La FMCSA prévoit une étude sur l’impact de l’entretien des véhicules sur la sécurité

Mécanicien regardant un ordinateur
L’objectif de l’étude est de déterminer quelles améliorations amélioreraient la sécurité des transporteurs routiers

La Federal Motor Carrier Safety Administration a annoncé son intention de mener une enquête et une étude sur l’impact des exigences d’entretien des véhicules sur la sécurité globale des transporteurs routiers.

« L’objectif de l’étude est de déterminer quelles améliorations, allant d’interventions de meilleure conformité à de meilleures exigences d’entretien des véhicules, amélioreraient la sécurité des transporteurs routiers », indique un avis du FMCSA Federal Register du 1er septembre.

La FMCSA a déclaré qu’en 2014, le Centre national des systèmes de transport John A. Volpe a mené une étude pour évaluer l’efficacité du système de mesure de la sécurité dans l’identification des transporteurs routiers les plus à risque ciblés pour les interventions.

« L’une des conclusions de l’étude est que les transporteurs routiers ciblés par une intervention en raison de violations de l’entretien des véhicules avaient un taux d’accidents 65 % plus élevé que la moyenne nationale », a déclaré la FMCSA.

Les violations étaient basées sur des inspections fédérales et étatiques de composants essentiels au fonctionnement sûr du véhicule.

« Il est important de reconnaître qu’un entretien préventif approprié et régulier – c’est-à-dire des programmes de maintenance systématiques entre les transporteurs – plutôt que des inspections fédérales et étatiques qui sont par nature limitées aux composants les plus visibles ou les plus évidents liés à la sécurité, devrait être la principale activité appliquée à assurer le fonctionnement sécuritaire des équipements.

« Bien que ces premiers résultats soient importants, ils soulèvent des questions supplémentaires », a déclaré l’agence.

L’une de ces questions est liée à une stipulation réglementaire selon laquelle tout transporteur doit avoir un programme pour « inspecter, réparer et entretenir systématiquement, ou faire inspecter, réparer et entretenir systématiquement, tous les véhicules automobiles et équipements intermodaux soumis à son contrôle ».

A lire aussi :  Environ 12,6 % des véhicules inspectés sont mis hors service

Bien que le règlement fournisse certaines orientations, il n’existe aucune définition à l’appui du mot systématique et, comme le terme est subjectif, il est susceptible de varier d’un transporteur à l’autre, a déclaré la FMCSA.

« Le manque de spécificité concernant les intervalles standard pour la maintenance préventive rend difficile pour le personnel fédéral et étatique d’évaluer l’efficacité et la conformité du programme de maintenance d’un transporteur.

« En outre, le manque de spécificité peut rendre difficile pour les transporteurs de vérifier et donc de se conformer à l’intention du règlement », a-t-il ajouté.

Mécanicien au travail

La FMCSA a déclaré que les objectifs de l’étude comprennent :

• Développer une définition opérationnelle de la maintenance systématique.

• Évaluer si la réglementation actuelle et le processus d’intervention pourraient être modifiés pour améliorer le respect des exigences d’entretien des véhicules telles que les intervalles d’entretien préventif et les inspections d’entretien préventif avec des mécaniciens adéquatement formés et des installations d’entretien adéquates.

• Recueillir des informations pour aider à établir des normes minimales pour les intervalles d’inspection, les qualifications et la formation des mécaniciens, ainsi que la certification des installations de maintenance.

Dans le cadre d’un contrat avec la FMCSA, le Virginia Tech Transportation Institute du Virginia Polytechnic Institute and State University utilisera des enquêtes en ligne pour obtenir les données nécessaires pour atteindre les objectifs de l’étude. La collecte d’informations sera administrée en deux phases.

La première phase prévoit une enquête de recrutement en ligne volontaire de sept questions qui sélectionnera les transporteurs et vérifiera leur éligibilité à la participation à la phase II.

A lire aussi :  La règle STB pourrait contribuer à stimuler la concurrence pour les expéditions ferroviaires

La phase II, une enquête volontaire de 108 questions, comprendra des questions sur les données démographiques ; les pratiques de maintenance, les intervalles, le personnel et les installations ; et les inspections étatiques et fédérales, entre autres. L’enquête de phase II, qui inclura des transporteurs de toutes tailles, fournira des informations supplémentaires sur le personnel et les installations d’entretien, les niveaux de formation des mécaniciens, les outils requis pour une inspection adéquate, la certification des installations et les problèmes d’entretien des véhicules pouvant avoir un impact sur la sécurité.

La FMCSA a déclaré que les résultats de la collecte d’informations seront documentés dans un rapport technique qui sera publié par l’agence.

« En outre, les résultats seront utilisés pour créer un rapport sur les ‘meilleures pratiques recommandées’ qui définira les normes minimales pour les intervalles d’inspection, les qualifications et la formation des mécaniciens, ainsi que la certification des installations de maintenance », indique le communiqué.

« Si cette collecte de données n’a pas lieu, l’industrie des camions et des autobus continuera de fonctionner dans l’incertitude quant à ce qu’est un programme de « maintenance systématique ». La définition ambiguë de ce terme rend difficile pour les inspecteurs fédéraux et étatiques d’évaluer l’efficacité du programme de maintenance d’un transporteur ou sa conformité à cette disposition. En outre, cette incertitude peut rendre difficile pour les transporteurs de vérifier et donc de se conformer à l’intention du règlement », a conclu la FMCSA.

Retour en haut