webleads-tracker

Boutique transport Logistique
ROUTE 04/09/2018

Transport routier : le Parlement européen exhorte Bruxelles à passer à la vitesse supérieure

Dans le cadre de sa résolution du 18 mai 2017, le Parlement européen a fait connaître son opinion sur le transport routier dans l’UE. Il incite la Commission à agir afin d’améliorer ce secteur, confronté notamment à un nombre croissant d’obstacles réglementaires. Passage en revue des principales actions à déployer.

Au travers quatre domaines d'action (la compétitivité, la mobilité, la sécurité et l'environnement), le Parlement européen invite la Commission à modifier sa législation aux fins d’améliorer le secteur du transport routier.

Compétitivité

Selon le Parlement, la compétitivité du secteur doit avant tout passer par le développement d’infrastructures routières européennes et doit s'accompagner d'une modernisation technologique des véhicules (carburant de substitution, interopérabilité des systèmes et des modes de transport). L'harmonisation dans le transport de marchandises et de voyageurs (péages électroniques, utilisation de la technologie numérique) est, elle aussi, rendue nécessaire.

Mobilité transfrontalière

Le Parlement plébiscite la coopération avec « euro contrôle route » et TISPOL et encourage la Commission à entamer des procédures d’infraction contre des lois et des mesures de distorsion du marché.
Pour ce faire, il préconise aux États membres de renforcer les contrôles (temps de conduite, repos, règles de cabotage, tachygraphe intelligent et e-CMR) et à Bruxelles d'harmoniser les règles en vigueur pour les équipements de sécurité obligatoires VL et PL (triangles de signalisation, gilet réfléchissant, lampe de rechange, éthylotests).

Conditions sociales et sécurité


Au nombre des priorités dans ce domaine, on relèvera celle de « résoudre de toute urgence les problèmes liés à la fatigue des conducteurs » (respect des temps de repos, amélioration des équipements mis à disposition), et de clarifier l’application des dispositions sur le détachement des travailleurs et sur le cabotage.

« Décarbonisation » du secteur

Dans cette optique, le Parlement propose de délimiter, par exemple, des zones à faibles émissions dans plusieurs États membres ou d'utiliser des carburants de substitution tels que le gaz naturel comprimé ou liquéfié et les biocarburants de deuxième génération.


Source : Le transport routier dans l’Union européenne, Résolution du parlement européen, 18 mai 2017, JOUE 30 août, n°C 307/123

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »


Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :