webleads-tracker

Boutique transport Logistique
logo Bulletin des Transports et de la Logistique
06/10/2008

''La taxe poids lourds serait inégalitaire''

Patrice Salini, économiste spécialiste des transports, vient de publier une étude prospective qui met à mal le projet gouvernemental de taxe poids lourds sur les routes nationales. Une arme pour les défenseurs du camion pendant le débat parlementaire, mais avec quel impact ?

Très orientée mais aussi très intéressante, l'étude de Patrice Salini, économiste spécialisé en transport, met à mal l’instauration d’une taxe kilométrique poids lourds sur le réseau national. Cette étude a été commanditée par l’Union des professionnels de la route (UPR), à l’initiative de l’OTRE et de TLF qui sont ses derniers membres actifs. Elle explique par
A + B qu’il faudrait au minimum réaliser une étude d’impact avant de voter le principe de collecte de cette taxe ; autant dire qu’elle va à contre-courant du discours ambiant.


Impact environnemental ?

Quels sont les arguments de Patrice Salini ? Il y a peu de chances, selon lui, que la taxe ait des répercussions sur le report modal appelé de ses voeux par le ministre des Transports. Pas plus qu’elle ne pousserait à une meilleure utilisation de l’infrastructure routière. Pour l'auteur de l'étude, l'objectif écologique agité devant les parlementaires masque la démarche d'un gouvernement en quête de ressources nouvelles. Plus inquiétante, la menace de distorsion : Patrice Salini part d’une estimation moyenne de 12 centimes au kilomètre, avec une collecte avoisinant le milliard d’euros (sans compter le coût de la collecte) et applique cette taxe à différents types de transport. Bilan assez prévisible : le produit de la taxe frappe davantage les transports à courte distance, chargés de produits à faible valeur ajoutée. Certains secteurs comme l’agriculture ou les produits de carrière, seraient fortement impactés : Patrice Salini estime ainsi à 0,25% les conséquences sur le BTP.


Distorsion géographique

Même écart de traitement, cette fois-ci au plan géographique : la taxe aura plus d’impact sur le coût kilométrique d'un Rennes-Nantes (+ 26%) que sur d’autres axes (selon l’économiste, un Brive-Rodez ne se renchérirait que de 4%). Enfin, la carotte d’une récupération de compétitivité vis-à-vis des camions étrangers traversant la France, voire y cabotant, est à jeter aux orties : sur le milliard collecté, 900 millions d'euros seraient liés au trafic réalisé par les poids lourds français. Selon Patrice Salini, le trafic de transit empruntant le réseau autoroutier, une faible part de ces véhicules serait amenée à payer cette taxe. Des arguments de poids qui auront bien du mal à être entendus à l’heure où "les caisses sont vides".

> Sur le même sujet : lire la réaction d'Olivier Deleu, délégué général de Transport Développement Intermodalité Environnement

 

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »

-
               ''La taxe poids lourds serait inégalitaire''
Francis Salini, économiste, auteur d'un rapport sur la taxe PL © DR
Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :