webleads-tracker

  • wk-transport-logistique sur Twitter
  • wk-transport-logistique sur Youtube
  • wk-transport-logistique rss
Les emplois
logo WKTL Par Olivier Constant
Transport aérien 29/02/2016

Fret aérien : l'aéroport de Bordeaux espère franchir un nouveau cap

L'aéroport aquitain vient de mettre en service un poste d'inspection frontalier à la surface quintuplée. Cet équipement ainsi que le dynamisme de la Région pourraient lui permettre de dépasser le cap des 10 000 tonnes de fret traitées dès cette année.

L'activité fret a le vent en poupe à Bordeaux. Cette plateforme a, en effet, enregistré une croissance de 16,2 % de son trafic à 9 770 tonnes en 2015. Il s'agit là de la plus forte croissance enregistrée pour les aéroports hexagonaux dont le trafic est proche ou supérieur à 10 000 t par an.

Selon Jean-Luc Poiroux, directeur du développement commercial de l'aéroport de Bordeaux, l'explication de ces bons résultats réside "dans la croissance économique de la Région Aquitaine, favorisée notamment par l'implantation de nouvelles entreprises, et par le développement de certaines activités liées, en particulier, à l'aéronautique et au spatial ainsi qu'à l'électronique".

L'express figure toujours, et de loin, en première position des trafics traités avec environ 7 100 t, suivi par les vols mixtes et les vols humanitaires. La plateforme logistique européenne de Médecins sans Frontières, basée à Mérignac, a ainsi traité 470 t en 2015.

Une attractivité renforcée

Afin de répondre aux demandes des services vétérinaires et phytosanitaires, l'aéroport de Bordeaux a reconfiguré en ce début d'année 2016 son infrastructure d'accueil pour le fret d'origine végétale (fruits, par exemple) et animale (viande, poissons, ...).

D'une surface précédente de 50 m² seulement, le poste d'inspection frontalier (PIF) est passé à 300 m² à la faveur d'un investissement de 450 000 €. Les nouveaux équipements, situés en zone sous douane côté piste, comprennent désormais deux zones de chargement, deux laboratoires d'analyses vétérinaires dont un pour la consommation humaine, un laboratoire d'analyses phytosanitaires et quatre chambres froides.

Opérationnel depuis début février 2016, ce PIF va très sérieusement renforcer l'attractivité de Bordeaux pour les vols fret à l'import. Compte tenu de l'insuffisance de volumétrie des installations précédentes, certaines cargaisons ne passaient pas par Bordeaux auparavant. Des lots devaient, par exemple, être dédouanés et contrôlés au plan vétérinaire à Bruxelles – pour ne citer que ce seul aéroport –, d'où des coûts et des délais supplémentaires pour les clients.

Croissance à deux chiffres attendue

Entièrement financé par l'aéroport, l'investissement va permettre "d'élargir le champ des cargaisons et d'ouvrir le marché. Nous devrions donc être en mesure d'accueillir plus de vols tout-cargo et d'accompagner la croissance du trafic acheminé sur les vols mixtes", se félicite Jean-Luc Poiroux.

De fait, l'aéroport de Bordeaux pourrait bien, dès cette année, franchir le cap des 10 000 t traitées. C'est en effet une nouvelle croissance à deux chiffres qui est attendue par les dirigeants de la plateforme.

Une partie de cette croissance pourrait provenir de la montée en puissance de compagnies aériennes transportant du fret en soute sur les avions passagers. Parmi celles-ci, Turkish Airlines est incontestablement celle présentant les meilleurs potentiels de développement. Elle est présente sur la plateforme depuis le 12 juin 2014 et relie Bordeaux à Istanbul quatre fois par semaine en saison automne/hiver et sept fois par semaine au programme printemps/été débutant le 27 mars.

Arrivées récemment également, les compagnies Aegean Airlines sur Athènes et Brussels Airlines sur Bruxelles pourraient également apporter leur contribution au développement des tonnages fret transportés en soute.

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Transport aérien              -
              Fret aérien : l'aéroport de Bordeaux espère franchir un nouveau cap
D'une surface précédente de 50 m² seulement, le poste d'inspection frontalier (PIF) est passé à 300 m² à la faveur d'un investissement de 450 000 €. © Aéroport de Bordeaux

Rechercher dans les actualités

Ou
carrefour transaction

Vidéos et audios

#
img1

L’entreprise procède par échantillonnage à un contrôle qualité des pièces de vitrage reçues de ses fournisseurs verriers.

#
img1

La manutention de pneus n'est pas aisée et peu automatisable, d'où le recours à beauoup de main-d'œuvre en entrepôt.

Voir toutes les actus vidéos et audios


nos événements

24h Camions Le Mans
Du 08/10/2016 au 09/10/2016
24h Camions Le Mans Le Mans
Rencontres des Jeunes Dirigeants
Du 03/11/2016 au 05/11/2016
Rencontres des Jeunes Dirigeants Lisbonne

Agenda

2016
07
08
Du 07/09/2016 au 08/09/2016
DELIVER
LUXEMBOURG
2016
12
14
Du 12/09/2016 au 14/09/2016
PARIS RETAIL WEEK
Paris
2016
12
14
Du 12/09/2016 au 14/09/2016
E-COMMERCE PARIS
Paris
Voir toutes les manifestations

Découvrez nos offres d'abonnement

Espace Annonceurs

Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :