L’UAW frappe une usine de SUV GM au Texas

Signes de grève
Désormais, 46 000 membres de l’UAW sont au chômage

DETROIT — Le syndicat United Auto Workers a fait monter la pression sur General Motors alors que 5 000 travailleurs ont débrayé le 24 octobre dans une usine de SUV très rentable à Arlington, au Texas.

Cette décision intervient juste un jour après que le syndicat s’est mis en grève dans une usine de camionnettes Stellantis à Sterling Heights, Michigan, au nord de Détroit.

La grève au Texas porte à 46 000 le nombre total de membres de l’UAW qui ont débrayé dans le cadre d’une série de grèves qui entre dans sa sixième semaine.

Le président de l’UAW, Shawn Fain, a menacé la semaine dernière de nouvelles grèves dans le but d’amener GM, Ford et Stellantis à augmenter leurs offres salariales.

Mais la PDG de GM, Mary Barra, a déclaré lors d’une conférence téléphonique sur les résultats le 24 octobre que la société avait déjà fait une offre record et n’accepterait pas un contrat qui mettrait en péril l’avenir de l’entreprise.

L’usine d’Arlington fabrique de gros SUV basés sur des camions qui comptent parmi les véhicules les plus rentables de GM. Ils comprennent le Chevrolet Tahoe, le GMC Yukon et le Cadillac Escalade.

Le syndicat a déclaré que cette décision intervenait quelques heures seulement après que GM ait annoncé ses résultats trimestriels et quatre jours après que Fain ait déclaré que la dernière offre de GM n’était pas assez importante.

GM a publié le 24 octobre un bénéfice net d’un peu plus de 3 milliards de dollars pour le trimestre, en baisse de 7 % par rapport à l’année dernière. Mais l’entreprise a fait état d’une forte demande et de prix élevés pour ses véhicules.

A lire aussi :  La production pétrolière augmente les revenus du gouvernement au Nouveau-Mexique

Fain a déclaré dans un communiqué préparé que GM avait dépassé les attentes de Wall Street et que son offre était à la traîne de celle de Ford, préservant une structure salariale à deux niveaux et offrant la contribution 401(k) la plus faible des trois sociétés, soit 8 %. « Il est temps que les travailleurs de GM et l’ensemble de la classe ouvrière obtiennent leur juste part », a déclaré Fain.

Barra a déclaré que l’offre record de GM récompense les employés mais ne met pas en danger l’entreprise ou les emplois de l’UAW. « Accepter des coûts insoutenables mettrait en danger notre avenir et celui des emplois des membres de l’équipe GM, et mettre en péril notre avenir est quelque chose que je ne ferai pas », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Sur la ligne de piquetage au Texas, Ethan Pierce, un manutentionnaire avec plus de 23 ans d’expérience chez GM, a déclaré que les travailleurs se sont sacrifiés, faisant des concessions pour aider à sauver GM alors que l’entreprise était en grande difficulté financière suite à la crise financière américaine de 2008. « Nous avons commencé à réclamer certaines de nos affaires. Ils ne voulaient pas nous le donner », a déclaré Pierce.

Aujourd’hui, avec l’inflation qui fait monter les prix, les travailleurs sont en difficulté, a-t-il déclaré. Parmi les points de friction figure le refus de GM de laisser les travailleurs se mettre en grève contre les projets de fermeture d’usines, a déclaré Pierce. « Si vous êtes traité injustement, tôt ou tard, vous devrez vous lever », a-t-il déclaré. « Quand nous sommes mieux traités, tout le monde est mieux traité. »

A lire aussi :  Rivian envisage d'émettre 1,5 milliard de dollars de dette convertible

Après l’annonce de la grève d’Arlington, GM s’est dit déçu de l’escalade, qualifiant la grève d’« inutile et irresponsable ». La grève porte préjudice aux employés et aura « des répercussions négatives sur nos concessionnaires, nos fournisseurs et les communautés qui comptent sur nous ».

Les constructeurs automobiles ont procédé à des licenciements depuis le début de la grève et ont imputé les suppressions d’emplois aux débrayages.

La semaine dernière, GM a fait une offre qui augmentait son offre précédente d’environ 25 % en valeur totale, a indiqué la société.

Retour en haut