désormais, seraient franchis, selon la communauté portuaire bordelaise, abasourdi et perplexe face à la décision de résiliation d’Europorte. "Tout est prêt", assure ainsi Laurent Goutard, DG adjoint de SMPA, société créée en 2015 par Pascal Reyne pour assurer la partie manutention maritime au Verdon.

"Nous avons investi 10 M€ pour équiper le terminal en portiques et cavaliers, recruté, obtenu l’accord des syndicats sur les conditions d‘employabilité, organiser la formation des dockers qui est bientôt terminée avec des équipes d’ores et déjà opérationnelles. Le trafic peut démarrer", liste Laurent Goutard, qui estime que SMPA a rempli "tous ses engagements" et qui précise bien que "sur le volet économique, nos tarifs n’ont pas varié".


Un projet pas assez rentable ?  

Car tel est bien peut-être l’un des nœuds du problème. Dans la communauté portuaire bordelaise, on s’étonne en effet, à ce stade du projet, de l’absence de démarches commerciales de la part d’Europorte ou de la non-tenue d’un comité de pilotage avec les compagnies et les transitaires.

En réunion avec le Port de Bordeaux, la semaine dernière, l’un des co-présidents de l’Union Maritime et portuaire de Bordeaux (UMPB), Julien Bas, surpris qu’une note ne soit pas remise sur les offres commerciales proposées aux compagnies, suppose ainsi que "le nerf de la guerre, c’est l’économie et la compétitivité".

Précisant que, dès le départ, l’UMPB avait pointé des études de marché, selon eux, "gonflées", il rappelle combien ce projet a été "voulu" par le Port de Bordeaux. "Or, un projet se personnalise en fonction des attentes du terrain et non par une incantation sur des plaquettes glacées".


Absence de démarches commerciales

Chez SMPA, la même crainte prévaut. "Nous sommes en effet inquiets depuis trois mois de voir l’absence de démarches commerciales et du silence d’Europorte, alors que notre société a investi lourdement et doit supporter des charges", confie Laurent Goutard, dont la société SMPA, a, de fait, début mai 2016, assigné Europorte devant le tribunal de commerce pour la mise en œuvre des contrats de manutention. 

A la demande de la députée du Médoc Pascale Got et d’élus locaux, un médiateur devrait être nommé par le ministère des Transports. 

© Tous droits réservés

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Z-Transport maritime                -
                Le Verdon : Europorte fait marche arrière
Début mai, SMPA a assigné Europorte devant le tribunal de commerce pour la mise en œuvre des contrats de manutention. © MP

LE CARREFOUR DU JMM

Paris Africa Ports

20 mai 2016 à Paris

Deux tables rondes :
> De la congestion à la surcapacité des terminaux à conteneurs
> Roulier : les besoins des clients en Afrique

Hôtel d'Aubusson
33 rue Dauphine
75006 PARIS

Compte-rendu Palmarès des awards

Agenda

2016
08
Le 08/12/2016
CONFÉRENCE SUPPLY CHAIN AGILE
Toulouse
2017
24
25
Du 24/01/2017 au 25/01/2017
44e Rencontres de la Mobilité Intelligente
Montrouge
2017
20
22
Du 20/06/2017 au 22/06/2017
PREVENTICA
Paris
Voir toutes les manifestations
Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :