Le bénéfice de BP est inférieur aux estimations en raison de la faiblesse des échanges de gaz

Signe BP
Mais le segment du commerce du pétrole a connu un troisième trimestre « très solide »

Le bénéfice de BP Plc au troisième trimestre a rebondi par rapport à la période précédente, mais est resté en deçà des estimations, les faibles résultats dans le marketing du gaz ayant compensé la solide performance du commerce du pétrole.

Les actions de la société ont chuté de 4,1% à 505,2p à 8h03 à Londres.

À l’instar de ses pairs des grandes sociétés pétrolières, les bénéfices de BP ont été bien inférieurs aux niveaux records de l’année dernière, mais élevés par rapport aux normes historiques, les tensions géopolitiques maintenant les prix de l’énergie à un niveau élevé. Les énormes entrées de liquidités ont stimulé une vague de transactions, Exxon Mobil Corp. et Chevron Corp. ayant annoncé deux acquisitions totalisant plus de 100 milliards de dollars au cours du mois dernier, élargissant ainsi leur avance sur les majors européennes.

Le bénéfice net ajusté de BP au troisième trimestre s’est élevé à 3,29 milliards de dollars, en baisse par rapport aux 8,15 milliards de dollars de l’année précédente, mais en hausse par rapport aux 2,59 milliards de dollars de la période précédente, a indiqué la société dans un communiqué du 31 octobre. Ce chiffre est bien inférieur à l’estimation moyenne des analystes. 4,05 milliards de dollars. Le rachat d’actions trimestriel a été maintenu à 1,5 milliard de dollars.

Il s’agit « d’un ensemble de chiffres décevants », a déclaré Stuart Joyner, analyste chez Redburn Atlantic, dans une note. Il espérait une légère augmentation du rachat, à 1,75 milliard de dollars, compte tenu du contexte macroéconomique favorable.

A lire aussi :  Isaac et EBE Tech s'intègrent pour faire gagner du temps aux flottes

L’unité de négoce pétrolier de BP a connu un trimestre « très solide », selon le communiqué. En revanche, le négoce et la commercialisation du gaz ont été « faibles » après avoir connu un début d’année « exceptionnel ». La disponibilité du raffinage a augmenté de 2 points de pourcentage par rapport à l’année précédente pour atteindre 96,3 %, mais les marges ont chuté et la société s’attend à ce qu’elles s’affaiblissent davantage au quatrième trimestre.

Malgré le manque à gagner, la dette de BP a repris sa trajectoire descendante. La dette nette a diminué de 1,3 milliard de dollars pour atteindre 22,3 milliards de dollars.

Les bénéfices des pairs européens de BP, TotalEnergies SE, Equinor ASA et Eni SpA, ont dépassé les attentes la semaine dernière. En revanche, Exxon et Chevron ont manqué leurs estimations.

« Nous restons déterminés à mettre en œuvre notre stratégie, espérons accroître nos bénéfices au cours de cette décennie et sommes sur la bonne voie pour générer de solides rendements pour nos actionnaires », a déclaré Murray Auchincloss, devenu PDG par intérim de BP après la démission surprise de Bernard Looney.

Retour en haut