La communauté du camionnage se rassemble autour d’anciens chauffeurs jaunes au NTDC

Champion de l'État de l'Idaho en jumeaux Dan Istre
L’ancien PDG et d’autres couvrent les dépenses de 15 concurrents soudainement « indépendants »

COLUMBUS, Ohio – Dan Istre, le septuple champion de l’État de l’Idaho de Caldwell, Idaho, est monté avec confiance dans la cabine pour concourir dans la division des jumeaux aux championnats nationaux de conduite de camions et aux championnats nationaux de conduite de fourgons.

Mais alors que la plupart des plus de 400 pilotes s’étaient entraînés jusqu’à la compétition, Istre n’était pas monté dans un camion depuis trois semaines. Il était l’un des 22 000 chauffeurs LTL de Yellow Corp. qui ont été brusquement licenciés le 30 juillet lorsque l’entreprise a fermé ses portes après près de 100 ans et a déposé son bilan.

Istre a conduit un camion à trois remorques pour Yellow et son prédécesseur pendant 29 ans et demi, et le temps d’arrêt en août est la plus longue période qu’il ait jamais passée sans être dans un camion au cours de sa carrière de près de 40 ans au volant.

« Ça a été dur. Ça a été dur », a déclaré Istre, 59 ans, la voix brisée par l’émotion et les yeux remplis de larmes alors qu’il décrivait le mois dernier chez Yellow et l’incertitude à laquelle lui et 17 autres pilotes jaunes qualifiés pour NTDC étaient confrontés. « Vous avez vos hauts et vos bas. »

En fin de compte, 15 des 18 pilotes jaunes qui se sont qualifiés pour le 86e événement annuel ont concouru au NTDC.

Deux chauffeurs qui n’ont pas participé ont refusé parce qu’ils avaient déjà trouvé de nouveaux emplois dans l’industrie du camionnage. Le troisième conducteur devait subir une intervention médicale et a choisi de le faire maintenant avant de commencer un nouveau poste.

A lire aussi :  Ventes de classe 8 en juillet en hausse de 2,5 % d'une année sur l'autre

Ceux qui l’ont fait et ont concouru étaient ici grâce au travail de plusieurs personnes. Mais deux en particulier ont lancé un effort pour amasser plus de 30 000 $ pour les frais de voyage et d’hôtel des chauffeurs. Et tout au long de la semaine, ils se sont mis en quatre pour que ces chauffeurs se sentent les bienvenus.

Immédiatement après la fermeture de Yellow, Herschel Evans, chauffeur et entraîneur jaune vétéran de 29 ans, a lancé une page Web de collecte de fonds pour attirer l’attention sur les chauffeurs jaunes désormais sans emploi, dans l’espoir de collecter des fonds pour leurs chambres d’hôtel. Avant la fermeture, l’entreprise avait déjà acheté les billets d’avion des chauffeurs, mais il y avait d’autres dépenses à couvrir et des chauffeurs comme Istre ont déclaré qu’ils étaient réticents à dépenser 2 000 à 3 000 dollars en voyages après avoir été récemment au chômage.

Evans a déclaré que l’ancien PDG de Yellow, James Welch, l’avait contacté, et Welch et sa femme avaient initialement fait don de 10 000 $ à l’effort avant de décider quelques jours plus tard d’augmenter considérablement leur contribution pour couvrir près de 100 % des dépenses des chauffeurs.

« Je lui ai dit que nous avions établi un budget d’environ 27 000 dollars pour que les chauffeurs viennent ici, et environ 20 minutes plus tard, j’ai reçu un autre message de lui disant que lui et sa femme priaient à ce sujet, et ils ont décidé de couvrir la totalité des 27 000 dollars. « , a déclaré Evans. «Un jour ou deux plus tard, après quelques appels téléphoniques, il a viré 27 000 $ sur mon compte courant personnel et il m’a dit d’aller à Columbus et de prendre soin de ses chauffeurs. Il considère toujours ces gars comme ses pilotes et il se soucie toujours beaucoup du NTDC et des pilotes qui concourent ici, il pense au monde des pilotes et il l’a montré avec le sérieux pour y arriver.

A lire aussi :  Carter Express aide Nestlé à passer au vert avec des tracteurs de chantier EV

Welch a été PDG de Yellow de 2011 à 2018, mais Evans dit que même les dirigeants actuels de Yellow, qui à l’époque naviguaient sur la fermeture du transporteur et la requête en faillite devant le tribunal fédéral, ont également contribué avec des cartes-cadeaux et d’autres articles pour le pilotes pour montrer leur appréciation pour leur détermination à se rendre à l’événement.

« Nous avons tout mis en place et avons fourni aux pilotes leurs sacs de cadeaux et nous nous sommes assurés qu’ils couvraient toutes leurs dépenses, et la veille de la compétition, nous nous sommes tous réunis pour dîner en équipe et avons passé une bonne soirée ensemble », a déclaré Evans. « La famille des camionneurs, dirigée par M. Welch, s’est vraiment mobilisée pour ces chauffeurs afin que tous les entraînements, le travail et les études ne soient pas vains car ils ont pu venir aux championnats nationaux. »

Istre et les autres ont été répertoriés dans le programme NTDC en tant que chauffeurs indépendants, mais il dit que même si l’entreprise a fermé brusquement, il est fier de son temps avec le transporteur, et les chauffeurs avec lesquels il a concouru l’ont fait se sentir exceptionnellement bienvenu.

« C’est ma septième participation à NTDC, et je suis toujours fier de l’entreprise et de ce que je fais ; la compétition, les amitiés, c’est une bonne chose », a-t-il déclaré. « Il y avait beaucoup de poignées de main et de tapes dans le dos. C’est incroyable. C’était juste sympa d’arriver ici et de voir tes amis. Nous sommes très reconnaissants à M. Welch pour sa contribution. Il a vraiment rendu tout cela possible.

A lire aussi :  Taylor Swift en concert : Comment les marques peuvent-elles capitaliser sur ces événements ?

Istre a déjà reçu de bonnes nouvelles concernant son maintien dans l’industrie du camionnage après NTDC. La veille de son départ pour l’Ohio, il a reçu une offre d’emploi, et bien qu’il ne conduise pas les gros camions triples qu’il a parcourus le long des routes des Rocheuses, il se sent chanceux et prévoit d’accepter le poste de livraison de produits alimentaires sur une navette quotidienne entre les entrepôts à Boise, Idaho et Salt Lake City.

« C’est la conduite, et ce sera un peu une transition. Je conduis des doubles et des triples depuis 30 ans, mais je peux le faire », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il se sentait reconnaissant de pouvoir concourir à ce niveau et qu’il avait trouvé une bonne position. «En parlant aux 15 d’entre nous qui sont arrivés ici, je ne sais pas si c’est encore compris pour nous. Mais nous voulons rester en contact les uns avec les autres, et tous s’assurer que tout va bien.

Retour en haut