Ford, SK, construira une usine de batteries au Québec

La Ford Mustang Mach-E
La banlieue de Montréal envisagée comme plaque tournante de la chaîne d’approvisionnement des véhicules électriques

Ford Motor Co. s’associe aux fabricants sud-coréens de composants de batteries SK On Co. et EcoPro BM Co. pour construire une usine de matériaux actifs cathodiques au Québec d’une valeur de plus de 1,2 milliard de dollars canadiens (887 millions de dollars).

Les gouvernements canadien et québécois accordent des prêts de 644 millions de dollars canadiens pour l’usine de Bécancour, qui créera au moins 345 emplois et desservira les usines de Ford au Canada et aux États-Unis

Le projet annoncé le 17 août est le dernier investissement d’une entreprise géante dans la petite communauté au nord-est de Montréal, qui vise à devenir une plaque tournante cruciale pour la chaîne d’approvisionnement nord-américaine des véhicules électriques.

Bécancour est en train de devenir un «emplacement stratégique» pour les matériaux actifs cathodiques, et l’usine Ford contribuera à consolider l’écosystème des véhicules électriques en cours de construction au Québec et en Ontario, selon le ministre canadien de l’Industrie, François-Philippe Champagne.

« Je pense que cela va être noté dans le monde entier, car maintenant une accumulation d’acteurs clés choisissent le Canada pour construire leurs usines. C’est très important », a-t-il déclaré dans une interview.

L’installation d’EcoPro CAM Canada devrait commencer ses activités au cours du premier semestre de 2026 et produire en moyenne 45 000 tonnes métriques de matériaux actifs cathodiques chaque année.

Le financement public se décompose en un prêt conditionnel de 322 millions de dollars canadiens du gouvernement canadien et un prêt partiellement remboursable du même montant du Québec.

A lire aussi :  Volta Trucks dépose son bilan après l’échec de la chaîne d’approvisionnement

Il a été révélé pour la première fois l’automne dernier que Ford et les entreprises coréennes discutaient de la construction de l’usine dans la province francophone. Les sociétés avaient précédemment convenu d’investir dans une usine de production nord-américaine qui fournirait des batteries pour une coentreprise entre SK On et Ford dans le Tennessee et le Kentucky.

L’annonce de Ford fait suite à l’annonce en mai selon laquelle General Motors Co. et Posco Future M Co. ont obtenu la moitié du financement d’une usine de batteries de 600 millions de dollars canadiens à Bécancour. L’allemand BASF SE et le minier brésilien Vale SA se sont également engagés à investir dans la région.

Le Canada a soutenu avec enthousiasme la tentative des États-Unis d’éroder la domination de la Chine dans la fabrication de véhicules électriques. La Loi sur la réduction de l’inflation a toutefois considérablement augmenté le prix du gouvernement du premier ministre Justin Trudeau, l’obligeant à égaler des milliards de subventions américaines pour attirer les constructeurs automobiles Stellantis NV et Volkswagen AG en Ontario.

Champagne a fait valoir que les investissements rapporteront des dividendes pour les décennies à venir.

« Ce n’est qu’une fois dans une vie que vous voyez un changement majeur dans la technologie, en ce qui concerne l’automobile, d’un moteur à combustion à un moteur électrique, et c’est pourquoi vous m’avez vu si actif pour m’assurer que nous décrochions ces accords au Canada,  » il a dit.

« Ces opportunités ne se présentent qu’une fois par génération, mais les avantages seront multigénérationnels. »

A propos de l'auteur

Retour en haut