webleads-tracker

  • wk-transport-logistique sur Twitter
  • wk-transport-logistique sur Youtube
  • wk-transport-logistique rss
Les emplois
logo Journal de la Marine Marchande Par Clotilde Martin
Fluvial 13/06/2016

Inondations : le transport fluvial demande une aide exceptionnelle

La crue exceptionnelle de la Seine suivie d’une lente décrue a entraîné un arrêt de la navigation et perturbé les activités des ports et des entreprises installées à proximité du fleuve. La profession fluviale demande le déblocage d’une enveloppe exceptionnelle d’aide directe.

Les professionnels du transport fluvial appellent au secours. La situation exceptionnelle de crue de la Seine, de la Marne, de l’Yonne et du Loing entre fin mai et début juin a des conséquences lourdes sur les activités du transport fluvial, des ports et des filières industrielles et touristiques qui en dépendent, indique un communiqué d’Haropa-Ports de Paris diffusé le 6 juin.

La profession fluviale a demandé au gouvernement le déblocage d’une enveloppe exceptionnelle d’aide directe aux entreprises dans le cadre du Fonds de prévention des risques naturels majeurs. Com­me ce secteur n’est pas prévu dans les critères de ce fonds, la décision appartient aux ministres des Finances et de l’Éco­nomie, même si le se­cré­taire d’État aux Transports a accueilli favorablement la demande. Le secteur pourrait être intégré dans un lot d’indemnisation des agriculteurs.


Une reprise lente

Si la décrue est engagée, le retour à la normale et la reprise des activités seront longs car ils dépendent de nombreux facteurs d’exploitation, pour certains déjà connus, pour d’autres qui apparaissent au fur et à mesure du retrait des eaux : état des bateaux, des quais, des installations logistiques et des réseaux, note un communiqué du Comité des armateurs fluviaux (CAF) du même jour.

L’interruption des activités pendant la crue et les dé­gâts matériels sur les installations flottantes ou fixes ont des conséquences économiques en cours d’évaluation pour chaque filière, notamment celles du tourisme, de la logistique ou du BTP. "Le préjudice est constaté jour après jour", explique Didier Léandri, président du CAF. "Une évaluation n’est pas possible facilement pour le transport fluvial."


Un préjudice d'environ 10 M€

Le montant du préjudice d’exploitation va continuer d’augmenter tant que les entreprises ne pourront pas reprendre leur activité dans des conditions normales. Pour le tourisme fluvial, le calcul est plus aisé en se fondant sur son activité élevée à cette période de l’année avec près de 100 000 passagers par jour. Selon le CAF, le préjudice d’exploitation – à supposer une reprise pleine et entière de l’activité d’ici au 20 juin – s’établirait à près de 10 M€. "Ce risque n’est pas couvert par les assurances même si l’état de catastrophe naturelle est déclaré", continue le CAF.

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Fluvial              -
              Inondations : le transport fluvial demande une aide exceptionnelle
Le transport fluvial est en train de chiffrer son préjudice d'exploitation après les crues exceptionnelles intervenues au début deu mois de juin.. © DR

Rechercher dans les actualités

Ou
carrefour transaction

Vidéos et audios

#
img1

2 GoPro accrochées à un chariot élévateur ont capturé 6 heures de la folie de Noël condensées en 73 secondes !

#
img1

Spartoo gère 2 millions de commandes annuelles, 3 millions de pièces qui rentrent en stock chaque année et 1 million de pièces en stock.

Voir toutes les actus vidéos et audios


nos événements

Agenda

2016
08
Le 08/12/2016
CONFÉRENCE SUPPLY CHAIN AGILE
Toulouse
2017
24
25
Du 24/01/2017 au 25/01/2017
44e Rencontres de la Mobilité Intelligente
Montrouge
2017
20
22
Du 20/06/2017 au 22/06/2017
PREVENTICA
Paris
Voir toutes les manifestations

Découvrez nos offres d'abonnement

Espace Annonceurs

Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :