Toyota augmente ses salaires suite aux accords UAW-Detroit

Une Toyota sur une chaîne de montage
Les travailleurs des chaînes de montage, non syndiqués, bénéficieront d’une augmentation de salaire le 1er janvier

Toyota Motor Corp. augmente les salaires des ouvriers d’assemblage aux États-Unis après que ses rivaux du secteur automobile de Détroit ont conclu des accords de principe avec leur syndicat pour augmenter les salaires.

Le géant japonais de l’automobile prévoit d’augmenter le salaire le plus élevé de la plupart des ouvriers des chaînes de montage de 9,2 %, à 34,80 dollars de l’heure à compter du 1er janvier, a déclaré le 1er novembre une personne proche du dossier.

La décision de Toyota fait suite à des gains de rémunération importants négociés par le syndicat United Auto Workers au nom des travailleurs horaires qu’il représente dans les usines américaines gérées par General Motors Co., Ford Motor Co. et Stellantis NV. Les travailleurs des usines américaines exploitées par Toyota, comme celles d’autres marques étrangères et de Tesla Inc., ne sont pas syndiqués. Mais le président de l’UAW, Shawn Fain, s’est engagé à étendre la portée de son syndicat au-delà des trois de Détroit d’ici 2028.

Toyota exploite actuellement neuf usines de pièces automobiles et d’assemblage de véhicules dans huit États et construit une nouvelle usine de production de batteries en Caroline du Nord. La hausse des salaires de Toyota a été rapportée le 31 octobre par Labor Notes, une publication professionnelle qui soutient la négociation collective.

A lire aussi :  Les ventes de classe 8 d'occasion en juillet diminuent de 9,3 % d'une année sur l'autre
Retour en haut