webleads-tracker

  • wk-transport-logistique sur Twitter
  • wk-transport-logistique sur Youtube
  • wk-transport-logistique rss
Les emplois
logo WKTL Par Claire Garnier
Social 01/07/2016

Logistique Seine-Normandie dresse le bilan des grèves de mai

Plusieurs entreprises de la filière logistique Seine-Normandie ont évoqué l’impact pour leurs activités du blocage de la zone industrialo-portuaire du Havre et des grèves perlées des dockers sur les terminaux du Havre, lors d’une conférence de presse vendredi 1er juillet à Rouen.

"L’État nous conseille de porter plainte mais dans la réalité personne ne porte plainte ; celui qui le fait est mort", a déclaré Christian Boulocher, directeur de Normandie Logistique vendredi 1er juillet, au cours d’une conférence de presse au siège de Logistique Seine-Normandie sur les impacts des blocages intervenus en mai essentiellement au Havre.


La craintes des représailles

Transporteur routier, logisticien et commissionnaire de transport international, Normandie Logistique (450 salariés, dont 300 chauffeurs) est implanté à Rouen, Caen et Le Havre. Le blocage de la zone industrialo-portuaire du Havre, conjugué à la grève perlée des dockers du Havre, a entraîné une perte d’activité pour l’entreprise. En effet, le site du Havre - installé sur le parc logistique du Pont de Normandie - est resté inaccessible pendant plusieurs jours.

"Pendant la semaine qui a suivi le lundi de Pentecôte, nous n’avons pas pu nous rendre dans l’entreprise ; cela a été le cas pour tous les industriels de la zone", a expliqué Christian Boulocher. L’un des chauffeurs de l’entreprise, ne pouvant s’extirper de la zone industrielle s’est retrouvé "prisonnier" avec son camion pendant deux jours. "Nous n’avons pas porté plainte par crainte de représailles de la part des dockers sur nos marchandises", a indiqué Christian Boulocher.

Et le dirigeant d’enfoncer le clou : "Sur le port du Havre, on n’est pas sur le territoire de la République ; on est sur le domaine public maritime qui appartient de fait aux dockers".


"Les enjeux de sécurité-sûreté"

XP LOG, qui opère 110 000 m2 d’entrepôts au Havre avec 200 collaborateurs, confirme le préjudice. "Pendant quatre jours, 200 personnes se sont trouvées au chômage technique. Il était impossible de faire entrer ou sortir de la marchandise", a expliqué Olivier Jean-Baptiste, directeur de XP LOG. "Le système de rendez-vous qui a été mis en place sur les terminaux du Havre est une très bonne chose, mais il se trouve ralenti du fait des grèves perlées de dockers qui se poursuivent ; les délais de traitement des conteneurs étant ralentis, les flux sont réduits".

Pour Olivier Jean-Baptiste, ce qui a amené les services de l’État à "bouger" au Havre, c’est la question des risques en termes de sécurité et de sûreté engendrés par la densité de sites SEVESO. "Ce n’est pas le blocage économique qui a fait bouger le Préfet, ce sont les enjeux de sécurité-sûreté. Il y a des stockages de produits chimiques sur la zone industrielle du Havre et chacun sait qu’il faut un minimum de collaborateurs dans ces usines pour maintenir la sécurité".


Des pertes importantes

Bruno Béliard, le dirigeant d’Eurochannel Logistics, transporteur et logisticien installé à Dieppe, a expliqué quant à lui qu’il avait du reporter des chargements et en confier certains à des confrères. Jean-Philippe Salliot, directeur de Oissel Transports (groupe Charles André) qui emploie 200 collaborateurs, estime de son côté qu’il a perdu l’équivalent de 4 jours d’exploitation en mai 2016. Son chiffre d’affaires de mai 2016 a accusé une baisse de 13 % par rapport à celui de 2015.

"La production qui ne s’est pas faite en France durant ces blocages s’est faite ailleurs", souligne le chef d’entreprise, qui estime très grave que des industriels se trouvent "dans l’impossibilité d’accéder à leurs entreprises et que des salariés soient empêchés d’aller travailler". Ces blocages constituent selon lui une "entrave à la liberté de circulation".

Alain Verna, le président de Logistique Seine-Normandie, par ailleurs PDG de Toshiba TEC Europe installée à Dieppe, a, de son côté, indiqué qu’il avait enregistré une perte sèche pour son activité de configuration de copieurs du fait de l’indisponibilité de la marchandise acheminée par voie maritime au Havre. "Nous avons réalisé 1 000 machines au lieu de 1 800. Nous avons 800 machines en retard de livraison".

Le dirigeant de la seule usine de Toshiba en Europe a pointé l’insuffisance de la réponse de l’État face aux blocages du mois de mai. "C’est une perte de l’autorité de l’État", a-t-il déclaré.


Des contre-revendications...

Sur le ton de l’humour, il a dressé un inventaire de ses propres revendications. "La CGT revendique, mais moi aussi ! Je revendique de vivre avec la valeur travail, je revendique le respect de l’autre, de sa liberté de parole et de son droit à exercer un emploi. Je revendique l’ouverture vers le monde et non le repli sur soi".

En attendant, Alain Verna se prépare à accueillir à Dieppe les dirigeants japonais de Toschiba TEC. Ces derniers viennent inaugurer le 8 juillet les nouvelles lignes de production de toner couleurs, soit un investissement global de 3 millions d’euros.

 

© Tous droits réservés

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter ici. »

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Social              -
              Logistique Seine-Normandie dresse le bilan des grèves de mai
Les blocages de la zone portuaire du Havre ont pesé sur l'activité la filière transport et logistique. © Anne Kerriou

les articles les plus lus

Rechercher dans les actualités

Ou
carrefour transaction

Vidéos et audios

#
img1

Spartoo gère 2 millions de commandes annuelles, 3 millions de pièces qui rentrent en stock chaque année et 1 million de pièces en stock.

#
img1

L'aéroport de Bruxelles a dévoilé de nouveaux chariots aéroportuaires lors du Air Cargo Forum 2016 à Paris

Voir toutes les actus vidéos et audios


nos événements

Agenda

2016
08
Le 08/12/2016
CONFÉRENCE SUPPLY CHAIN AGILE
Toulouse
2017
20
22
Du 20/06/2017 au 22/06/2017
PREVENTICA
Paris
Voir toutes les manifestations

Découvrez nos offres d'abonnement

Espace Annonceurs

Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :