webleads-tracker

  • wk-transport-logistique sur Twitter
  • wk-transport-logistique sur Youtube
  • wk-transport-logistique rss
Les emplois
logo Journal de la Marine Marchande Par Nathalie Bureau du Colombier
Corse 09/10/2015

Sans accord de Bruxelles, STEF renonce à reprendre la SNCM

Le groupe de transport frigorifique STEF retire son offre de reprise de la SNCM déposée conjointement avec France Ferries, une des cinq conditions suspensives n’ayant toujours pas été levée et ce, à moins d’une semaine de l’examen des offres par le tribunal de commerce de Marseille. Article mis à jour à 18h45.

STEF (D’Orbigny Maritime 1) va retirer son offre de reprise de la SNCM. Un communiqué de STEF a confirmé en fin d'après-midi le 9 octobre 2015 cette information dévoilée par le Journal de la Marine Marchande quelques heures auparavant.

Allié à l’homme d’affaires Daniel Berrebi (France Ferries) pour les activités Maghreb, le groupe de transport frigorifique n’aurait pas convaincu Bruxelles quant à l’existence d’une réelle discontinuité économique de la compagnie maritime au terme de sa reprise. D’Orbigny Maritime 1 serait la seule société à ne pas avoir reçu l’aval de la Commission européenne.


Le risque de devoir rembourser 440 M€

Sans avis favorable, le groupe de Francis Lemor n’entend pas courir le risque de se voir réclamer quelque 440 M€ de remboursement d’aides d'État. Avec 40 % du capital de la future compagnie chargée d’exploiter les lignes de Corse (D’Orbigny Maritime 1), STEF, qui contrôle également 100 % de la Méridionale, codélégataire des lignes de Corse, bénéficierait alors d’une part trop importante au tour de table.

Qui plus est, l’autorité de la concurrence, dans un courrier du 25 septembre 2015 adressé à l’avocat de STEF, se réserve le droit "d’interdire l’opération si celle-ci porte atteinte à la concurrence".

Selon diverses sources, parmi les griefs des services européens de la concurrence figure le financement, toujours par STEF, des besoins en trésorerie, par le biais d’une avance en compte courant d’actionnaires de 30 M€ à l’ex-SNCM. Le groupe STEF s’est refusé à tout commentaire.


Rocca, seul contre tous

Autre faille dans le dossier D’Orbigny Maritime/France Ferries, la question du rattachement des salariés à l’une ou l’autre des deux structures. Pointée du doigt par les administrateurs judiciaires de la SNCM, dans leur rapport remis au tribunal de commerce de Marseille, cette question relative au droit du travail engendrerait des risques de contentieux.

Il s’agit en effet d’éviter toute remise en cause ultérieure, comme ce fut le cas en 2014 avec la procédure engagée par d’anciens salariés de Mory Ducros devant les prud’hommes, ces derniers contestant le plan validé par le tribunal de commerce. Forts de ce constat, les administrateurs ont émis un avis défavorable sur cette offre de reprise tout comme sur celle déposée par Christian Garin.

L’offre de STEF étant solidaire de celle de France Ferries, Daniel Berrebi risque par ricochet de se retrouver écarté de la procédure. Cette défection pourrait alors ouvrir la voie aux deux candidatures insulaires.

L’homme d’affaires Patrick Rocca, résolu à faire cavalier seul, se retrouve aux coudes à coudes avec… 14 chefs d’entreprises (pesant 1,5 milliard de CA) fédérés au sein de Corsica Maritima !

Un nouvel épisode de la saga SNCM s’annonce le 14 octobre 2015 à 13 h 30 lors de l’examen des offres de reprise par le tribunal de commerce de Marseille.


Bruxelles : la SNCM toujours tenue de rembourser les aides


Interrogée, la Commission européenne s’est refusée à tout commentaire sur les acquéreurs potentiels. En revanche, elle rappelle que "ses services continuent à travailler avec les autorités françaises pour trouver une solution appropriée. Premièrement, la France doit mettre en œuvre les deux décisions de la Commission adoptées en mai et novembre 2013. La SNCM doit toujours rembourser les aides illégales et incompatibles avec le marché intérieur précédemment perçues. Nous travaillons également avec les autorités françaises pour préparer le lancement de la procédure de marché public pour la délégation de service public pour les liaisons maritimes entre la Corse et Marseille", a précisé le porte-parole de la direction de la Concurrence.

N.B.C

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Corse              -
              Sans accord de Bruxelles, STEF renonce à reprendre la SNCM
STEF, qui contrôle 100 % de la Méridionale, codélégataire des lignes de Corse, renonce à la reprise de la SNCM. © GPMM

Rechercher dans les actualités

Ou
carrefour transaction

Vidéos et audios

#
img1

Spartoo gère 2 millions de commandes annuelles, 3 millions de pièces qui rentrent en stock chaque année et 1 million de pièces en stock.

#
img1

L'aéroport de Bruxelles a dévoilé de nouveaux chariots aéroportuaires lors du Air Cargo Forum 2016 à Paris

Voir toutes les actus vidéos et audios


nos événements

Agenda

2016
06
09
Du 06/12/2016 au 09/12/2016
CONVERGENCE POUR L'INDUSTRIE DU FUTUR
Villepinte
2016
07
2016
08
Le 08/12/2016
CONFƒRENCE SUPPLY CHAIN AGILE
Toulouse
Voir toutes les manifestations

Découvrez nos offres d'abonnement

Espace Annonceurs

Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :