webleads-tracker

  • wk-transport-logistique sur Twitter
  • wk-transport-logistique sur Youtube
  • wk-transport-logistique rss
Les emplois
logo Logistiques Magazine Par Nathalie Bureau du Colombier
MULTIMODAL 22/10/2015

Transport combiné : la réponse de Marseille-Fos à la massification des flux

Misant sur l’augmentation des trafics conteneurisés et sur la massification des flux, le port de Marseille déploie une stratégie de report modal (fer/fleuve) pour évacuer une partie du fret par d’autres canaux que le "tout route".

Avec respectivement 99 000 et 96 000 EVP en 2014, le rail et le fleuve ne captent respectivement que 9 et 8 % de l’ensemble des volumes de marchandises transitant par le port de Marseille. Cette goutte d’eau dans l’océan de conteneurs pré et post-acheminés par la route ouvre donc la voie à un vaste potentiel de progression des parts modales.

Multiplier les volumes par 6 sur le rail

Six opérateurs (CombiWest, Eurorail, T3M, Greenmodal, Naviland Cargo, Ferrovergne) opèrent déjà chaque semaine 18 services ferroviaires directs au départ de Fos et 14 depuis Marseille. "Nous souhaitons multiplier par six les volumes sur le rail d'ici à 2030 et atteindre une part de 20 %", indique Fabienne Margail, responsable du département "hinterland" au Grand Port Maritime de Marseille (GPMM). Pour y parvenir, le port, qui gère 110 km de voies ferrées, collabore avec SNCF Réseau afin d’améliorer les accès. Le port coopère également avec les douanes en vue de simplifier le transit des marchandises. Nous devons transformer la rupture de charge en valeur ajoutée. S’agissant des marchandises dangereuses, nous accordons un délai supplémentaire de stationnement sur les terminaux", précise Fabienne Margail.

Des trains de 1 000 à 1 500 m de long

Le port va également investir dans la signalisation automatisée pour tripler la capacité à Fos. "Nous allons aménager une voie ferrée supplémentaire en bord à quai pour permettre la circulation à terme de trains de 1 000 à 1 500 m de long. Actuellement, des expérimentations sur des trains de 850 m sont en cours sur l’axe Marseille-Paris… Les choses avancent !", s’enthousiasme-t-elle. Autre signal positif, pour 2017, la mise en service d’un chantier combiné en zone arrière du terminal à conteneurs de Mourepiane, dans les bassins est. Enfin, l’inscription de Marseille-Fos sur deux corridors européens de fret ferroviaire devrait favoriser l’essor du rail.

Simplifier la démarche de report modal auprès des chargeurs

Avec un objectif de 9 % en 2030, les ambitions affichées sont plus que modestes sur le fleuve. Alain Maliverney, directeur de Logirhône/Logiseine en Rhône-Alpes, ne cache pas son inquiétude face à l’arrêt programmé en 2016 des subventions aux opérateurs fluviaux destinées à compenser le coût de la rupture de charge. Pourtant, la part du fleuve a progressé de 22 % en 2014, avec 96 000 EVP transportés en provenance et à destination de Fos.

"On estime qu’un quart des clients situés en Rhône-Alpes utilisent le fleuve et nous devrions atteindre 100 000 EVP cette année", souligne le spécialiste. Neuf ports intérieurs du bassin Rhône Saône ainsi que les ports maritimes de Marseille et de Sète assurent depuis le début de l’année la promotion du fluvial sous une bannière commune, l’association Medlink. CNR (Compagnie nationale du Rhône) et VNF (Voies navigables de France), également adhérentes, développent un projet destiné à suivre en temps réel les barges. Pour simplifier la démarche de report modal auprès des chargeurs, Medlink a mis en place un guichet unique. "Nous avons recruté un conseiller logistique qui, en toute indépendance, fait de la pédagogie et conseille les chargeurs sur l’optimisation de leurs flux", précise Régis Martin, coordinateur opérationnel du réseau MedlinkPorts.

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

lemonstros

29/10/2015

De biens belles paroles, qui ne sont malheureusement que des paroles. L'expérimentation des trains à 850 m démontre tous les jours que les installations françaises ne permettent que très difficilement de dépasser 750 m. Quant à 1500 m, vu les normes de traçage de sillon et le coût en traction - engin-moteur c'est une douce utopie.

Chacun des opérateurs du transport combiné travaille dans son coin, sans se soucier des problèmes hors de son chantier, créant une pression tarifaire au moins égale à celle qui existe dans le routier, sur un réseau vieillissant qui a déjà bien du mal à être suffisant pour le transports de voyageurs.

Bref encore un article pour rien

MULTIMODAL              -
              Transport combiné : la réponse de Marseille-Fos à la massification des flux
''Nous souhaitons multiplier par six les volumes sur le rail d'ici à 2030'', Fabienne Margail, responsable du département ''hinterland'' au Grand Port Maritime de Marseille. © NBC

Rechercher dans les actualités

Ou
carrefour transaction

Vidéos et audios

#
img1

Pascal Jouaneau, directeur supply chain de Wonderbox

#
img1

François Mahé des Portes, président du directoire de MGI.

Voir toutes les actus vidéos et audios


nos événements

Agenda

2016
08
Le 08/12/2016
CONFÉRENCE SUPPLY CHAIN AGILE
Toulouse
2017
24
25
Du 24/01/2017 au 25/01/2017
44e Rencontres de la Mobilité Intelligente
Montrouge
2017
20
22
Du 20/06/2017 au 22/06/2017
PREVENTICA
Paris
Voir toutes les manifestations

Découvrez nos offres d'abonnement

Espace Annonceurs

Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :