Fret en baisse 2022 dans aéroports France et Europe

Le fret en repli en 2022 dans les aéroports de France et d'Europe

L’année 2022 a marqué une baisse de 4,9 % du fret avionné enregistré dans les aéroports français, atteignant un volume total de plus de 2,3 millions de tonnes. Cette tendance est en adéquation avec la moyenne observée dans les aéroports européens, mais reste significative même si elle ne représente qu’une légère diminution par rapport aux années précédentes. Le transport aérien de marchandises reste un enjeu majeur pour l’économie française, malgré les fluctuations observées ces dernières années. Les professionnels du secteur sont en quête de solutions pour optimiser et renforcer la logistique aérienne afin de répondre aux besoins actuels et futurs des entreprises.

Selon l’Association internationale du transport aérien (IATA), le transport de marchandises par avion a diminué de 8% en tonnes-kilomètres et de 15,3% en tonnage dans le monde en 2020. En France et en Europe, les chiffres sont moins sévères mais témoignent tout de même d’un repli. L’Union des aéroports français (UAF) a rapporté que le trafic cargo avionné national, métropolitain et ultramarin confondus a atteint 2,3 millions de tonnes en 2020, soit une baisse de 4,9% (-5% par rapport à 2019). Les aéroports de Roissy Charles-de-Gaulle et d’Orly ont représenté la majorité de ce trafic avec 1,9 million de tonnes consolidées, en baisse de 5,3% (-4,5% par rapport à 2019). Les autres aéroports métropolitains ont totalisé plus de 318 000 tonnes (-5,5%, -4,1% par rapport à 2019), tandis que les aéroports d’Outre-mer ont connu une croissance de 9,6% avec 75 375 tonnes (-18,6% par rapport à 2019).

Cependant, cette baisse globale du trafic cargo avionné n’a pas été uniforme. L’activité de Roissy-CDG a diminué de 5,6%, tandis que celle d’Orly a augmenté de 3,8%. Le classement des aéroports de province a également montré des variations similaires, avec des trafics en baisse pour Bâle-Mulhouse (9,4%) et Marseille-Provence (5%) et une augmentation pour Lyon Saint-Exupéry (5,8%), Toulouse-Blagnac (-3,7%), La Réunion Roland Garros (+11,6%) et Saint-Nazaire – Montoir (+15,8%). Le trafic de Paris-Vatry a chuté de près de 40%. En outre, les flux postaux avionnés, métropolitains et ultramarins confondus ont enregistré une baisse de 23,5% en 2020 avec seulement 105 258 tonnes.

A lire aussi :  Transport de marchandises : comment allier esthétique et fonctionnalité ?

Les tendances constatées en France sont similaires à celles observées en Europe. Selon l’Airports’ Council International, le trafic cargo des aéroports européens a diminué de 5% en 2020. Francfort s’est maintenu en tête avec 2 millions de tonnes (-13,3%) devant l’ensemble parisien CDG-Orly. La nouveauté du classement 2020 est la présence de Leipzig sur le podium, avec 1,5 million de tonnes (-5,1%). La place allemande a relayé Amsterdam Schiphol (1,45 million de tonnes, -14%). Suivent Londres-Heathrow (1,4 million de tonnes, -3,8%), Liège (1,1 million de tonnes, -19,3%) et Cologne (971 000 tonnes, -1,5%).

En revanche, le trafic passagers des aéroports français a connu une reprise en 2020, avec près de 174 millions de voyageurs, soit une augmentation de 91,8% par rapport à 2019. Cependant, cette activité demeure encore en retrait de 18,8% par rapport à 2019. En 2020, 53,3% du trafic passagers métropolitain a transité par les aéroports parisiens, tandis que les aéroports de province ont accueilli le reste.

A propos de l'auteur

Retour en haut