« Giga-usine » photovoltaïque à Fos-sur-Mer

Une "giga-usine" de produits photovoltaïques à Fos-sur-Mer

D’ici 2025, Marseille-Fos prévoit d’installer une usine de panneaux photovoltaïques, qui sera la plus grande en Europe. Cette nouvelle entreprise pourrait générer une augmentation considérable du trafic et de l’emploi dans la région.

L’entreprise française Carbon a annoncé qu’elle allait construire sa future usine de panneaux photovoltaïques dans la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer. Cette usine devrait créer plus de 3 000 emplois directs et aura une capacité de production énorme, produisant et commercialisant à grande échelle les composants entrants dans la fabrication des panneaux solaires (plaquettes de silicium et cellules photovoltaïques) ainsi que les modules photovoltaïques. Le polysilicium nécessaire à la fabrication des cellules sera importé d’Europe, en réponse à la dépendance actuelle à la Chine sur les panneaux solaires.

Le président de Carbon, Pierre-Emmanuel Martin, a souligné que cette usine était une réponse française à la domination chinoise sur le marché des panneaux solaires. Le marché solaire est en pleine expansion et représente une des briques essentielles du futur énergétique mondial, en particulier en Europe.

La future usine de Carbon occupera 60 hectares et permettra de produire annuellement 5 GW de cellules photovoltaïques et 3,5 GW de modules, moyennant un investissement de 1,5 milliard d’euros. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur participera à hauteur de 70 millions d’euros. Cette fabrication de panneaux photovoltaïques, du lingot jusqu’au module, représente un processus intégré global qui n’existe pas actuellement en Europe.

L’usine sera entièrement électrique et s’inscrira dans une politique globale de décarbonation menée par le port de Marseille-Fos. Ce dernier a été préféré à d’autres sites potentiels en raison de ses connexions maritimes, fluviales, ferroviaires et routières, ainsi que d’un bassin d’emploi attractif bénéficiant d’une offre de formation importante. Jusqu’à 3 500 emplois directs pourraient être créés.

A lire aussi :  Hausse des importations de GNL en Europe en 2022

La proximité des pays méditerranéens a également joué un rôle déterminant dans le choix de Fos-sur-Mer. Selon Pierre-Emmanuel Martin, l’Afrique du Nord, la Grèce, l’Italie et l’Espagne sont des marchés extrêmement dynamiques où l’énergie solaire sera la composante essentielle du futur énergétique.

Retour en haut