La demande mondiale de pétrole atteint un record et les prix pourraient grimper, selon l’AIE

Pumpjack au Texas
La consommation mondiale de carburant a atteint en moyenne 103 millions de barils par jour pour la première fois en juin

La demande mondiale de pétrole a atteint un record dans un contexte de consommation robuste en Chine et ailleurs, menaçant de faire grimper les prix, a déclaré l’Agence internationale de l’énergie.

La consommation mondiale de carburant a atteint en moyenne 103 millions de barils par jour pour la première fois en juin et pourrait encore augmenter en août, l’agence a déclaré dans un rapport. Alors que l’Arabie saoudite et ses partenaires réduisent leurs approvisionnements, les marchés pétroliers se resserrent considérablement.

« La demande de pétrole atteint des niveaux record, stimulée par les forts voyages aériens en été, l’augmentation de l’utilisation du pétrole dans la production d’électricité et la montée en flèche de l’activité pétrochimique chinoise », a déclaré l’AIE basée à Paris. « Les stocks de brut et de produits ont fortement diminué » et « les soldes devraient encore se resserrer à l’automne ».

Le pétrole a atteint cette semaine un sommet de six mois au-dessus de 88 dollars le baril à Londres au milieu de la résurgence post-pandémique de la consommation de carburant et de la restriction de l’offre par l’alliance OPEP+ dirigée par l’Arabie saoudite. Les contrats à terme sur le Brent ont légèrement reculé pour s’échanger en dessous de 87 $ le 11 août.

La chute de la demande mondiale de pétrole pendant la crise du COVID-19 il y a trois ans a stimulé la spéculation selon laquelle la consommation pourrait être proche d’un pic alors que le travail à distance gagnait en popularité et que les gouvernements cherchaient à s’éloigner des combustibles fossiles pour éviter un changement climatique catastrophique.

A lire aussi :  Bolduc et Langenhahn en tête des finalistes du NTDC

Mais les données de l’AIE montrent que, malgré les preuves croissantes d’un réchauffement planétaire montré par les vagues de chaleur et les incendies de forêt de cet été dans l’hémisphère nord, la consommation de pétrole est plus forte que jamais. La Chine représentera 70 % de la croissance de la demande cette année, mais des pays développés étonnamment résilients ont contribué à la dernière poussée.

La transition énergétique devrait avoir un impact l’année prochaine, lorsque la croissance de la demande mondiale sera réduite de moitié pour atteindre 1 million de barils par jour en raison de l’amélioration de l’efficacité des véhicules et de l’adoption des voitures électriques, a déclaré l’AIE.

Mais entre-temps, les marchés mondiaux se resserrent, laissant les stocks de pétrole dans les pays développés à environ 115 millions de barils en dessous de leur moyenne sur cinq ans, selon le rapport. Les stocks mondiaux devraient s’épuiser de 1,7 million de barils par jour au second semestre, et les données préliminaires semblent confirmer des baisses en juillet et août, a déclaré l’AIE.

Les principaux pays consommateurs ont critiqué les Saoudiens et leurs alliés de l’OPEP+ pour avoir restreint les approvisionnements, avertissant qu’un nouveau pic inflationniste comprimerait les consommateurs et mettrait en danger la reprise mondiale. Néanmoins, Riyad a déclaré qu’il pourrait approfondir les réductions actuelles si nécessaire.

La production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses partenaires a plongé le mois dernier à près de son plus bas niveau en deux ans, les Saoudiens ayant mis en œuvre une réduction unilatérale de 1 million de barils par jour. La Russie, membre de la coalition, réduit également ses exportations.

A lire aussi :  L'UAW menace d'étendre ses grèves

Le besoin de brut de l’OPEP au quatrième trimestre semble un peu moins pressant par rapport au rapport du mois dernier, car des perspectives de demande légèrement plus faibles pour la période et un peu d’offre supplémentaire ailleurs réduisent les besoins de production de l’OPEP de 400 000 barils par jour.

Néanmoins, une moyenne de 29,8 millions de barils par jour est nécessaire aux 13 membres du cartel entre octobre et décembre – bien plus que les 27,9 millions par jour qu’ils ont pompés en juillet, selon l’AIE.

« Si les objectifs actuels du bloc sont maintenus, les stocks de pétrole pourraient baisser » de manière significative, a averti l’agence, « avec un risque de faire monter les prix encore plus haut ».

A propos de l'auteur

Retour en haut