webleads-tracker

  • wk-transport-logistique sur Twitter
  • wk-transport-logistique sur Youtube
  • wk-transport-logistique rss
Les emplois
logo Logistiques Magazine Par Bruno Mouly
GESTION DES RISQUES 02/07/2015

Le Plan de Continuité d'Activité, point d’appui des stratégies de résilience de la supply chain

Le 18 juin 2015 à Paris, l’AMRAE* a organisé un colloque sur les approches pouvant présider au déploiement d’un PCA préventif dans l’entreprise. Objectif : limiter les risques de rupture de la supply chain internationale en cas d’événement indésirable ou de crise majeure.

"Le PCA n’est plus limité à la continuité technique (informatique, réseau…) de l’organisation des entreprises. Il implique désormais une prévention relative à de nouveaux risques liés à l’environnement extérieur – crues, pandémies, cybercriminalité… – qui pèsent notamment sur l’exécution de la supply chain", a indiqué d’entrée Benoît Vraie, maître de conférence à Paris 1 Sorbonne et spécialiste de la gestion des risques.

Dans un souci permanent de performance, les entreprises sont aujourd’hui amenées à faire des choix d’organisation qui les rendent plus vulnérables aux interruptions de process. Ainsi, la spécialisation des sites de production ou de service, l’externalisation de certaines fonctions ou ressources, la mutualisation des moyens ou l’interdépendance des sites entre eux sont autant de facteurs susceptibles d’engendrer des arrêts de production en cas de crise.

C’est pourquoi les problématiques de dépendance aux principaux fournisseurs doivent être mieux intégrées dans la constitution des PCA. S’ajoutent des problématiques plus complexes de survenue de risques extérieurs à plus grande échelle, séismes, inondations, tsunami…

Préparer la guerre en temps de paix

"Il faut d’abord établir une cartographie des risques et les classer en fonction de leur fréquence et de leur gravité. C’est une première approche statistique d’identification des menaces", a préconisé Benoît Vraie. Ensuite, l’entreprise doit avoir une "approche déterministe des risques" en effectuant un travail d’analyse et de planification de la réaction à apporter face à un événement intempestif. "Il s’agit notamment d’étudier les processus les plus critiques financièrement", a-t-il souligné. En préparant ainsi "la guerre en temps de paix", le PCA permet à l’entreprise de minimiser les impacts sur son activité en assurant un fonctionnement dégradé ou une reprise graduelle de ses activités, des plus critiques au moins critiques d’entre elles.

L’objectif du plan de continuité ne consiste pas à chercher à dupliquer l’organisation de l’entreprise pour permettre une poursuite de l’activité à l’identique, mais à analyser l’impact de la crise pour chaque métier et chaque processus et de les classer selon une durée d’interruption maximale admissible (DIMA). "Vu la complexité des risques actuels, on doit s’interroger sur la portée de toute méthodologie par scénarii en n’oubliant jamais que ces derniers sont des constructions intellectuelles, étayées par des hypothèses ou au mieux par des probabilités qui ne correspondent jamais totalement à la réalité des événements et des faits", a prévenu Benoît Vraie.

Vision "réticulaire" du risque

Il est donc plus prudent de se tourner vers une approche visant à compenser "l’indisponibilité des ressources". Dans cette logique, la première étape de la réflexion dans le processus de mise en place d’un PCA visera d’abord à s’interroger sur les conséquences de l’indisponibilité, de la destruction ou de la disparition de certaines ressources matérielles (locaux, outils de production, matières premières, infrastructure informatique…) et immatérielles (main-d’œuvre, données, images). Cela quelles que soient les causes et les origines du sinistre et sans considérations de probabilités.

Dans le cas de la défaillance d’un fournisseur, que faire par exemple ? Le PCA doit envisager la continuité d’activité quel que soit le périmètre de la crise, du local au global. "Il peut s’agir de la perte d’un bâtiment dans un incendie par exemple, d’une inondation d’un bassin géographique, d’une catastrophe dans un pays (Fukushima), d’un mouvement social sur une zone (révolution du printemps arabe) ou d’une pandémie dans le monde entier", a expliqué Benoît Vraie. Enfin, toutes les activités de l’entreprise doivent être prises en compte avec une vision "réticulaire" du risque.

Capacité des prestataires à répondre à leurs obligations

Les entreprises doivent se préoccuper de la capacité de leurs partenaires et de leurs prestataires critiques à répondre à leurs obligations de service en cas de sinistre majeur : fournisseurs d’eau potable, d’électricité, de réseaux téléphoniques, de courrier et intégrer les conséquences d’une défaillance dans son PCA. Mais, "la question de l’indisponibilité des ressources ne peut être traitée sans la mise en perspective des effets des facteurs aggravants provenant des contraintes juridiques, administratives et même sociales de l’entreprise", a relevé Sophie Huberson, déléguée générale du Snelac (Syndicat national des espaces de loisirs, d’attractions et culturels).

La préparation d’un PCA doit donc nécessairement intégrer le facteur humain. "L’ensemble du personnel doit se sentir concerné par le PCA. Et cela peut aller jusqu’à une modification de chaque contrat de travail en vue d’y intégrer la notion de gestion du risque", a souligné Patrice Dallem, directeur de l’urgence et du secourisme de la Croix-Rouge française.

* AMRAE : Association du management des risques et des assurances de l’entreprise

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

GESTION DES RISQUES              -
              Le Plan de Continuité d'Activité, point d’appui des stratégies de résilience de la supply chain
Aux risques inhérents aux process de production des entreprises s’ajoutent des problématiques plus complexes liées aux risques extérieurs : éruptions volcaniques, séismes... © DR

Rechercher dans les actualités

Ou
carrefour transaction

Vidéos et audios

#
img1

Le 5e Congrès des guichets uniques s’est déroulé à Marrakech du 5 au 7 septembre.

#
img1

Carglass procède par échantillonnage à un contrôle qualité des pièces de vitrage reçues de ses fournisseurs verriers.

Voir toutes les actus vidéos et audios


nos événements

24h Camions Le Mans
Du 08/10/2016 au 09/10/2016
24h Camions Le Mans Le Mans
Rencontres des Jeunes Dirigeants
Du 03/11/2016 au 05/11/2016
Rencontres des Jeunes Dirigeants Lisbonne

Agenda

2016
22
29
Du 22/09/2016 au 29/09/2016
Salon de Hanovre
Foire de Hanovre - Allemagne
2016
05
07
Du 05/10/2016 au 07/10/2016
Conférence mondiale Villes et Ports
Rotterdam - Pays-Bas
2016
06
Voir toutes les manifestations

Découvrez nos offres d'abonnement

Espace Annonceurs

Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :