webleads-tracker

  • Suivez-nous sur Twitter
  • Suivez-nous sur YouTube
  • Abonnez-vous à notre flux RSS
Les emplois
Couverture de Logistique Magazine

Logistiques Magazine

Actualités

Amazon, qui doit faire face à une forte montée des commandes pour les fêtes de fin d’année, a bien compris l’avantage qu’on pouvait tirer des itinérants, prêts à travailler dur... -
© DR Les propriétaires de camping-car à la rescousse d’Amazon Le géant Amazon gère la montée en puissance des livraisons de fin d’année en...
La plate-forme logistique Carrefour de Fuveau, certifiée ISO 14001, est en cours de certification HQE. Sur sa toiture, une centrale solaire va être installée. -
© NBC Carrefour France déménage sa logistique "produits frais" du Sud Trop à l’étroit sur les 10 000 m2 dédiés au stockage des produits frais,...
TecTake a acheté en 2016 cet entrepôt de 20 000 m² à Rognac dans les Bouches-du-Rhône. -
© NBC Le webmarchand allemand TecTake s’installe en France Pour la première implantation hors Allemagne de sa logistique, TecTake a choisi la...
La supply chain représente 10 % de l'emploi français. -
© Afilog INTERVIEW. Claude Samson, Afilog : "1,6 million d’emplois dans le transport et la logistique" L’association professionnelle Afilog vient de révéler les données d’un panorama...
Anne Le Rolland, Pdg d’Acte International. -
© Acte International Mieux préserver la supply chain de la corruption La loi Sapin 2 est une nouvelle norme internationale anticorruption obligeant les...
Jérôme Delabre, président de la FIM COsertec et Olivier Wajnsztok, directeur associé du cabinet de conseil Agile Buyers, lors d'une conférence au Midest 2016, au Parc des Expositions de Villepinte -
© EL La relocalisation industrielle : volonté politique versus réalité économique La France a fait de la relocalisation industrielle une priorité nationale. Une mutation...
Bosch a décidé d’installer des capteurs sur les véhicules roulants de l’entrepôt grâce à la solution Zenoway, développée par la start-up Zeno Track que l’Allemand a rachetée il y a quelques années. -
© Éloïse Leydier L’industrie du futur passe aussi par une logistique connectée Lors d’une conférence sur Smart Industries, qui se tenait conjointement au Midest, à...
S'abonner
Par Éloïse Leydier
INDUSTRIE 14/12/2016

La relocalisation industrielle : volonté politique versus réalité économique

La France a fait de la relocalisation industrielle une priorité nationale. Une mutation de cette géographie pourrait avoir un impact important sur la gestion de la supply chain. Pour autant, les cartes ne semblent pas se redessiner nettement aujourd’hui.

"Le sujet de la délocalisation ou de la relocalisation ne doit pas être abordé de façon idéologique mais sous l’angle économique", met en garde Jérôme Delabre, président de FIM Cosertec, qui réunit les métiers de la sous-traitance mécanicienne.


Peu d'objectifs d'achats tricolores

Alors qu’en France, les pouvoirs publics ont fait de la relocalisation une priorité, selon une étude annuelle réalisée par l’agence de conseil Agile Buyers, "seuls 16 % des acheteurs des entreprises hexagonales avaient l'intention de se fournir dans l’Hexagone en 2016", détaille Olivier Wajnsztok, directeur associé de ce cabinet de conseil, spécialisé dans les Achats.

"Les secteurs industriels sont d’ailleurs les moins enclins à le faire : les professionnels de la mécanique, de la métallurgie et de l'électronique étaient moins de 10 % à avoir des objectifs d'achats tricolores, invoquant des questions d’indisponibilité et de coût", poursuit Olivier Wajnsztok.


Un coût du transport de quelques pour cent

Selon Jérôme Delabre, également pdg de l’entreprise Delabre, spécialisée dans le découpage, l’emboutissage, l’assemblage ainsi que dans la conception et la réalisation d’outillages de presse, le choix de la localisation doit se faire en fonction de la typologie des produits, selon leur niveau de gamme, la main d’œuvre nécessaire à leur fabrication et également des coûts logistiques associés.

"Pour mon secteur d’activité, le coût de transport ne représente que quelques pour cent, illustre-t-il. Il ne peut donc pas être un argument pour une relocalisation. L’acheminement des marchandises entre Le Havre et mon entreprise, à quelques kilomètres, me coûte la même chose que le fret de Shanghai jusqu’au Havre…" Pas de relocalisation pour lui donc, même avec des salaires chinois multipliés par presque 3 en 10 ans.


Commander en plus grande quantité

Mais la partie n’est pas pour autant jouée avec une augmentation des risques fournisseurs, tant par les problématiques politiques, météorologiques que stratégiques avec une diminution du nombre de fournisseurs, pour faire baisser les prix en leur commandant en plus grande quantité.

Les relocalisations pourraient donc se faire selon plusieurs critères : une automatisation des industries rendant la part du coût de la main d’œuvre négligeable dans la production, les défaillances de fournisseurs à l’autre bout du monde, et le prix du baril de pétrole…

© Tous droits réservés

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Z-LOGISTIQUE                -
                La relocalisation industrielle : volonté politique versus réalité économique
Jérôme Delabre, président de la FIM COsertec et Olivier Wajnsztok, directeur associé du cabinet de conseil Agile Buyers, lors d'une conférence au Midest 2016, au Parc des Expositions de Villepinte © EL
Appels d'offre

SUIVRE LOGISTIQUES MAGAZINE

Newsletter

Veuillez résoudre l'opération :
 = 
S'inscrire

Agenda

2016
08
Le 08/12/2016
CONFÉRENCE SUPPLY CHAIN AGILE
Toulouse
2017
24
25
Du 24/01/2017 au 25/01/2017
44e Rencontres de la Mobilité Intelligente
Montrouge
2017
20
22
Du 20/06/2017 au 22/06/2017
PREVENTICA
Paris
Voir toutes les manifestations
Wolters Kluwer France
Autres portails métiers Wolters-Kluwer France :