Les sénateurs proposent des frais pour les véhicules électriques pour le Highway Trust Fund

Recharge de VE
Un système de frais comprendrait des frais uniques de 1 000 $ au point de vente

Une législation visant à garantir que les véhicules électriques contribuent à un compte fédéral de financement des routes a été récemment présentée au Sénat américain.

Parrainée par la sénatrice Deb Fischer (R-Neb.), la loi Stop EV Freeloading Act vise à garantir que les véhicules électriques soutiennent le fonds fédéral Highway Trust. Actuellement, les véhicules électriques, ou VE, ne contribuent pas au fonds, qui est un compte adossé aux revenus des taxes fédérales sur l’essence et le diesel.

« Il n’est pas juste de forcer les millions d’Américains qui ne conduisent pas de véhicules électriques à payer la facture de ceux qui le font. Notre législation empêchera les véhicules électriques de se charger gratuitement et les obligera à cotiser au Highway Trust Fund comme les autres véhicules. Si l’administration Biden envisage de continuer à proposer des véhicules électriques au peuple américain, le moins que le Congrès puisse faire est d’exiger que les véhicules électriques soutiennent l’entretien de l’infrastructure de notre pays », a déclaré Fischer, membre du Comité du commerce chargé de la politique du fret, le 25 septembre.

Les sénateurs républicains Pete Ricketts du Nebraska, John Cornyn du Texas et Cynthia Lummis du Wyoming co-parrainent le projet de loi spécifique aux véhicules électriques.

« Le Highway Trust Fund est utilisé pour financer les réparations et l’entretien des autoroutes fédérales et, à l’heure actuelle, les véhicules électriques contribuent à l’usure de ces routes sans contribuer à cet entretien important », a déclaré Lummis, ajoutant : « Cette administration ne peut pas continuer à favoriser le l’élite libérale et ses coûteux véhicules électriques par rapport au reste des automobilistes américains ; Les conducteurs de véhicules électriques utilisent autant les autoroutes que les voitures à essence. Ils devraient être obligés de payer leur juste part.

A lire aussi :  Un économiste voit des défis et des opportunités en 2024 et 2025

« Chaque voiture qui circule sur nos autoroutes fédérales est responsable de cotiser au Highway Trust Fund, et les véhicules électriques ne devraient pas faire exception », a souligné Cornyn. « Cette législation garantirait que les véhicules électriques paient leur juste part et ne puissent pas tromper le système. »

D’après le contexte fourni par les sénateurs, le projet de loi obligerait les véhicules électriques à contribuer au fonds via un système de frais. Cela comprendrait des frais uniques de 1 000 $ sur les véhicules électriques au point de vente. « Si le gouvernement fédéral a l’intention de continuer à promouvoir la fabrication et l’adoption de véhicules électriques, il doit également concevoir une stratégie garantissant que les véhicules électriques paient leur juste part pour l’entretien des routes », selon le résumé du projet de loi.

Un comité de compétence n’a pas encore examiné le projet de loi. Une loi de politique d’infrastructure de 1 200 milliards de dollars promulguée en 2021 vise à accroître la présence des véhicules électriques sur le marché.

Les acteurs de l’infrastructure tels que l’American Road and Transportation Builders Association, la National League of Cities et l’American Society of Civil Engineers expriment leur soutien à cette mesure.

A lire aussi :  Un groupe de réflexion exhorte le DOT à lancer un projet pilote national sur les frais VMT

« Il est d’une importance cruciale de protéger la solvabilité du Highway Trust Fund alors que nous nous engageons dans un avenir durable en matière d’énergie propre qui inclut une part de marché beaucoup plus grande des véhicules électriques », a déclaré Tom Smith, directeur exécutif de l’ASCE, dans un communiqué accompagnant l’introduction du projet de loi. « Ce projet de loi constitue un moyen sensé de garantir que tous ceux d’entre nous qui utilisent le réseau de transport du pays contribuent à financer son entretien et sa modernisation. Nous sommes impatients de travailler avec le bureau du sénateur Fischer à mesure que cette législation progresse.

« Les usagers des autoroutes et des ponts qui soutiennent le système dont ils bénéficient directement constituent le fondement des investissements fédéraux dans les transports de surface depuis près de 70 ans. La proposition du sénateur Fischer constitue une étape louable vers la restauration de l’intégrité et de l’équité de cette pratique séculaire », a ajouté David Bauer, président et chef de la direction d’ARTBA.

Les revenus de la taxe sur l’essence et le diesel sont insuffisants pour répondre aux obligations à long terme du Highway Trust Fund. Le compte, utilisé pour aider les États dans leurs projets d’entretien des autoroutes, est soutenu par la taxe sur l’essence de 18,4 cents par gallon et par la taxe sur le diesel de 24,4 cents par gallon. Ces taux d’imposition ont été approuvés en 1993.

Retour en haut