webleads-tracker

  • wk-transport-logistique sur Twitter
  • wk-transport-logistique sur Youtube
  • wk-transport-logistique rss
Les emplois
logo Logistiques Magazine Par Bruno Mouly
INTERVIEW 02/05/2016

François Cabirol, Marionnaud : ''1 000 flacons recyclés permettent d’économiser l’émission de 104 kg de CO2''

Marionnaud a lancé le 11 avril 2016 une filière de tri, de recyclage et de valorisation des produits cosmétiques usagés ramenés en point de vente par la clientèle, en coopération avec Veolia. Décryptage avec François Cabirol, responsable logistique de l'enseigne.

Logistiques Magazine : Quel impact environnemental attendez-vous de votre nouvelle filière ?

François Cabirol : Sur les 12 premiers mois, nous estimons pouvoir recycler 700 000 flacons de parfum, soit 150 tonnes de produits, et valoriser 260 000 emballages plastiques de produits de beauté et de soin, soit 10 tonnes. Au total, ce sont 160 tonnes de produits qui seront traitées. L’impact environnemental sera important, puisque d’après nos calculs, 1 000 flacons recyclés permettent d’économiser l’émission de 104 kg de CO2 (ou 329 Kwh d’énergie). Ce qui équivaut à la quantité de CO2 rejeté par une voiture parcourant 650 km. Pour l’heure, nous avons déjà récolté 4 tonnes de produits usagers, dont une tonne de plastique et trois tonnes de flacons en verre. 70 % ont été traités par le pilote du projet, que nous avons lancé fin 2015 sur nos 515 magasins, et 30 % par l’opération réelle, avec la coopération de Veolia démarrée le 11 avril 2016.

L.M. : Comment fonctionne concrètement cette reverse logistique ?

F. C. : Tous nos magasins en France collectent l’ensemble des flacons de parfum en verre et de produits de beauté et de soins vides (vernis à ongles, pots et tubes de crème, rouges à lèvres, mascaras…), achetés ou non chez Marionnaud et rapportés par notre clientèle, que nous sensibilisons et récompensons. Tous ces produits usagés font ensuite l’objet d’un premier tri sur nos points de vente en mettant d’un côté les flacons de parfum dans des cartons de livraison réutilisables et, de l’autre, les produits de beauté et de soin.

Nous injectons une fois par mois ces produits à recycler et à valoriser dans nos flux retour existants d’invendus ou de produits abîmés jusqu’à notre entrepôt national de Châtres en Seine-et-Marne. Il n’y a pas d’expéditions spécifiques des produits usagés. Nous mutualisons ainsi le transport de nos retours récurrents et de ceux destinés au recyclage. Cette mutualisation qui accroît le taux de remplissage des camions de notre prestataire Geodis, chargé des livraisons magasins et des retours, augmente un peu le coût du transport par un poids supplémentaire et donc notre empreinte carbone. Mais cette hausse est largement compensée par le gain écologique apporté par le recyclage des flacons en verre et la valorisation des emballages plastiques de produits de beauté et de soins.

L.M. : Les circuits de recyclage et de valorisation sont-ils ensuite séparés ?

F. C. : Oui. Ils se font à partir de notre entrepôt national où nous avons mis en place un processus pour consolider séparément les deux types de produits usagés dans de plus grands cartons respectifs. Nous leur dédions un petit espace de stock tampon. Notre partenaire Veolia vient les enlever par camion. Les emballages plastiques de produits de maquillage et de soin partent dans un centre de valorisation de Veolia à Montereau, situé à proximité de Châtres où ils sont incinérés. La chaleur qui en résulte est réutilisée pour créer de l’énergie électrique ou thermique. Les flacons de parfum en verre sont, eux, expédiés dans une usine de recyclage d’un partenaire de Veolia dans l’est de la France où ils sont broyés et fondus pour recréer des bouteilles, des flacons…

L.M. : Pour quelles raisons avez-vous choisi Veolia comme partenaire ?

