Plan de l’ONU contre marée noire en mer Rouge

L'ONU a son plan pour empêcher la marée noire en mer Rouge

Les autorités de l’Organisation des Nations Unies ont récemment révélé leur acquisition d’un navire-citerne d’une taille considérable qui sera utilisé pour stocker la cargaison pétrolière du bateau abandonné au large des côtes du Yémen, le « Safer ». Cette décision a été prise afin de prévenir toute catastrophe environnementale majeure qui pourrait survenir dans la mer Rouge. En effet, l’état actuel du pétrolier pose un grave danger pour l’écosystème marin de la région, car une fuite de pétrole pourrait avoir des conséquences désastreuses sur la faune et la flore aquatique. C’est pourquoi l’ONU a pris cette initiative pour protéger l’environnement et limiter les dommages potentiels.

Les Nations unies ont finalement trouvé une solution pour régler le problème du pétrolier FSO (Floating Storage and Offloading) abandonné. Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a négocié l’achat d’un supertanker dans lequel plus d’un million de barils du « Safer » devront être transvasés. Achim Steiner, administrateur du PNUD, a qualifié cela de « percée majeure ». Le FSO « Safer » risque de se briser, d’exploser ou de prendre feu à tout moment. Ancré au large du port de Hodeida, à l’ouest du Yémen, le pétrolier vieux de 45 ans n’a pas été entretenu depuis 2015. Cette situation est d’autant plus critique que le Yémen est plongé dans l’une des crises humanitaires les plus graves au monde en raison de la guerre qui oppose le pouvoir aux rebelles Houthis.

Le nouveau superpétrolier, acheté auprès de l’armateur Euronav, arrivera probablement début mai sur place et commencera les opérations de pompage. Actuellement en Chine, il fait l’objet d’opérations de maintenance. L’ONU a dû acheter un navire car cela était la seule option. C’est une action très inhabituelle pour les Nations unies.

A lire aussi :  Grèves perturbent plan de transport fret retraites

Le coût de cette opération est estimé à 129 millions de dollars par l’ONU. Cependant, la campagne de collecte de fonds pour financer le plan de sauvetage n’a rassemblé que 75 millions de dollars jusqu’à présent, et 20 autres millions ont été promis. Les Nations unies préviennent que si l’opération manque d’argent, elle pourrait être suspendue. Les États-Unis ont salué l’annonce et ont appelé les autres pays à boucler le tour de table « afin que l’ONU puisse mener à terme cette opération d’urgence le plus rapidement possible », selon les propos du porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

Le « Safer » contient quatre fois la quantité de pétrole de l' »Exxon Valdez », le pétrolier qui a provoqué en 1989 l’une des plus grandes catastrophes environnementales de l’histoire des États-Unis. L’ONU avait affirmé qu’une marée noire éventuelle pourrait être la cinquième plus grave provoquée par un tanker, et que « les opérations de nettoyage seules coûteraient 20 milliards de dollars ». Le plan d’action décidé « écartera le risque d’un désastre environnemental et humanitaire à grande échelle », a assuré Achim Steiner.

L’ONG environnementale Greenpeace avait appelé l’an dernier les pays arabes à agir « avant qu’il ne soit trop tard ». D’après elle, le pétrolier menace non seulement « la population du Yémen et des pays voisins » mais aussi « les écosystèmes fragiles de la région, notamment la biodiversité unique de la mer Rouge ».

Retour en haut