TotalEnergies et Engie modifient projet hydrogène vert à Marseille

Marseille : le projet d'hydrogène vert de TotalEnergies et Engie remanié

Selon les informations révélées par TotalEnergies, le projet de production d’hydrogène vert, en collaboration avec Engie, qui devait être mis en œuvre au sein de la bioraffinerie de La Mède, près de Marseille, va connaître une importante augmentation de volume. En effet, il devrait tripler de taille, entraînant ainsi un report de sa mise en service de deux ans, soit à l’horizon 2026. Cette décision témoigne de l’engagement des deux sociétés en matière de transition énergétique et de développement de nouvelles technologies plus respectueuses de l’environnement. La production d’hydrogène vert constitue une alternative prometteuse aux énergies fossiles, car elle est générée à partir de sources renouvelables et ne produit pas de gaz à effet de serre. Le projet permettra ainsi de diversifier l’offre énergétique de la région et de répondre aux besoins croissants en matière d’énergie propre.

TotalEnergies et Engie ont annoncé une capacité de production d’hydrogène trois fois plus importante que prévu. Grâce à un électrolyseur de 125 MW, les partenaires visent désormais une production de 50 tonnes d’hydrogène « renouvelable et bas carbone » par jour, contre 5 à 15 tonnes par jour annoncé initialement. Ce projet baptisé « Masshylia » nécessitera des études additionnelles et de nouvelles infrastructures, ce qui explique le glissement de calendrier et la date de démarrage envisagée pour 2026 au plus tard.

En utilisant de l’électricité photovoltaïque, TotalEnergies et Engie développent et exploitent le plus grand site de production d’hydrogène en France. L’hydrogène ainsi produit servira principalement à couvrir les besoins du processus de production d’agrocarburants à La Mède, permettant d’éviter plus de 100 000 tonnes d’émissions de carbone par an. Il sera également utilisé comme carburant pour des camions, bus, transport maritime, etc.

A lire aussi :  Plainte riverains et ONG contre X pour pollution maritime à Marseille

Les partenaires visaient un début de construction en 2022 pour une production en 2024, sous réserve des soutiens financiers et autorisations publiques nécessaires. Des demandes de subventions ont été déposées auprès des autorités françaises et européennes.

L’hydrogène peut être produit par divers procédés, mais l’électrolyse de l’eau est l’option la plus largement privilégiée par les acteurs de la filière. Selon France Hydrogène, la France a atteint des capacités de production d’hydrogène « renouvelable et bas carbone » de 13 MW en 2022. Au rythme actuel des projets déclarés, l’objectif de la Stratégie nationale hydrogène établie à 6,5 GW (6 500 MW) de capacités de production par électrolyseurs en France à l’horizon 2030 pourrait être atteint, voire même dépassé, pour un potentiel de production d’environ 1,07 million de tonnes.

Retour en haut