Les travailleurs de l’automobile entament une grève dans les usines GM au Canada

Lana Payne
Les pourparlers se poursuivent avec le syndicat Unifor

TORONTO — Les travailleurs de l’automobile ont débrayé dans trois usines de General Motors au Canada au début du 10 octobre après avoir échoué à parvenir à un accord avec le constructeur automobile.

Leur syndicat, Unifor, représente plus de 4 200 travailleurs dans les usines. Ils avaient prévenu qu’ils déclencheraient une grève si aucun accord n’était trouvé avec GM avant minuit, heure locale.

« Nous avons fait quelques progrès tout au long de la journée, mais malheureusement pas assez », a déclaré la présidente d’Unifor, Lana Payne, aux journalistes. Elle a déclaré que le syndicat était toujours en pourparlers avec l’entreprise, mais qu’il y avait « beaucoup de chemin à parcourir pour parvenir à un accord de principe ».

Cette action est intervenue après que les travailleurs d’Unifor ont ratifié un nouveau contrat de travail de trois ans avec Ford à la fin du mois dernier. Ils recherchent un accord similaire avec GM.

« Cette grève est due au refus obstiné de General Motors de respecter l’accord type. L’entreprise sait que nos membres ne laisseront jamais GM briser notre modèle – pas aujourd’hui – ni jamais », a déclaré Payne.

Elle a déclaré que GM ne répondait pas aux revendications du syndicat en matière de retraites, de soutien aux travailleurs retraités et de mesures visant à assurer la transition des travailleurs temporaires vers des emplois permanents à temps plein.

A lire aussi :  Comment toutateam peut révolutionner la gestion d'équipe dans votre entreprise ?

« Nous n’en sommes pas encore là, donc nous sommes sur des lignes de piquetage », a déclaré Payne.

GM a déclaré que même si des « progrès très positifs » avaient été réalisés, l’entreprise était déçue de ne pas être en mesure de parvenir à un accord.

« Nous restons à la table de négociation et nous nous engageons à continuer de travailler avec Unifor pour parvenir à une entente juste et flexible pour nos 4 200 employés représentés à l’assemblage et aux opérations d’Oshawa, à l’usine de propulsion de St. Catharines et au centre de distribution de pièces de Woodstock », Jennifer Wright , le directeur exécutif des communications de GM Canada, a déclaré dans un communiqué.

Payne a déclaré plus tôt que le syndicat disposait d’un grand pouvoir de négociation avec GM parce que l’usine d’Oshawa, en Ontario, travaillait 24 heures sur 24 pour construire des camionnettes Chevrolet rentables. Cependant, dans ses remarques aux journalistes, elle a déclaré que la « démographie », probablement celle d’une main-d’œuvre vieillissante, constituait un obstacle majeur.

Les travailleurs de Ford du Canada ont ratifié à la fin du mois dernier un nouvel accord qui augmente le salaire horaire de base des travailleurs de production de près de 20 % sur trois ans.

Unifor avait auparavant évité de faire grève contre les constructeurs automobiles de Détroit, contrairement à son homologue américain, le United Auto Workers.

Ses membres d’une quatrième usine de GM, l’usine d’assemblage CAMI à Ingersoll, en Ontario, sont couverts par une convention collective distincte et restent au travail, indique le communiqué d’Unifor.

A lire aussi :  Eaton fusionne ses unités en vue de l'électrification

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, avec 315 000 travailleurs dans de nombreux secteurs.

Retour en haut