Tonicité de l’or et du cacao, ternissement du cuivre.

L'or et le cacao restés toniques, le cuivre terni

Les personnes désirant se prémunir contre le risque engendré par la crise qui a ébranlé le domaine bancaire suite à la faillite de la Silicon Valley Bank (SVB), ont commencé à amasser des lingots d’or. Cette tendance a eu pour conséquence une hausse significative du prix de l’or, constatée lors de la semaine du 13 mars. Les investisseurs ont donc cherché à bénéficier des avantages offerts par l’or, considéré comme une valeur refuge en période d’instabilité économique. Cette ruée vers l’or a donc été encouragée par une conjoncture bancaire incertaine, qui a poussé certains à rechercher des actifs plus sûrs.

Le cours de l’or atteint un niveau record depuis avril 2022, s’approchant de son plus haut historique de 2020. Les risques de contagion sur les marchés financiers, tels que la faillite de Silicon Valley Bank et les inquiétudes concernant Credit Suisse, ont contribué à cette hausse. Cependant, il y a des risques de correction technique car les investisseurs profitent de cette hausse pour encaisser leurs profits. La réunion de la Fed, la banque centrale américaine, est l’événement clé de la semaine. Les marchés anticipent une augmentation des taux, mais la crise bancaire pourrait inciter la Fed à être prudente. Si l’inflation persiste et que les taux continuent d’augmenter, cela pourrait peser sur l’or car les obligations d’État américaines deviendraient plus rentables, réduisant ainsi l’attractivité de l’or qui ne génère pas de revenus.

Le prix du cuivre a diminué la semaine dernière sur le London Metal Exchange. Les investisseurs ont été effrayés par les troubles dans le secteur bancaire, malgré les incertitudes qui subsistent autour de l’offre, notamment au Pérou, deuxième pays producteur de cuivre au monde. Le Pérou est empêtré dans une grave crise politique et sociale, ce qui a réduit considérablement l’offre de cuivre. Les troubles ont également causé des entraves considérables au transport, ce qui s’est reflété dans les exportations de cuivre, qui ont baissé d’environ 20% par rapport à la même période l’année précédente. L’incertitude persistante autour de la réouverture de la Chine, important consommateur de métaux de base, est un autre facteur qui pèse sur les cours.

En revanche, les cours du cacao ont remonté la semaine dernière en raison des inquiétudes concernant l’offre des deux principaux pays producteurs de cacao dans le monde, la Côte d’Ivoire et le Ghana. Le temps chaud et sec signalé en Côte d’Ivoire pourrait réduire la production de cacao du pays. Le Ghana a également signalé une maladie dans son cacao, qui pourrait nuire à sa production. Ensemble, le Ghana et la Côte d’Ivoire produisent environ deux tiers du cacao mondial. Les producteurs de cacao s’inquiètent toutefois de l’avenir de l’économie mondiale et de son impact sur la demande, compte tenu des récentes turbulences dans le secteur bancaire et des craintes de récession mondiale.

A propos de l'auteur

Retour en haut