F. C. : Après avoir lancé un appel d’offres fin 2015, nous avons sélectionné Veolia qui répondait à nos 4 principaux critères du cahier des charges. D’abord, le groupe avait la capacité de traiter tous les produits, verre et contenants en plastique. Il nous fallait aussi un partenaire de renom qui certifie notre démarche et l’ensemble de nos opérations de recyclage et de valorisation. Veolia pouvait nous fournir également une traçabilité et des indicateurs de performance sur les volumes recyclés et valorisés.

Enfin, l’entreprise a la capacité de nous aider à optimiser notre schéma de reverse logistique afin d’abaisser notre empreinte carbone. Cela, grâce au maillage de ses installations de traitement sur le territoire national qui nous permettent d’étendre la filière à l’ensemble de nos magasins. Et même d’étudier la possibilité de raccourcir à terme nos circuits de traitement au niveau local, en intégrant nos flux à ceux de la collecte urbaine de Veolia. L’idée est d’opérer des flux directs en province entre magasins et centres de traitement, sans passer par notre entrepôt national.

L.M. : Cette filière entraînera-t-elle des ajustements de production de vos fournisseurs, d’espaces de stockage en magasin ou de stock en entrepôt ?

F. C. : Elle aura peu d’impact sur notre outil et nos flux logistiques et aucun sur la production. Nous ne prévoyons pas d’agrandissement ou de création d’un véritable espace d’entreposage dédié dans notre plateforme de Châtres. Opérée par ID Logistics, celle-ci continuera à gérer et à expédier les commandes en ligne sur notre site e-commerce, celles des magasins et les retours récurrents de produits impropres à la vente. Si les volumes de flacons et d’emballages cosmétiques usagés augmentent, nous comptons jouer davantage sur la hausse des fréquences d’enlèvement par Veolia. Des solutions annexes ont été étudiées et préparées pour les ramener en cas de besoin soudain.


Une initiative inscrite dans la politique RSE de l’enseigne


Marionnaud s’est lancé dans une politique environnementale exigeante. L’enseigne encourage notamment les salariés du nouveau siège social parisien à adopter un comportement plus respectueux de l’environnement. Comme limiter la consommation de papier en réduisant l’impression ou en remplaçant, à chaque étage, les corbeilles personnelles par des points d’apport volontaire.

Dans ses magasins, le groupe a aussi choisi d’amener les responsables et les conseillères beauté à supprimer la consommation de papier par la mise à disposition d’iPads et le développement d’applications spécifiques de pilotage des stocks ou de merchandising.

Sur le transport, il utilise deux véhicules électriques pour les livraisons de certains magasins parisiens et impose à son prestataire Geodis l’emploi de camions aux dernières normes Euro.

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

INTERVIEW              -
              François Cabirol, Marionnaud : ''1 000 flacons recyclés permettent d’économiser l’émission de 104 kg de CO2''
''1 000 flacons recyclés permettent d’économiser l’émission de 104 kg de CO2, soit l'équivalent de ce que produit une voiture sur 650 km'', François Cabirol, Marionnaud. © Marionnaud

Rechercher dans les actualités

Ou
carrefour transaction

Vidéos et audios

#
img1

L’entreprise procède par échantillonnage à un contrôle qualité des pièces de vitrage reçues de ses fournisseurs verriers.

#
img1

La manutention de pneus n'est pas aisée et peu automatisable, d'où le recours à beauoup de main-d'œuvre en entrepôt.

Voir toutes les actus vidéos et audios


nos événements

24h Camions Le Mans
Du 08/10/2016 au 09/10/2016
24h Camions Le Mans Le Mans
Rencontres des Jeunes Dirigeants
Du 03/11/2016 au 05/11/2016
Rencontres des Jeunes Dirigeants Lisbonne

Agenda

2016
22
29
Du 22/09/2016 au 29/09/2016
Salon de Hanovre
Foire de Hanovre - Allemagne
2016
05
07
Du 05/10/2016 au 07/10/2016
Conférence mondiale Villes et Ports
Rotterdam - Pays-Bas
2016
06
Voir toutes les manifestations

Découvrez nos offres d'abonnement

Espace Annonceurs

Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :