Un fabricant de locomotives et le syndicat conviennent de mettre fin à une grève de deux mois

Locomotives électriques à batterie Wabtec
Wabtec conclut un accord avec la section locale 506 des travailleurs unis de l’électricité, de la radio et des machines

ERIE, Pennsylvanie — Le plus grand fabricant de locomotives du pays et ses grévistes sont parvenus à un accord de principe qui pourrait mettre fin à une grève de deux mois qui a vu environ 1 400 personnes débrayer dans son usine de Pennsylvanie.

Wabtec, basée à Pittsburgh, a annoncé l’accord avec la section locale 506 du syndicat United Electrical, Radio and Machine Workers of America le 30 août. L’entreprise a déclaré qu’elle réclamait des augmentations de salaire, améliorerait le processus de règlement des griefs et offrirait d’autres avantages sociaux, mais elle n’a pas divulgué de détails spécifiques. .

L’accord de principe maintient également un système salarial à deux niveaux à l’usine d’Erie qui permet à l’entreprise de payer moins d’argent aux nouvelles recrues et d’augmenter progressivement leur salaire pour correspondre à celui des anciens employés, selon le communiqué de Wabtec.

L’accord comprend des augmentations de salaire horaire successives d’au moins 3 % lors de la ratification au cours de chacune des trois années à venir et une prime forfaitaire de ratification de 1 500 $.

Un message sollicitant des commentaires a été laissé le 30 août à Scott Slawson, président de la section locale 506. L’entreprise a déclaré qu’un vote sur la ratification était attendu le 31 août.

Wabtec a acquis l’usine et le reste de General Electric Transportation en février 2019. Une installation à Fort Worth, au Texas, est la principale usine de fabrication de locomotives de l’entreprise aux États-Unis. Wabtec est l’abréviation de Westinghouse Air Brake Technologies Corp.

A lire aussi :  Un analyste du FBI souligne l'importance de la cybersécurité dans le secteur des camions

Des grèves et des troubles sociaux ont eu lieu dans de nombreux endroits aux États-Unis cet été, dans des secteurs allant des acteurs et écrivains hollywoodiens aux chauffeurs-livreurs, en passant par les employés municipaux et les pilotes de ligne. De plus en plus, les employés se sentent surchargés de travail et sous-payés alors que les entreprises cherchent à apaiser les attentes des clients en matière de rapidité et de commodité, aggravées par la pandémie de COVID-19.

Les salaires, dont les syndicats affirment qu’ils ont pris du retard, en partie à cause de l’inflation, ont été au cœur des négociations, par exemple entre le syndicat des Teamsters et UPS et entre les Travailleurs unis de l’automobile et les constructeurs automobiles américains.

Retour en haut