Le Panama sec risque d’éloigner les gros pétroliers du canal

Un navire au canal de Panama
L’Autorité du canal de Panama a annoncé des limites au trafic quotidien

Le temps sec devrait contraindre les grands pétroliers à cesser complètement d’utiliser le canal de Panama, obligeant les navires à prolonger leurs voyages de plusieurs milliers de kilomètres, a déclaré un chercheur en transport maritime.

L’Autorité du canal de Panama a annoncé début novembre des réductions de plus en plus drastiques du nombre de navires qu’elle autoriserait à traverser chaque jour. Cela est dû au fait que le lac Gatun, qui se trouve au sommet de la voie navigable et alimente les écluses en contrebas, a des niveaux d’eau historiquement bas. D’ici février, les créneaux de transit quotidiens pourraient chuter à environ la moitié de la capacité normale de la voie navigable.

Cela rendra la vie particulièrement difficile pour ce que l’on appelle les tramp-ships, c’est-à-dire les navires qui n’ont pas tendance à avoir des horaires fixes mais qui dépendent plutôt du moment où les cargaisons sont chargées, a déclaré Poten & Partners Inc. dans une note du 3 novembre. Le canal de Panama est un raccourci entre les océans Atlantique et Pacifique et l’éviter signifie plutôt naviguer autour de l’Afrique ou au fond des Amériques.

« Les gros pétroliers ne figureront plus dans ce commerce », a déclaré Poten.

Graphique des niveaux d'eau du lac Gatún

Selon le chercheur, le fait que les porte-conteneurs aient des dates de chargement plus programmées leur permettra de récupérer les créneaux de réservation du canal avant les pétroliers.

Il est également peu probable qu’ils obtiennent des transits via les enchères organisées par le canal pour certains créneaux horaires, ajoute-t-il, citant des frais de 2,85 millions de dollars récemment payés par un très grand transporteur de gaz de pétrole liquéfié.

Tableau des clients du canal de Panama

Ce mois d’octobre a été le plus sec jamais enregistré au Panama depuis le début de la tenue des registres en 1950.

A lire aussi :  Quelle est la prochaine étape pour les carburants alternatifs ?
Retour en haut