La Fed maintient son taux d’intérêt de référence à 5,4 %

Le président de la Fed, Jerome Powell
De futures hausses de taux sont encore possibles

WASHINGTON — La Réserve fédérale a maintenu son taux directeur à court terme inchangé le 1er novembre pour la deuxième fois consécutive, mais a laissé la porte ouverte à de nouvelles hausses de taux si les pressions inflationnistes devaient s’accélérer dans les mois à venir.

La Fed a déclaré dans un communiqué à l’issue de sa dernière réunion qu’elle maintiendrait son taux directeur à environ 5,4%, son plus haut niveau depuis 22 ans. Depuis qu’elle a lancé en mars 2022 la série de hausses de taux la plus agressive depuis quatre décennies pour lutter contre l’inflation, la Fed a fait marche arrière et n’a augmenté ses taux qu’une seule fois depuis mai.

Le dernier communiqué souligne que les récents tumultes sur les marchés financiers ont propulsé les taux d’intérêt à long terme à des sommets proches de 16 ans et contribué à une hausse des taux d’emprunt dans l’ensemble de l’économie.

« Des conditions financières et de crédit plus strictes pour les ménages et les entreprises », a-t-il déclaré, « devront probablement peser sur l’activité économique ».

Cette référence fait écho aux récents commentaires des responsables de la Fed selon lesquels des rendements plus élevés – ou des taux d’intérêt – sur les bons du Trésor à 10 ans pourraient avoir un impact modérateur sur l’économie, freiner l’inflation et se substituer à une hausse supplémentaire des taux par la Fed.

S’exprimant lors d’une conférence de presse, le président Jerome Powell a suggéré que la hausse des taux d’intérêt à long terme ralentirait l’économie si ces taux plus élevés restaient élevés pendant une période prolongée. Mais il a prévenu que la Fed n’était pas encore convaincue que son propre taux de référence soit suffisamment élevé pour ralentir l’économie à terme.

A lire aussi :  Uber propose de retourner les colis pour 5 $

Le président de la Fed a déclaré que les décideurs de la banque centrale reconnaissaient que les effets de leurs hausses de taux ne se faisaient pas encore pleinement sentir sur l’économie et qu’ils voulaient prendre le temps d’en évaluer l’impact.

« Ralentir » les hausses de taux, a déclaré Powell, « nous donne une meilleure idée de ce que nous devons faire de plus, si nous devons faire plus ».

Dans le même temps, le président de la Fed s’est dit convaincu que l’inflation, malgré certains signes de persistance dans les données mensuelles les plus récentes, continue de baisser même si l’économie continue de croître.

« La bonne nouvelle, c’est que nous faisons des progrès », a déclaré Powell. « Les progrès seront sporadiques et cahoteux, mais nous progressons. »

Les rendements à long terme du Trésor ont grimpé depuis juillet, la dernière fois que la Fed a augmenté ses taux, augmentant ainsi le coût des prêts automobiles, des emprunts sur cartes de crédit et de nombreuses formes de prêts aux entreprises. À l’échelle nationale, le taux hypothécaire fixe moyen à long terme approche les 8 %, son niveau le plus élevé depuis 23 ans.

Les économistes des banques de Wall Street ont estimé que de fortes pertes sur le marché boursier et des rendements obligataires plus élevés pourraient avoir un effet dépressif sur l’économie égal à l’impact d’une hausse de trois ou quatre quarts de point des taux par la Fed.

Cependant, ces conditions de crédit plus strictes n’ont pas encore refroidi l’économie ni ralenti les embauches autant que la Fed l’avait prévu. La croissance a grimpé à un rythme annuel de 4,9 % au cours du trimestre juillet-septembre, alimentée par des dépenses de consommation robustes, et les embauches en septembre ont été fortes. Le 1er novembre, le gouvernement a déclaré que les employeurs avaient publié un nombre important de 9,6 millions d’offres d’emploi le mois dernier, bien en dessous du sommet du début de l’année dernière, mais toujours nettement au-dessus des niveaux d’avant la pandémie.

A lire aussi :  Le syndicat canadien fixe la date limite de grève au 29 octobre pour Stellantis

L’inflation à la consommation est passée d’un pic d’une année sur l’autre de 9,1 % en juin 2022 à 3,7 % le mois dernier. Mais des données récentes suggèrent que l’inflation reste constamment supérieure à l’objectif de 2 % de la Fed.

Powell et d’autres responsables de la Fed ont répondu aux preuves surprenantes de la force économique en affirmant que la Fed surveillerait les données entrantes pour déceler tout indice selon lequel l’inflation diminuerait davantage ou resterait chroniquement au-dessus de son niveau cible. Dans l’intervalle, la plupart des observateurs de la Fed s’attendent à ce que la banque centrale maintienne ses taux inchangés en décembre également.

Les analystes de marché affirment qu’un ensemble de facteurs se sont combinés pour faire grimper les rendements du Trésor à long terme et, couplés aux hausses de taux à court terme de la Fed, ont rendu les emprunts plus coûteux pour les consommateurs et les entreprises. D’une part, le gouvernement devrait vendre potentiellement des milliers de milliards de dollars supplémentaires en obligations dans les années à venir pour financer d’énormes déficits budgétaires, alors même que la Fed réduit ses avoirs en obligations. En conséquence, des taux du Trésor plus élevés pourraient être nécessaires pour attirer davantage d’acheteurs.

Et comme l’évolution future des taux est plus sombre que d’habitude, les investisseurs exigent des rendements plus élevés en échange du risque plus élevé lié à la détention d’obligations à long terme.

Ce qui est important pour la Fed, c’est que le rendement des bons du Trésor à 10 ans ait continué à augmenter même sans hausse des taux par la banque centrale. Cela suggère que les rendements du Trésor pourraient rester élevés même si la Fed maintient son propre taux de référence inchangé, contribuant ainsi à contenir la croissance économique et l’inflation.

A lire aussi :  La croissance de BYD ralentit alors que la guerre des prix automobiles en Chine fait des ravages

D’autres grandes banques centrales ont également réduit leurs hausses de taux, leurs mesures d’inflation semblant s’améliorer. La Banque centrale européenne a maintenu son taux directeur inchangé la semaine dernière et le mois dernier, l’inflation dans les 20 pays qui utilisent l’euro est tombée à 2,9%, son plus bas niveau depuis plus de deux ans.

La Banque d’Angleterre a également maintenu son taux directeur inchangé en septembre. La Banque du Japon, quant à elle, s’oriente vers une hausse des coûts d’emprunt, à mesure qu’elle relâche son contrôle sur les taux à long terme.

Retour en haut