Nickel testé, or en reprise

Le nickel à l'épreuve et l'or en reprise

Au cours de la deuxième semaine de mars, les investisseurs ont assisté à une chute de la valeur de l’or. Cependant, la fin de la semaine a vu un revirement de situation avec une augmentation significative dépassant les 1 860 dollars. Cette tendance haussière a été encouragée par la baisse de la valeur du dollar. En effet, la faiblesse du billet vert a incité les investisseurs à se tourner vers l’or, considéré comme une valeur refuge dans les périodes d’incertitude économique. Cette augmentation de la valeur de l’or a donc été perçue comme un signe de l’inquiétude croissante des investisseurs quant aux perspectives économiques à court terme.

Le cours de l’or a augmenté le vendredi 10 mars après la publication d’un rapport sur l’emploi américain qui a révélé une hausse moins forte que prévue du salaire horaire moyen. Les investisseurs ont donc revu à la baisse leurs paris sur les futures hausses de taux de la Fed, ce qui a entraîné une baisse du dollar. Les investisseurs utilisant d’autres devises ont donc multiplié les achats de métal jaune. De plus, les banques américaines ont connu des difficultés, ce qui a favorisé l’or. Les banques centrales ont augmenté leurs achats d’or ces derniers mois pour lutter contre l’inflation et se diversifier du dollar.

Le nickel a vu ses prix baisser la semaine dernière sur le London Metal Exchange en raison d’un manque d’optimisme quant aux perspectives de la demande chinoise. Les dirigeants chinois ont en effet annoncé un objectif de croissance modeste de 5 % pour 2023, l’un des plus bas depuis des décennies. Cette annonce a réduit les attentes de mesures de relance supplémentaires pour accélérer la reprise économique. Cependant, certains analystes prévoient un renversement de tendance dès que l’économie chinoise se redressera sensiblement au deuxième trimestre. Les risques d’approvisionnement en nickel sont également présents, la Russie étant un important fournisseur. Certains observateurs du marché craignent donc que Moscou ne restreigne les exportations de ce métal en réponse aux sanctions occidentales.

A lire aussi :  Café en hausse, or et cuivre en baisse

Les prix du sucre ont augmenté en raison d’une offre préoccupante, notamment venant d’Inde, un des principaux pays producteurs du monde. La production indienne serait de 33 millions de tonnes cette année ou moins, ce qui inquiète les investisseurs. Les perspectives de marché trimestrielles de l’International Sugar Organization (ISO) indiquent un déficit mondial de 4,2 millions de tonnes pour la saison 2022/23. La production thaïlandaise devrait augmenter, mais celle du Brésil diminuer légèrement cette année. En Europe, la production de betteraves sucrières devrait encore réduire cette année, la superficie plantée en France risquant de tomber à son plus bas niveau depuis 14 ans. À New York, la livre de sucre brut pour livraison en mai a vu son cours augmenter, tandis qu’à Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en mai a vu son cours baisser légèrement.

Retour en haut