webleads-tracker

  • Suivez-nous sur Twitter
  • Suivez-nous sur YouTube
  • Abonnez-vous à notre flux RSS
Les emplois
Couverture de Le Journal de la Marine Marchande

Le Journal de la Marine Marchande

Actualités

La part de trafic mondial du bassin méditerranéen est estimée à 19 % et représente 25 % des lignes conteneurisées et 30 % du trafic pétrolier. -
© AFD Méditerranée et développement portuaire Deux rapports présentés à Naples et Civitavecchia ont souligné l’importance du...
La communauté portuaire et Haropa Port du Havre ont signé un accord pour limiter l’impact financier des perturbations sur le tissu économique havrais. -
© Fotolia Haropa signe un accord de place sur les frais de stationnement des conteneurs Un accord relatif aux frais de stationnement prolongé des conteneurs vient d'être...
Emanuele Gri­maldi a annoncé le lancement d’une 5e&nsbp;génération de rouliers et de ropax appelée G5GG (Grimaldi 5e Gé­nération Green), les plus grands au monde à opérer dans le secteur du shortsea. -
© DR Shortsea : Grimaldi fait du marché méditerranéen sa priorité Préparation d’une nouvelle génération de très grands ro-ro/ropax pour le shortsea,...
Un délégué syndical rappelle que les effectifs du Havre ont fondu ces dernières année. En 2013, la fermeture des lignes Afrique avait eu pour conséquence le transfert de 171 salariés vers Marseille. -
© DR 69 postes supprimés en 2017 chez CMA CGM : les syndicats réagissent L’annonce a été officiellement faite à l’occasion d’un comité central...
L’International Chamber of shipping (ICS) s’est félicitée de la prolongation de l’opération Atalante par le conseil de l’Union européenne (UE) prise le 28 novembre. -
© Ministère de la Défense Piraterie : l’opération Atalante prolongée pour 2 ans L’International Chamber of Shipping (ICS) a salué la décision du Conseil européen de...
L’accord de The Alliance pose les mêmes problèmes que pour l’Ocean Alliance, estime le département antitrust du DOJ : échange d'informations sensibles du point de la vue de la concurrence notamment. -
© Hapag Lloyd États-Unis : vives interrogations sur les alliances En réponse à la demande d’avis émis par la Federal Maritime Commission (FMC), le...
Drewry a compté 64 navires qui devraient être livrés au cours de l’année 2017, soit un essor de la flotte de VLGC de 12 %. -
© DR Trop de navires sur le marché du transport d'hydrocarbures Pour le consultant Drewry, les perspectives sur le marché du transport d'hydrocarbures...
Dans une étude, le Global Shippers Forum (GSF) appelle les agences chargées de la concurrence du monde entier à bien examiner les conséquences des fusions-acquisitions. -
© Maersk Transport maritime : une étude encourage à examiner les conséquences des fusions-acquisitions Dans une étude, le Global Shippers Forum (GSF) appelle les agences chargées de la...
S'abonner
Par Hervé Deiss
Entretien 28/10/2016

Philippe Louis Dreyfus : "les armateurs sont souvent trop optimistes !"

Après la publication le 6 octobre du rapport du Bimco (Baltic International Maritime Council), Philippe Louis Dreyfus, président du Conseil de surveillance de Louis Dreyfus Armateurs et du Bimco, revient sur la genèse de ce document et analyse les grandes tendances du secteur.

Journal de la Marine Marchande (JMM) : Quelles ont été les raisons qui vous ont poussé à la réalisation du rapport publié le 6 octobre par le Baltic International Maritime Council (Bimco) ?

Philippe Louis Dreyfus (PLD) : Deux raisons m’ont amené à demander la réalisation de ce rapport. La première est conjoncturelle. Nous n’avons jamais connu une crise aussi grave, dure et longue depuis des décennies. Le transport maritime a subi des années difficiles mais jamais avec une telle intensité ni sur une période aussi longue. De plus, cette crise concerne l’ensemble des secteurs de l’économie maritime.

