Quand l’âge compte : Comprendre l’impact de l’écart générationnel dans l’éducation à la cybersécurité

Ces nouvelles marques qui seront bientôt en vente en France

Alors que les menaces de cybersécurité ne cessent d’évoluer, il revient à chacun d’adopter des pratiques de sécurité avancées sur Internet. Notre réaction face à ces menaces peut être influencée par la génération à laquelle nous appartenons. Découvrez tout de suite quel peut être l’impact générationnel sur l’éducation à la cybersécurité.

Comment les Baby-Boomers abordent la cybersécurité

Les Baby-Boomers représentent la génération des personnes nées entre 1946 et 1964. Ils ont connu l’arrivée des ordinateurs sur leur lieu de travail, et peuvent donc disposer de connaissances avisées concernant les technologies d’entreprise. Toutefois, ils ne sont pas à l’aise avec les nouvelles technologies, ce qui peut représenter d’importants risques pour leur cybersécurité, notamment du fait de leur difficulté à détecter les cybermenaces émergentes.

Ainsi, les Baby-Boomers utilisent couramment la technologie pour rester en contact avec leurs proches, et sont les principales victimes des attaques d’ingénierie sociale. Il s’agit de cibles de phishing de choix pour les cybercriminels, qui peuvent aussi viser leurs ressources souvent plus importantes par rapport aux générations plus jeunes. Toutefois, ils adoptent pour la plupart des pratiques de sécurité avisées, notamment en ce qui concerne l’utilisation unique des mots de passe, bien que ces derniers puissent manquer de complexité.

Comment la Génération X aborde la cybersécurité

Témoin de la transition de la société vers l’ère numérique, la Génération X rassemble les personnes nées entre 1965 et 1980. Cette génération est à l’aise en ligne et hors ligne, elle garde en mémoire le fonctionnement de la société sans l’omniprésence des technologies numériques, et est également apte à utiliser ces technologies dans la vie quotidienne. Ses membres connaissent dont l’importance d’équilibrer les mondes numérique et analogique.

A lire aussi :  L'oeil d'un designer : comment nous avons construit (et reconstruit) notre newsletter interactive

Concernant les risques de cybersécurité auxquels elle fait face, la génération X aurait tendance à préférer l’autonomie face à la collaboration lorsqu’il s’agit de résoudre un problème. Elle pourrait donc ne pas se conformer aux règles de cybersécurité hiérarchiques qui lui sont communiquées. Cette génération resterait cependant prudente sur Internet, notamment grâce au changement régulier de mots de passe.

Comment les Millennials abordent la cybersécurité

Les Millennials sont actuellement la génération la plus nombreuse sur le marché du travail. Nés entre 1981 et 1996, les Millenials se présentent comme la génération qui utilise le plus grand nombre et qui adopte le plus rapidement les nouvelles technologies disponibles, ce qui présente aussi bien des avantages que des inconvénients du point de vue de la cybersécurité. Les Millennials ont grandi avec l’essor d’Internet et des réseaux sociaux. Ainsi, ils ont apporté leurs préférences sur le milieu du travail, aujourd’hui tourné vers le numérique.

Pour autant, bien que les Millennials soient férus de technologie, souvent bien davantage que les générations précédentes, ils ne sont pas toujours plus vigilants lorsqu’il s’agit de la cybersécurité. Ils peuvent notamment avoir tendance à préférer la commodité face à la sécurité. Les Millenials privilégient la flexibilité, la vitesse et la fluidité de l’expérience, parfois contre la sécurité et son apparente complexité. Du fait qu’ils soient à l’aise avec les nouvelles technologies, ils peuvent faire preuve d’une trop grande assurance et manquer de vigilance en ce qui concerne la sécurité de leurs données.

Comment la Génération Z aborde la cybersécurité

Cette génération concerne les personnes nées à partir de 1997, s’agissant de la première génération à évoluer dans un environnement totalement numérique. La Génération Z a grandi avec un manque de vie privée, ce qui peut générer un sentiment de manque de contrôle concernant leur vie et leurs actions. Ils peuvent se sentir dépassés et faire preuve d’un sentiment d’apathie à l’égard des dangers et des risques du numérique, qu’ils affirment ne pas pouvoir contrôler.

A lire aussi :  3 bonnes raisons de jouer dans un live casino

La Génération Z adopte donc une approche laxiste en ce qui concerne les risques de cybersécurité, ce qui augmente sa vulnérabilité aux cyberattaques. Ils peuvent également sous-estimer le coût et les effets engendrés par une cyberattaque visant une entreprise, négligeant l’application des règles de sécurité. Cette génération pourrait ainsi tirer de nombreux bénéfices d’une sensibilisation à la cybersécurité.

Les meilleures pratiques pour assurer sa sécurité en ligne quelle que soit sa génération

Bien que chaque génération dispose de sa propre approche face aux nouvelles technologies, ce qui implique des risques différents en matière de cybersécurité, l’ensemble de ces générations peut tirer d’importants bénéfices pour la protection de leurs données grâce au renforcement de leurs habitudes en termes de cybersécurité. Voici les pratiques que chacun devrait adopter :

  • Un usage sécurisé des mots de passe : Cela implique l’usage d’un mot de passe unique et complexe, qui devra être modifié de manière régulière.
  • L’utilisation d’un VPN : Le VPN est une mesure de sécurité efficace pour toutes les générations, du fait qu’il aide à protéger l’ensemble des connexions.
  • Des formations de cybersécurité régulières : Chaque génération devrait bénéficier de formations régulières, pour une meilleure sensibilisation à l’importance de la cybersécurité.
  • Pas de partage abusif sur les réseaux sociaux : La confidentialité numérique doit être une règle essentielle, et chacun doit veiller aux informations partagées sur les réseaux, qui comportent de nombreux risques de cybersécurité.
Retour en haut