Grands constructeurs automobiles : les futures règles d’économie de carburant nous ciblent injustement

Véhicules sur autoroute
La NHTSA a proposé un mandat moyen à l’échelle de la flotte d’environ 58 milles par gallon d’ici 2032

General Motors Co., Ford Motor Co. et Stellantis NV s’exposent à des amendes combinées de 10,5 milliards de dollars de 2027 à 2032 en vertu de règles plus strictes proposées en matière d’économie de carburant moyenne qui ciblent les constructeurs de SUV et de camions, selon une estimation de leur groupe commercial basé à Washington.

La National Highway Traffic Safety Administration a proposé un mandat moyen à l’échelle de la flotte, connu sous le nom de norme d’économie de carburant moyenne de l’entreprise, d’environ 58 miles par gallon d’ici 2032. Les règles plus strictes font partie d’un effort de l’administration Biden pour réduire les émissions et accélérer la transition du pays. aux véhicules électriques.

Cela aurait un impact disproportionné sur les trois principaux constructeurs automobiles de Détroit, a déclaré l’American Automotive Policy Council dans une lettre adressée au ministère de l’Énergie, qui calcule la consommation de carburant des véhicules pour l’agence de sécurité routière dans le cadre de sa surveillance distincte de la pollution des tuyaux d’échappement. Les constructeurs automobiles de Détroit « paieront 74 % des pénalités pour non-conformité alors qu’ils représentent 46 % du marché américain », a indiqué le groupe dans sa lettre.

EN RAPPORT: GM et Stellantis condamnés à une amende pour manquement aux objectifs d’efficacité énergétique

Les sanctions pour GM s’élèveraient à 6,5 milliards de dollars sur une période de cinq ans, 3 milliards de dollars pour Stellantis et 1 milliard de dollars pour Ford, a indiqué l’AAPC, soulignant que le groupe dépendait des ventes de gros pick-up et de SUV.

A lire aussi :  Ford et l'UAW concluent un accord de principe

« Ces chiffres de pénalités sont alarmants étant donné que le total combiné de toutes les sanctions civiles payées au cours des 50 ans d’histoire du programme CAFE s’élève à environ 1,5 milliard de dollars », a déclaré l’American Auto Policy Council.

La NHTSA et le ministère de l’Énergie n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Retour en haut