webleads-tracker

  • Suivez-nous sur Twitter
  • Suivez-nous sur YouTube
  • Abonnez-vous à notre flux RSS
Les emplois
Couverture de Logistique Magazine

Logistiques Magazine

Actualités

Amazon, qui doit faire face à une forte montée des commandes pour les fêtes de fin d’année, a bien compris l’avantage qu’on pouvait tirer des itinérants, prêts à travailler dur... -
© DR Les propriétaires de camping-car à la rescousse d’Amazon Le géant Amazon gère la montée en puissance des livraisons de fin d’année en...
La plate-forme logistique Carrefour de Fuveau, certifiée ISO 14001, est en cours de certification HQE. Sur sa toiture, une centrale solaire va être installée. -
© NBC Carrefour France déménage sa logistique "produits frais" du Sud Trop à l’étroit sur les 10 000 m2 dédiés au stockage des produits frais,...
TecTake a acheté en 2016 cet entrepôt de 20 000 m² à Rognac dans les Bouches-du-Rhône. -
© NBC Le webmarchand allemand TecTake s’installe en France Pour la première implantation hors Allemagne de sa logistique, TecTake a choisi la...
La supply chain représente 10 % de l'emploi français. -
© Afilog INTERVIEW. Claude Samson, Afilog : "1,6 million d’emplois dans le transport et la logistique" L’association professionnelle Afilog vient de révéler les données d’un panorama...
Anne Le Rolland, Pdg d’Acte International. -
© Acte International Mieux préserver la supply chain de la corruption La loi Sapin 2 est une nouvelle norme internationale anticorruption obligeant les...
Jérôme Delabre, président de la FIM COsertec et Olivier Wajnsztok, directeur associé du cabinet de conseil Agile Buyers, lors d'une conférence au Midest 2016, au Parc des Expositions de Villepinte -
© EL La relocalisation industrielle : volonté politique versus réalité économique La France a fait de la relocalisation industrielle une priorité nationale. Une mutation...
Bosch a décidé d’installer des capteurs sur les véhicules roulants de l’entrepôt grâce à la solution Zenoway, développée par la start-up Zeno Track que l’Allemand a rachetée il y a quelques années. -
© Éloïse Leydier L’industrie du futur passe aussi par une logistique connectée Lors d’une conférence sur Smart Industries, qui se tenait conjointement au Midest, à...
S'abonner
Par Éloïse Leydier
E-COMMERCE 30/05/2016

"Que ce ne soit pas le client qui nous informe d’un problème de livraison…", Gaël Loric, Rue du Commerce

Rachetée en janvier 2016 par Carrefour, l’enseigne de vente à distance Rue du Commerce dispose depuis 2014 d'un outil de monitoring des activités logistique et transport. Premier bilan de cette solution, également mise en place chez Carrefour, avec Gaël Loric, responsable supply chain.  

Logistiques Magazine : Vous avez mis en place en 2014 Welcometrack, une solution de monitoring des activités logistique et transport. Quelles problématiques vous ont poussé à chercher un nouvel outil ?

Gaël Loric : Comme tous les e-commerçants, nous avons besoin de visibilité, de traçabilité et de l’analyse de données afin d’améliorer les relations avec nos clients. Lorsque l’on opère dans le B to C, la complexité est de gérer un volume de données très important, avec des mises à jour plus que fréquentes… Il nous faut donc trouver les outils qui nous permettent d’avoir plus d’informations que le client lui-même, c’est-à-dire d’éviter que cela soit lui qui nous apprenne qu’il y a un problème avec sa livraison…

Or, avec les millions de produits traités chaque semaine, il est difficile d’obtenir une information fine à chaque étape, de la commande à la livraison du client. En conséquence, nous avions besoin d’indicateurs pour piloter la fiabilité de nos expéditions et améliorer la qualité de service pour nos clients.

L. M. : Qu’est-ce que cela a changé dans vos relations avec les transporteurs et pour vos clients ?

G. L. : Avec les transporteurs nous avons une relation commerciale mais aussi partenariale. Cela signifie que nous devons construire ensemble des solutions pour travailler sur la qualité et le coût des transports. La solution Welcometrack nous permet de mieux piloter la communication avec nos prestataires : les taux de services sont plus simples à piloter, ce qui nous permet de réagir rapidement, par exemple en cas de non remise des flux de colis par un transporteur ou d’absence du destinataire.

Nous suivons les engagements des transporteurs et mesurons le taux de livraisons respectant le délai contractuel du transporteur, qui peut être comparé d’une année sur l’autre, nous offrant ainsi la possibilité d’établir un plan d’actions pour une meilleure performance. Avant la mise en place de ce logiciel, nous étions davantage dépendants des informations communiquées par les transporteurs, ce qui limitait notre capacité à contrôler par nous-mêmes et surtout la recherche, ensemble, des meilleurs process.

Car le transporteur n’est évidemment pas responsable à 100 % des échecs de la promesse de livraison. Parfois, les anomalies ont une cause interne. Par exemple, des colis qui ne sont pas alloués au bon transporteur au moment de la préparation des expéditions… Avec cette nouvelle solution, nous avons pu identifier et faire baisser les dévoyés.

Grâce à une cartographie du taux de respect de la livraison, nous pouvons également pointer les zones géographiques où le transporteur rencontre le plus de difficulté à respecter son engagement de délai. Ce dernier peut alors cibler les plates-formes et les agences où il doit engager des actions concrètes. Une fois ces actions menées, nous pouvons vérifier, ensemble, si cela a permis d’améliorer la prestation.

D’autre part, la gestion des litiges entre nos équipes et les transporteurs se fait en toute connaissance de cause et plus rapidement. Nous avons ainsi constaté qu’une part importante des anomalies transport est désormais détectée avant l’appel du client, mais de plus, lorsqu’il y a une erreur, nous pouvons identifier la source plus précisément.

L. M. : Quelles sont les évolutions encore nécessaires ?

G. L. : La première étape pour les e-commerçants a été d’améliorer le tracking de la commande, la seconde de mettre en place des tableaux de bord afin de pouvoir mieux piloter en cas d’anomalies, avec une amélioration continue de la qualité de la livraison... Beaucoup de logiciels sont aujourd’hui capables de fournir ces services...

La véritable différence se fera donc à l’avenir sur la BI (Business Intelligence), c’est-à-dire l’intelligence à donner à ces données pour permettre d’optimiser et d’ajuster en temps réel la performance transport, en termes de promesse client et de coût. La possibilité de piloter la partie financière de tous les éléments de la chaîne est par exemple structurante : les outils de facturation vis-à-vis des transporteurs pourront ainsi être affinés, tant sur la prestation elle-même qu’en cas de litiges. Pour les e-commerçants, cela assurera une visibilité complète sur sa chaîne de valeur.

Les solutions logicielles doivent de plus être capables de s’améliorer en continu, par rapport aux retours des clients des éditeurs, mais aussi grâce à une mutualisation des best practices. Ainsi, les améliorations demandées par l’un bénéficieront à tous.

Après le rachat de Rue du Commerce par le groupe Carrefour, en janvier 2016, WelcomeTrack est en cours de déploiement sur les entrepôts e-commerce Carrefour, pour toutes ces raisons mais aussi pour faciliter les synergies opérationnelles entre les deux entités.

© Tous droits réservés

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Z-LOGISTIQUE                -
                "Que ce ne soit pas le client qui nous informe d’un problème de livraison…", Gaël Loric, Rue du Commerce
Gaël Loric, responsable supply chain de Rue du Commerce. © Rue du Commerce
Appels d'offre

SUIVRE LOGISTIQUES MAGAZINE

Newsletter

Veuillez résoudre l'opération :
 = 
S'inscrire

Agenda

2016
08
Le 08/12/2016
CONFÉRENCE SUPPLY CHAIN AGILE
Toulouse
2017
24
25
Du 24/01/2017 au 25/01/2017
44e Rencontres de la Mobilité Intelligente
Montrouge
2017
20
22
Du 20/06/2017 au 22/06/2017
PREVENTICA
Paris
Voir toutes les manifestations
Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :