webleads-tracker

  • wk-transport-logistique sur Twitter
  • wk-transport-logistique sur Youtube
  • wk-transport-logistique rss
Les emplois
logo Logistiques Magazine Par Éloïse Leydier
INTERVIEW 15/03/2016

Jean-Philippe Gauthier : "Petit Bateau prépare son internationalisation"

La nouvelle plate-forme de Petit Bateau, qui sera opérationnelle en mai 2016, rassemblera les deux sites actuels pour gagner en réactivité et poursuivre l’internationalisation de la marque. Décryptage avec Jean-Philippe Gauthier, directeur supply chain et systèmes d’information.  

Logistiques Magazine : La nouvelle plate-forme de Petit Bateau, du groupe Rocher, réunira les deux sites actuels. À quelle réorganisation logistique correspond ce déménagement ?

Jean-Philippe Gauthier : Actuellement nous avons deux sites : l’un pour la première vie de nos produits, c’est-à-dire tous ceux vendus dans nos boutiques, chez les détaillants multimarque et avec le e-commerce, et l’autre pour leur seconde vie, dédié principalement aux magasins d’usine et à tout ce qui concerne la reverse logistique. Aujourd’hui nous manipulons donc chaque marchandise jusqu’à 20 fois…

En réunissant ces deux sites en un seul, sur une plate-forme de 43 500 m2, extensible à 49 400 m2, et qui sera opérationnelle dans le courant du mois de mai, nous ne le toucherons plus que 5 fois, grâce à moins de ruptures de charge, ce qui nous donnera une meilleure réactivité et une plus forte productivité in fine…

Cette nouvelle organisation va également nous permettre de gérer deux saisons en même temps sans difficulté. Désormais nous nous occuperons en effet du réassort portant sur une collection dans nos différents points de vente, tout en commençant à expédier la collection suivante pour les implantations dans nos points de vente, sans avoir recours à des flux poussés, et sans les risques d’erreur de préparation liés à une complexité des flux de marchandises. D’autre part nous allons faire de la ramasse mutualisée (60 commandes traitées en même temps) puis de la ventilation pour le e-commerce.

Ce déménagement nous permet également d’améliorer les conditions de travail de nos opérateurs. En effet, le site consacré à la première vie des produits était aménagé sur trois niveaux, obligeant nos collaborateurs à faire de nombreux allers-retours. De plus, cette configuration limitait beaucoup la possibilité d’un éclairage naturel. Ce ne sera plus le cas sur la nouvelle plate-forme, développée clés en main par Concerto Développement et pour laquelle nous avons signé un bail de 11 ans.


L. M. : Quel a été l’élément déclencheur de cette réorganisation ?

J.-P. G. : Notre métier évolue de plus en plus vers celui de "retailer". Nous développons de plus en plus la vente via nos propres canaux de vente, 400 boutiques à travers le monde et via notre site Internet, créé en 2006, même si les distributeurs multimarque, importants pour nous, sont encore au nombre de 3 200 pour l’instant. Dans ce cadre, nous voulions disposer d’un outil logistique performant et adapté à notre activité.

De plus, si 40 % de notre chiffre d’affaires se fait en dehors des frontières hexagonales, la plus grande partie se fait en Europe. Or nous cherchons à développer le grand export. Hier au Japon et aux États-Unis, aujourd’hui en Chine avec notre partenaire Fung Kids Limited qui a ouvert récemment trois boutiques à Pékin, Shanghai et Qingdao.

Mais nous accroissons progressivement les volumes expédiés dans ces pays et comptons en ouvrir d’autres dans les années qui viennent. C’est pour cette raison que notre nouvel entrepôt sera agréé OEA (Opérateur économique agréé) pour faciliter les entrées et les sorties de marchandises du pays, avec des démarches aux douanes facilitées.


L. M. : Envisagez-vous, à terme, d’externaliser votre logistique, notamment en ce qui concerne le e-commerce et la gestion des retours inhérente à ce canal de distribution ?

J.-P. G. : Tous canaux de distribution confondus, nous expédions 23 millions de pièces par an, avec des pics d’activité à 150 000 pièces par jour. Le e-commerce représente aujourd’hui environ 10 % de notre chiffre d’affaires et cette part augmente chaque année. Nous n’envisageons pas pour autant d'externaliser notre logistique : nous maîtrisons cette activité depuis notre création il y a plus de 120 ans, et elle est notre dernier contact avec nos clients.

Concernant les retours du e-commerce, nous en avons beaucoup moins à gérer que beaucoup d’autres enseignes. Ils ne représentent que quelques pourcents de nos ventes. Nous considérons également qu’en gardant la main sur l’ensemble des flux logistiques nous limitons les points de stocks, nous assurant une meilleure réactivité, que cela soit pour la livraison dans les points de vente, qui accueillent également des commandes passées sur Internet avec l’option "click and collect", ou pour une livraison à domicile.

L. M. : Avez-vous profité de ce déménagement pour mettre en place de nouveaux équipements ?

J.-P. G. : La plate-forme se découpe en 7 cellules : deux sont utilisées pour le stockage des palettes, une pour la ventilation des nouvelles collections vers les points de vente avec une zone de personnalisation, trois pour le picking correspondant au réassort des boutiques, à la préparation de commandes passées sur Internet et par les détaillants multimarque, et, enfin, une pour les expéditions.

700 mètres de convoyeur "Intelis Convey" ont été mis en place par la société Savoye, qui serpentent dans les zones de ventilation, personnalisation et picking, avec des correspondances sur certains points, par exemple pour qu’une préparation Internet passe par la zone de personnalisation si nécessaire. Nous avons fait ce choix notamment pour l’amélioration des conditions de travail qu’il permet grâce à une activation des rouleaux uniquement en présence d’un colis. Cela réduit le bruit général dans l’entrepôt, ainsi que notre consommation d’énergie.

En bout de ligne nous avons fait le choix d’une machine d’emballage "Jivaro", fournie par Savoye également, afin d’ajuster la taille du carton à ce qu’il transporte et ainsi éviter le transport à vide. Nous n’avons pas fait le choix d’une forte automatisation de nos process, trop rigide pour notre activité, qui fluctue beaucoup d’un jour sur l’autre, au rythme des collections, des soldes et des commandes Internet.

Si nous avons soigné l’intérieur de la plate-forme, nous avons aussi veillé à ce que l’entreprise Concerto Développement fasse appel à des entreprises locales, montrant notre volonté inchangée d’ancrage dans la région troyenne. Petit Bateau, comme le groupe Rocher, est par ailleurs très soucieux de l’environnement et nous avons pour cela souhaité un bâtiment durable, certifié Leed. Enfin, l’installation de ruches ainsi qu’un refuge LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) font également partie de notre aménagement.

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

INTERVIEW              -
              Jean-Philippe Gauthier : "Petit Bateau prépare son internationalisation"
Jean-Philippe Gauthier, directeur supply chain et systèmes d’information de Petit Bateau. © Petit Bateau

Rechercher dans les actualités

Ou
carrefour transaction

Vidéos et audios

#
img1

Spartoo gère 2 millions de commandes annuelles, 3 millions de pièces qui rentrent en stock chaque année et 1 million de pièces en stock.

#
img1

L'aéroport de Bruxelles a dévoilé de nouveaux chariots aéroportuaires lors du Air Cargo Forum 2016 à Paris

Voir toutes les actus vidéos et audios


nos événements

Agenda

2016
08
Le 08/12/2016
CONFÉRENCE SUPPLY CHAIN AGILE
Toulouse
2017
24
25
Du 24/01/2017 au 25/01/2017
44e Rencontres de la Mobilité Intelligente
Montrouge
2017
20
22
Du 20/06/2017 au 22/06/2017
PREVENTICA
Paris
Voir toutes les manifestations

Découvrez nos offres d'abonnement

Espace Annonceurs

Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :