SNCF Réseau relancé par l’État

L'État remet SNCF Réseau "dans la course"

En fin février, le gouvernement a annoncé un effort supplémentaire sur le ferroviaire, ce qui a réjoui SNCF Réseau. La compagnie ferroviaire était convaincue que le gestionnaire du réseau ferré national manquait des moyens pour assurer son entretien et sa modernisation, mais cette annonce va permettre de remettre le réseau français dans la course. C’est une excellente nouvelle pour les dirigeants de SNCF Réseau qui voient là une occasion de renforcer leur réseau et de le moderniser afin de répondre aux besoins du marché. Cette mesure permettra également de réduire les retards et d’optimiser la gestion du trafic ferroviaire. Il s’agit donc d’une avancée majeure pour la SNCF et pour l’ensemble du secteur ferroviaire français.

Le PDG de SNCF Réseau, Matthieu Chabanel, a déclaré devant la commission de l’aménagement du territoire du Sénat que le contrat de performance signé en 2022 avec l’État ne suffisait pas à enrayer la « lente dégradation » du réseau ferroviaire. Toutefois, le budget supplémentaire annoncé par Élisabeth Borne, Première ministre, devrait permettre d’ajouter un milliard d’euros par an d’ici 2027 aux sommes consacrées à l’entretien du réseau et allouer 500 millions d’euros par an à sa modernisation. Matthieu Chabanel a déclaré que le programme visait à remettre SNCF Réseau dans la course, en priorisant la rationalisation des postes d’aiguillage et la modernisation de la signalisation. Pour mener à bien ces travaux, il est nécessaire de trouver des financements qui ne reposent pas uniquement sur les péages ferroviaires. Il a également salué l’implication de la Société du Grand Paris pour aider à concevoir les RER métropolitains, autre priorité du gouvernement.

A lire aussi :  Marketing par e-mail : 74 % des spécialistes du marketing sont préoccupés par les changements en matière de confidentialité. Que se passera-t-il en 2022 ?

Concernant les relations avec les partenaires du réseau, notamment les collectivités, Matthieu Chabanel a souligné leur envie de plus de trains, mais également de plus de transparence, de proactivité et de capacité à rendre compte des projets. SNCF livre 96 % de ses projets dans les délais, mais 20 % d’entre eux dépassent le budget, un chiffre jugé trop élevé par le PDG. Il a rappelé ses priorités pour l’entreprise, à savoir renforcer les liens avec les territoires traversés et leurs acteurs économiques, avoir « un vrai rôle d’animateur » dans la filière française du ferroviaire, revenir à l’équilibre financier avec une gestion plus rigoureuse et réduire l’impact sur l’environnement. Les « prérequis » restent la sécurité des exploitations ferroviaires et « réussir le triptyque autour du recrutement, de la formation et de la fidélisation » des agents, a-t-il ajouté.

Retour en haut