La seconde raison tient à des aspects structurels. Nous le constatons dans la majorité des associations d’armateurs. Qu’elles soient à un niveau national, européen ou international, les associations professionnelles se cantonnent à constater la baisse des taux de fret sans aller plus loin.


JMM : Dans cette étude, les analystes ne prévoient pas d’amélioration du secteur maritime avant 2019. Quels sont les éléments qui vous permettent de dire que la crise ne sera pas résolue avant 2019 ?

PL.D. : Les armateurs sont souvent trop optimistes. Nous l’avons constaté au mois de juin. Dès qu’une lueur apparaît avec un léger frémissement des taux de fret, c’est la course aux chantiers pour commander de nouveaux navires.

Il faut mettre un terme à cet optimisme ambiant. Cela fait 6 ans que je plaide pour que les navires les plus anciens soient envoyés à la démolition. Il faut le faire pour des raisons écologiques et de sécurité des navigants, et parce que les navires les plus anciens ne sont plus adaptés aux conventions internationales parfois. Nous devons le faire pour des raisons économiques parce que leurs coûts d’exploitation sont élevés. Mais nous devons aussi le faire pour le marché et rééquilibrer l’offre et la demande.


JMM : votre groupe est entré sur le métier du portuaire et celui des ferries. Demain dans quels secteurs pensez-vous vous diversifier ?

PL.D : Nous avons essayé de faire des choses nouvelles au cours de ces dernières années. Ainsi, à Cherbourg, nous avions tenté de créer un hub portuaire qui n’a pas été soutenu par l’administration à l’époque. Dommage pour la France et l’emploi.

Par contre, nous avons réalisé ce type d’opérations en Indonésie, où cela marche très bien, en Colombie, et aujourd’hui nous sommes opérateur portuaire en Inde. Je suis persuadé que les pays qui ont des besoins d’importation et d’exportation sont des marchés à découvrir.

J’ai aussi cru dans les Autoroutes de la Mer en ouvrant une ligne de Toulon à Rome, puis au départ de Nantes Saint-Nazaire. Mais nous avons été présents sur cette filière trop tôt. Quant au ferry, convaincus que l'avenir appartenait à de grands réseaux, nous avons cédé notre activité au danois DFDS.

> Retrouvez l'intégralité de l'article dans le Journal de la Marine Marchande n°5053 du 28 octobre 2016.

© Tous droits réservés

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Visiteur

04/11/2016

Il existe malgré tout certains marchés de niche tel que le transport de yachts qui ne suivent pas la règle normale des taux de fret et s'apparentent beaucoup plus au développement du marché de la croisière, qui lui ne connaît pas la crise.

C'est un fait avéré depuis plus de 25 ans. 

Il est dommage que le milieu professionnel ignore superbement ce fait.

Capt Jean-Paul Charpentier 

Z-Transport maritime                -
                Philippe Louis Dreyfus : "les armateurs sont souvent trop optimistes !"
Philippe Louis Dreyfus, président du Conseil de surveillance de Louis Dreyfus Armateurs et du Bimco. © Louis Dreyfus Armateurs

LE CARREFOUR DU JMM

Paris Africa Ports

20 mai 2016 à Paris

Deux tables rondes :
> De la congestion à la surcapacité des terminaux à conteneurs
> Roulier : les besoins des clients en Afrique

Hôtel d'Aubusson
33 rue Dauphine
75006 PARIS

Compte-rendu Palmarès des awards

Agenda

2016
08
Le 08/12/2016
CONFÉRENCE SUPPLY CHAIN AGILE
Toulouse
2017
24
25
Du 24/01/2017 au 25/01/2017
44e Rencontres de la Mobilité Intelligente
Montrouge
2017
20
22
Du 20/06/2017 au 22/06/2017
PREVENTICA
Paris
Voir toutes les manifestations
Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :