Werner envisage un meilleur retour au semestre 2023 alors que les bénéfices du deuxième trimestre chutent de 59%

Camion Werner Enterprises sur la route
Le PDG de Leathers voit le secteur aux premiers stades de la normalisation

Les bénéfices de Werner Enterprises Inc. ont diminué de plus de moitié au deuxième trimestre 2023, mais les dirigeants du transporteur voient de meilleures perspectives pour le second semestre, en particulier les trois derniers mois.

Le bénéfice net de Werner au deuxième trimestre 2023 a diminué de 59% à 29,9 millions de dollars contre 72,29 millions de dollars un an plus tôt, a annoncé la société le 3 août, ce qui, selon les analystes, n’était pas une surprise.

Werner, basé à Omaha, dans le Neb., a déclaré un bénéfice dilué par action de 47 cents, contre un BPA de 1,12 $ un an plus tôt.

Le chiffre d’affaires total au cours du dernier trimestre s’est élevé à 811,1 millions de dollars, soit une baisse de 25,2 millions de dollars par rapport aux 836,3 millions de dollars de la période de l’exercice précédent, en raison d’une baisse de 43,4 millions de dollars ou de 7 % des revenus des services de transport par camion à 570,2 millions de dollars, bien que cela ait été partiellement compensé par Croissance des revenus de la logistique de 20,7 millions de dollars ou 10 % à 224,5 millions de dollars.

La société a dépassé les attentes de revenus consensuelles de 807,91 millions de dollars, selon Zacks Equity Research.

Werner a également dépassé les attentes d’au moins un analyste concernant son ratio d’exploitation, ce qui donne un aperçu de la façon dont une entreprise réussit à équilibrer ses coûts et sa génération de revenus. Plus le ratio est faible, meilleure est la performance d’une entreprise.

A lire aussi :  La Cour d'appel entend les arguments sur le plan de péage du Rhode Island

L’analyste de recherche de la Deutsche Bank, Amit Mehrotra, a déclaré que le ratio d’exploitation de la société de 90,2 a dépassé les 91 attendus. Cependant, a déclaré Mehrotra, il sera difficile pour Werner d’améliorer ses marges au second semestre sans une amélioration significative des volumes ou des prix.

Werner a déclaré que la baisse des revenus du segment TTS au deuxième trimestre était en grande partie due à une diminution de 42 millions de dollars d’une année sur l’autre des revenus de la surcharge carburant à 76,7 millions de dollars.

Le revenu moyen par camion et par semaine a diminué de 1,1 % d’une année sur l’autre au cours des trois mois qui se sont terminés le 30 juin pour ses opérations TTS à 4 483 $ et a augmenté de 1,5 % au cours de la même période pour ses opérations dédiées à 4 517 $.

Les cadres supérieurs de Werner s’attendent à ce que les conditions commerciales s’améliorent au second semestre, un processus qui, selon eux, a déjà commencé.

« Suite à un environnement de fret modéré en février et mars, le fret a été progressivement plus faible en avril et mai. Cependant, il y a eu une légère amélioration à la mi-juin, qui s’est poursuivie tout au long du mois de juillet », a déclaré le PDG Derek Leathers lors de l’appel trimestriel sur les résultats.

« La majorité de nos clients, avec lesquels nous avons récemment eu un dialogue important sur le sujet, ont indiqué que le déstockage est largement derrière eux. Donc, c’est encourageant », a déclaré Leathers. « Ils sont également encouragés par certaines des données de fond macro que nous voyons tous. Le travail tient bien. Les rapports sur les emplois sont sans doute meilleurs que ce qui était initialement prévu. L’inflation semble diminuer un peu.

A lire aussi :  Les membres de l'UAW débrayent à l'usine de camions Ford Kentucky

« Nous travaillons beaucoup avec des clients gagnants dans l’espace de vente au détail à prix réduit, et ces gens semblent s’en tirer mieux que la plupart. »

Il a ajouté: « Donc, alors que nous rassemblons tout cela et pensons à la moitié arrière, je dirais que nous sommes prudemment optimistes, tout comme eux, mais clairement, vous avez encore ce resserrement devant nous, vous ‘ J’ai un contexte de prêt assez rigoureux, donc c’est difficile à dire. Mais il me semble que nous assistons aux premières manches de ce qui pourrait ressembler davantage à un (quatrième quart-temps) normalisé, avec encore des vents contraires difficiles devant nous au (troisième quart-temps).

Les consommateurs modèrent leurs dépenses discrétionnaires et continuent d’être plus soucieux de la valeur en ce qui concerne les dépenses des ménages, a averti la société dans une présentation accompagnant les résultats.

Retour en haut