webleads-tracker

  • wk-transport-logistique sur Twitter
  • wk-transport-logistique sur Youtube
  • wk-transport-logistique rss
Les emplois
logo Journal de la Marine Marchande Par Nathalie Bureau du Colombier
Corse 07/09/2015

SNCM : le détail des quatre projets de sauvetage

Quatre offres de reprise de la SNCM vont finalement s'affronter. Les candidats rencontrent les services de la Commission, avant d'être entendus à la fin du moins à la barre du tribunal de commerce. Dans la balance, les effectifs repris et le prix de cession… Revue de détail.

Les nouveaux candidats au rachat de la SNCM, dont le redressement judiciaire s’achève le 28 novembre 2015, ont-ils pris en compte les observations du tribunal de commerce de Marseille et de la Commission européenne ? La réponse approche. Après avoir rencontré les services de la Commission lundi 7 septembre 2015, puis les représentants des salariés de la SNCM le lendemain en Comité d’entreprise, les candidats devraient être entendus à la barre du tribunal de commerce le 25 septembre. Dans la balance, les effectifs repris et le prix de cession…

Certes, le spectre de la liquidation judiciaire demeure, mais la SNCM semble s’en détacher peu à peu avec, cette fois-ci, quatre réponses au deuxième appel d’offres lancé au début de l’été par les administrateurs judiciaires de la compagnie. Les propositions de Daniel Berrebi, Patrick Rocca et Christian Garin avaient alors été jugées insuffisantes (3 M€ à 5 M€) par le tribunal de commerce de Marseille en juin dernier au regard des actifs évalués à 200 M€.

Pour cette rentrée, les salariés espéraient l’arrivée providentielle d’un poids lourd du shipping. Il n’en est rien. Point de GNV, de Grimaldi ou autre DFDS à l’horizon amarré au paquebot STEF. Sorti du bois cet été, le groupe de transport frigorifique, propriétaire de la Méridionale, à qui l’on prêtait l’intention de vouloir simplement acheter les navires à la barre du tribunal a changé de cap au deuxième round en présentant aux côtés de Baja Ferries une "offre conjointe et indissociable". Présentés ensemble, les deux projets sont bel et bien distincts. STEF mise sur la Corse et Baja Ferries se contente du Maghreb.


Le projet STEF/Baja Ferries

Dans son schéma, STEF reprend 535 salariés et quatre des sept navires de la flotte SNCM (Pascal Paoli, Jean Nicoli, Paglia Orba et Monte d’Oro) pour 10 M€. L’offre, assortie de cinq conditions suspensives, comprend la création de trois sociétés : D’Orbigny Maritime 1 vouée à la desserte de la Corse, D’Orbigny Maritime 2, dédiée à la représentation des armements, et Cap Janet Réparation, société qui assurera l’entretien de la flotte.

Au capital de la compagnie D’Orbginy Maritime 1, un pool de trois groupes d’actionnaires : Stef à 40 %, UniMed à 40 % et cinq transporteurs corses pour les 20 % restants. Le capital d’UniMed se répartit entre SC Molis (à la tête de La compagnie Maritime Nantaise) à 30 %, Christian Guilbert (25 %), la holding UEF (11 %), Marfret (10 %), Jean-Charles Fromage, ex-cadre de STEF pressenti pour présider la future compagnie (20 %) et Gérard Goffre à hauteur de 4 %.

Interrogé sur ses motivations, Raymond Vidil, président de la compagnie Marfret, a indiqué qu’il participait au dossier "de façon symbolique par attachement à Marseille". Marfret, via Fluvio-feeder, transporte depuis un an sur la Seine les conteneurs réfrigérés de STEF (dans le cadre du contrat Ferrero).

Du coup, Baja Ferries a changé de braquet, délaissant la Corse au bénéfice des lignes Maghreb (Algérie, Tunisie). L’offre à 5 M€ présentée par son Pdg, Daniel Berrebi, repose sur la reprise par France Ferries de 191 salariés de la SNCM (170 marins et 21 sédentaires) et deux navires. Les Danielle Casanova et Méditerranée seront immatriculés au premier registre français, histoire d’apaiser les tensions avec les salariés qui dénonçaient le recours au pavillon communautaire. Depuis l’obtention de son agrément pour opérer une ligne maritime entre La Havane et les États-Unis, l’armement mexicain Baja Ferries est pris au sérieux aussi bien à Paris qu’à Marseille, celui-ci ayant eu les faveurs du Procureur de la République. Son projet prévoit l’ouverture d’une liaison en 2017 entre Marseille et Tanger pour concurrencer GNV à Sète.


