« Lufthansa réalise redressement financier historique »

"Redressement financier sans précédent" pour Lufthansa

Lufthansa, la compagnie aérienne allemande, a enregistré un retour aux bénéfices en 2022. Cette performance s’explique principalement par la reprise significative des vols commerciaux après une période difficile due à la pandémie mondiale. De plus, la société a également obtenu des résultats records dans les secteurs du fret et de la maintenance, ce qui a contribué à consolider sa situation financière. Les efforts déployés par Lufthansa pour surmonter les défis de ces derniers mois ont donc porté leurs fruits, permettant à l’entreprise de retrouver une situation économique plus favorable et de poursuivre son développement dans les années à venir.

La compagnie aérienne allemande Lufthansa a connu une année 2022 fructueuse après deux années difficiles à cause de la pandémie de Covid-19. La société a enregistré un bénéfice net de 791 millions d’euros l’année dernière, contre une perte de 2,19 milliards d’euros un an plus tôt. L’indicateur clé, le résultat d’exploitation ajusté, s’est élevé à 1,51 milliard d’euros, conforme à la dernière prévision en attendant une « amélioration significative » en 2023. La performance de Lufthansa est similaire à celle de son concurrent Air France-KLM, qui a également connu une année rentable, tout comme British Airways et Iberia, filiales de la maison mère britannique IAG.

Les revenus totaux de Lufthansa ont presque doublé en un an pour atteindre 32,8 milliards d’euros. Le PDG Carsten Spohr s’est félicité du « redressement financier sans précédent » que la société a connu en un an : « Lufthansa est de retour ». L’État allemand avait injecté 20 % de capital dans le groupe en 2020 lors d’un plan de sauvetage de 9 milliards d’euros en réponse à la crise sanitaire. Cependant, l’État a vendu toutes ses parts en septembre.

A lire aussi :  Aéroport de Strasbourg fermé un mois pour travaux piste

Malgré l’augmentation du coût du kérosène depuis le début de la guerre en Ukraine, la performance de Lufthansa en 2022 a été obtenue malgré « l’inflation des charges », selon le groupe. La reprise des vols a également été entravée par des goulots d’étranglement mondiaux dans l’industrie du transport aérien l’été dernier, entraînant l’annulation de milliers de vols et de nombreux voyageurs se plaignant de retards ou de valises perdues. Lufthansa estime que les surcoûts liés à ces incidents s’élèvent à 555 millions d’euros, incluant des journées de grève chez le personnel et dans les aéroports.

Bien que Lufthansa ait réalisé un bénéfice confortable, c’est grâce aux performances opérationnelles records de ses filiales Lufthansa Cargo (1,6 milliard d’euros) dans le fret et Lufthansa Technik (511 millions d’euros) dans l’entretien des avions. L’activité passagers du groupe aérien européen, qui comprend Lufthansa, Austrian, Swiss, Eurowings et Brussels Airlines, a enregistré une perte opérationnelle ajustée de 300 millions d’euros, le solde positif de 900 millions sur la seconde partie de l’année ne compensant pas un premier semestre très négatif. Les compagnies ont accueilli 102 millions de passagers l’année dernière, soit plus du double de 2021, mais encore loin du record de 145 millions de passagers en 2019 avant la pandémie. Les recettes de la branche passagers ont plus que doublé, atteignant 22,8 milliards d’euros, avec des recettes par siège en hausse de 148 % sur un an dans un contexte de hausse des prix des billets.

Lufthansa s’attend à une « forte demande continue » de voyages en 2023, surtout dans le tourisme et en particulier dans les classes « premium ». La capacité totale des sièges de la flotte a représenté 72 % du niveau d’avant la crise en 2022, elle doit être portée à 75 % au premier trimestre de 2023 et atteindre entre 85 et 90 % sur l’année en cours. Lufthansa vise toujours une marge opérationnelle ajustée d’au moins 8 % en 2024, après 4,6 % l’an dernier et un mieux attendu cette année.

A lire aussi :  Aena renoue avec profit.

La compagnie aérienne élargit également son périmètre, ayant déposé une offre en janvier pour acquérir une participation minoritaire dans la compagnie publique italienne ITA Airways, se réservant l’option de monter au capital par la suite. Cette transaction fait l’objet de « négociations avec le ministère italien de l’Économie et des Finances », selon Lufthansa, sans plus de précision sur le calendrier ou les montants en jeu.

Retour en haut