Biden envisage de vendre des droits de forage offshore

Une plateforme pétrolière offshore
Cette décision susciterait des inquiétudes parmi les écologistes concernant l’impact climatique

L’administration Biden envisage de vendre les droits de forage pétrolier offshore dans le golfe du Mexique au cours des cinq prochaines années, malgré les objections des écologistes qui affirment que cette décision serait désastreuse pour le climat.

Le ministère de l’Intérieur a exclu l’adoption d’un plan de location de pétrole offshore qui bloquerait complètement les enchères jusqu’à fin 2028, selon des personnes proches des délibérations qui ont refusé d’être nommées car la mesure n’est pas encore publique.

Les défenseurs de l’industrie pétrolière avaient fait pression en faveur d’un calendrier de vente solide pour assurer un développement et une production stables dans le golfe du Mexique, qui fournit aujourd’hui environ 15 % de la production de brut américain. Mais les écologistes soutiennent que de nouveaux contrats de location ne sont pas compatibles avec le besoin urgent de décarbonisation d’ici le milieu du siècle et qu’ils bloqueraient des décennies supplémentaires d’activité pétrolière.

Cette publication intervient à un moment où les stocks de brut diminuent et où les contrats à terme sur le pétrole approchent les 100 dollars le baril. Il faudrait des années pour que de nouvelles concessions conduisent à des forages exploratoires, et encore moins à une production réelle de brut.

Un facteur majeur dans la décision de l’administration était une disposition de la Loi sur la réduction de l’inflation qui empêchait le ministère de l’Intérieur d’émettre de nouveaux baux éoliens offshore à moins qu’au cours de l’année précédente il n’ait procédé à une vente de baux pétroliers mettant au moins 60 millions d’acres à gagner. L’exigence élaborée par le sénateur Joe Manchin (DW.Va.) a été considérée comme liant les mains de l’agence et forçant au moins une vente aux enchères pétrolière pour permettre de futures ventes de droits éoliens dans le golfe du Maine et au large de la côte de l’Oregon.

A lire aussi :  La navette électrique sans conducteur va faire ses débuts au centre-ville d'Orlando

Les porte-parole de la Maison Blanche et du ministère de l’Intérieur n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires. Mais le secrétaire adjoint à l’Intérieur, Tommy Beaudreau, a déclaré le 28 septembre devant un comité sénatorial que le programme quinquennal « est définitivement éclairé par l’IRA et le lien que l’IRA établit entre la location de pétrole et de gaz offshore et la location d’énergies renouvelables ».

Le plan sera publié le 29 septembre, a indiqué Beaudreau. À ce stade, le Congrès aurait 60 jours pour examiner le projet et faire avancer la législation en apportant des modifications.

Le calendrier est un précurseur légalement requis pour la location des eaux offshore à des fins d’exploitation pétrolière ; celui-ci devrait régir les ventes potentielles jusqu’à la fin de 2028. Même si une future administration différente pourrait chercher à changer de cap, le plan lui-même prend des années à se développer, défiant les pivots rapides.

Une proposition antérieure de l’administration Biden laissait la porte ouverte à 11 enchères de concessions pétrolières et gazières offshore – 10 dans le golfe du Mexique et une dans la région de Cook Inlet en Alaska. Le plan précédent de l’ère Obama, qui a expiré le 30 juin de l’année dernière, prévoyait également 11 ventes.

Retour en haut