L’industrie du camionnage fait état d’un deuxième trimestre faible comme on pouvait s’y attendre

camions au quai de chargement
Les volumes de fret et les efforts de déstockage exercent une pression à la baisse sur la demande

L’industrie du camionnage a enregistré un deuxième trimestre faible, les volumes de fret et les efforts de déstockage exerçant une pression à la baisse sur la demande.

« Je dirais que d’un quart de point de vue, c’était mauvais », a déclaré Allison Poliniak-Cusic, analyste de Wells Fargo. « Mais je ne pense pas que c’était inattendu. Si je regarde par rapport aux perspectives antérieures, les volumes ont chuté un peu plus et les prix sont un peu moins bons et je pense que certaines des entreprises s’attendaient à conserver une partie des gains qu’elles ont réalisés pendant la pandémie. Et il est clair que la constitution de stocks de consommateurs, tout combiné, continue de faire baisser cette dynamique de fret.

Poliniak-Cusic a ajouté qu’il n’y avait pas beaucoup de signes de reprise économique. Mais elle a entendu des conversations sur la stabilisation et si l’industrie se redressera l’année prochaine. Elle a noté que même si les conditions sont encore mauvaises, elles ne semblent pas empirer.

« Il n’y a aucun moyen de contourner cela, les choses sont faibles », a déclaré Jason Seidl, analyste chez TD Cowen. « Probablement un peu plus faible que nous le pensions, mais pas beaucoup. Je pense qu’il y a un sentiment dominant que nous avons déjà touché le fond. Je suppose que la grande question, qui reste sans réponse, est de savoir à quelle vitesse allons-nous sortir du fond.

Il ne s’agit pas d’une reprise tirée par le fret ou le volume. Il s’agit vraiment d’une reprise tirée par l’offre.

Allison Poliniak-Cusic

Allison Poliniak-Cusic

L’analyste de Citi, Christian Wetherbee, a souligné que le côté chargement complet de l’industrie a été le plus durement touché. Il a également noté que les perspectives pour le second semestre de l’année étaient également difficiles pour ces transporteurs. Mais le chargement partiel semble plus prometteur, car la déclaration de faillite de Yellow Corp. libère de la capacité et des affaires.

A lire aussi :  Crowley nomme Dennis White pour diriger les opérations de courtage

« LTL est une autre histoire », a déclaré Wetherbee. « Les chiffres n’étaient pas nécessairement excellents pour le trimestre eux-mêmes. Ils allaient probablement bien. Mais les perspectives pour la mi-temps arrière étaient nettement meilleures à cause de ce qui se passe avec Yellow.

« Maintenant, il y avait déjà un certain degré d’amélioration sous-jacente de manière séquentielle dans leur entreprise, qui était là en camions », a déclaré Wetherbee. « Donc, ces tendances étaient cohérentes là où fin avril, peut-être début mai, semblaient marquer le fond, puis nous avons vu une amélioration. »

L’analyste de Stifel Capital Markets, Bruce Chan, a souligné que les efforts de déstockage ont ajouté une pression à la baisse supplémentaire sur les volumes. Le problème est que de nombreux détaillants et entrepôts sont devenus excédentaires, ce qui les a amenés à réduire leurs niveaux de stock.

« Nous nous attendions à une période de déstockage plus importante au deuxième trimestre, ce qui, bien sûr, aurait été un vent contraire », a déclaré Chan. « La configuration était pour un environnement de fret assez doux et en passant à ce qui s’est réellement passé, je pense que les résultats étaient encore plus faibles que cela. Ce que nous avons vu, c’est un déstockage du fret plus important que prévu. »

Chan a ajouté que le déstockage était encore compliqué par les tendances saisonnières du fret. Il a noté qu’il y a certaines marchandises qui ne vont bouger qu’au deuxième trimestre, il devient donc difficile de les déstocker d’ici là.

« Il y a des signes que certains clients du côté du camionnage ont réussi leurs corrections d’inventaire », a déclaré Seidl. «C’est une partie, certainement pas tout. Donc, je pense que nous allons encore travailler sur le reste de cela dans la seconde moitié de l’année. Mais encore une fois, c’est un signe positif, mais je ne dirais pas que c’est un signe extrêmement positif.

A lire aussi :  Les grèves de l'UAW se sont étendues à 38 sites dans 20 États

Seidl anticipe une reprise lente et longue qui devrait se concrétiser au début de l’année prochaine. Mais il ne prévoit pas non plus que les choses s’aggravent, en particulier les taux, ayant peu de place pour baisser.

« Quand vous regardez où se trouvaient certains des taux au cours du trimestre et même au début, peut-être au 3e trimestre, il n’y a nulle part où ils peuvent vraiment baisser », a déclaré Seidl. « Lorsque vous obtenez encore des tarifs sur le marché au comptant qui ne paient même pas pour un chauffeur, sans parler de tous les frais généraux, la réponse n’est pas plus de fret à ces tarifs. La réponse est de meilleurs tarifs et, en fin de compte, je pense que vous obtiendrez cela du groupe. La question est de savoir à quelle vitesse.

Poliniak-Cusic a noté qu’il y avait eu beaucoup de débats au sein de son équipe sur le moment où le revirement se produira. Un problème majeur est l’incertitude autour des consommateurs finaux. Elle a également reçu des signaux mitigés de la part des principaux détaillants, certains commençant à réapprovisionner les stocks et d’autres attendant.

« Une grande partie de ce que vous avez peut-être entendu pendant les résultats, c’est qu’il ne s’agit pas d’une reprise axée sur le fret ou le volume », a déclaré Poliniak-Cusic. « Il s’agit vraiment d’une reprise tirée par l’offre. Cela signifie retirer l’offre du marché pour faire correspondre cette capacité à la demande. Ce qui est probablement une partie de cette stabilisation dont nous entendons parler, cette capacité qui commence à s’ajuster. »

Retour en haut