Christian Garin et l’armateur mystère

Écarté une première fois au printemps, Christian Garin revient cette fois avec un nouveau projet. Son dossier aurait pourtant le soutien d’un armateur… anonyme au demeurant. "Cette offre a été préparée en liaison avec un des tout premiers armateurs mondiaux ayant eu ou ayant encore des activités significatives dans le secteur de la croisière et du ferry", précise-t-il dans l’offre remise aux administrateurs judiciaires. Le nom de GNV (détenue à 60 % par MSC) circule, même si, cet été, Gianluigi Aponte, Pdg de MSC, a affirmé qu’il n’était pas intéressé par la SNCM.

Christian Garin argue un investissement de 421 M€ sur quatre ans sans livrer toutefois les détails de son plan de financement. Ferry de France, société en cours de constitution, reprendrait 818 salariés (612 marins et 206 sédentaires) et 7 navires pour un prix de cession de 12 M€. Cinq seraient exploités en direct. Le Corse et le Méditerranée étant déployés sur le marché de l’affrètement. Pour reprendre MCM, SITEC, Aliso Voyages et SNCM Allemagne, il propose 1 € symbolique pour chacune d’elles !


Corsica Maritima et Groupe Rocca misent sur l’identité locale

Les deux dernières offres jouent à fond sur l’identité locale…

Le Corse Patrick Rocca, candidat malheureux du premier tour, revient en deuxième semaine avec MCM, une société d’armement à constituer. Le premier client fret de la Méridionale et de Corsica Ferries fait une offre (assortie de cinq conditions suspensives) à 5,5 M€ pour racheter 6 navires de la SNCM. Il s’engage à reprendre 830 salariés (598 marins, 232 sédentaires) et propose de desservir quatre ports corses (Bastia, Ajaccio, Porto-Vecchio, la Balagne) et les deux lignes du Maghreb de la SNCM. Taxé de vouloir disperser les actifs de la SNCM dans sa première offre, cette fois-ci Patrick Rocca s’engage à ne pas céder les actifs stratégiques durant deux ans.

En lice également, une douzaine d’entreprises corses ou ayant investi dans l’île de Beauté employant au global 1 400 salariés pour un chiffre d’affaires cumulé d’un milliard d’euros. "La société Corsica Maritima est détenue par un consortium d’entrepreneurs corses de toutes tailles et tous secteurs d’activités ; ces entreprises sont implantées dans toutes les régions de la Corse (Ajaccio, Balagne, Bastia, Cortenais, plaine orientale, Porto-Vecchio). Ce consortium représente un volume de plus de 2 milliards d’euros de fret transporté", précise le dossier de candidature.

Corsica Maritima, SAS présidée par Pierre Anchetti, compte 12 administrateurs, des chefs d’entreprises Corses (Big Mat, Gedimat, Europcar, Lafarge, Brasseries Pietra, Leclerc…). Corsica Maritima propose 5 M€ pour reprendre 6 des 7 navires et 619 personnes. Le projet se limite à la desserte de deux principaux ports corses, Bastia et Ajaccio. Le business plan du consortium envisage la construction de 5 sisterships à propulsion GNL.

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Corse              -
              SNCM : le détail des quatre projets de sauvetage
De g. à dr. et de bas en haut : D. Berrebi, Pdg de Baja Ferries, Francis Lemor, Président du Conseil d'Administration de Stef, C. Garin (Med Partners) et P. Rocca, Pdg de Rocca Transports. © NBC et STEF

Rechercher dans les actualités

Ou
carrefour transaction


nos événements

24h Camions Le Mans
Du 08/10/2016 au 09/10/2016
24h Camions Le Mans Le Mans
Rencontres des Jeunes Dirigeants
Du 03/11/2016 au 05/11/2016
Rencontres des Jeunes Dirigeants Lisbonne

Agenda

2016
07
08
Du 07/09/2016 au 08/09/2016
DELIVER
LUXEMBOURG
2016
12
14
Du 12/09/2016 au 14/09/2016
PARIS RETAIL WEEK
Paris
2016
12
14
Du 12/09/2016 au 14/09/2016
E-COMMERCE PARIS
Paris
Voir toutes les manifestations

Découvrez nos offres d'abonnement

Espace Annonceurs

Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :