La Fed maintient son taux directeur inchangé

Jerome Powell lors d'une conférence de presse
Mais cela laisse présager une nouvelle hausse cette année pour lutter contre l’inflation

WASHINGTON — La Réserve fédérale a laissé son taux d’intérêt directeur inchangé le 20 septembre pour la deuxième fois au cours de ses trois dernières réunions, signe qu’elle modère sa lutte contre l’inflation à mesure que les pressions sur les prix se sont atténuées. Mais les responsables de la Fed ont également indiqué qu’ils prévoyaient de relever les taux une fois de plus cette année.

L’inflation à la consommation est passée d’un sommet d’une année sur l’autre de 9,1 % en juin 2022 à 3,7 %. Pourtant, il reste bien au-dessus de l’objectif de 2 % de la Fed. La dernière décision de la Fed a laissé son taux de référence à environ 5,4 %, résultat de 11 hausses de taux qu’elle a déclenchées à partir de mars 2022.

Les hausses de taux de la Fed ont considérablement augmenté le coût des prêts à la consommation et aux entreprises. En ajustant sa politique de taux, la banque centrale tente de guider l’économie vers un « atterrissage en douceur » délicat de ralentissement de l’inflation sans déclencher une profonde récession.

Les décisions de la Fed ont souligné que même si ses décideurs politiques s’approchent d’un pic de leur taux de référence, ils ont l’intention de le maintenir à son plus haut ou à proximité pendant une période prolongée. En plus de prévoir une nouvelle hausse d’ici la fin de l’année, les responsables envisagent désormais de maintenir les taux à un niveau élevé jusqu’en 2024.

« Le processus visant à ramener l’inflation durablement à 2% a un long chemin à parcourir », a déclaré le président Jerome Powell lors d’une conférence de presse. « Nous avons constaté des progrès et nous nous en félicitons, mais nous devons voir davantage de progrès. »

Dans le même temps, a déclaré Powell, la Fed se rapproche de la fin de son cycle de hausse des taux, avec des preuves que le rythme de la hausse des prix ralentit dans une grande partie de l’économie.

A lire aussi :  La Cour d'appel entend les arguments sur le plan de péage du Rhode Island

«Nous pensons que nous sommes assez proches de l’endroit où nous devons arriver», a-t-il déclaré.

« Nous profitons du fait que nous avons agi rapidement dans le passé », a-t-il ajouté, pour gérer les taux « avec un peu plus de prudence maintenant, alors que nous trouvons en quelque sorte notre chemin vers le bon niveau de restriction dont nous avons besoin pour ramener l’inflation. jusqu’à 2 %.

Les responsables de la Fed prévoient de réduire les taux d’intérêt seulement deux fois l’année prochaine, soit moins que les quatre réductions de taux qu’ils avaient prévues en juin. Ils prévoient que leur taux directeur à court terme sera toujours de 5,1 % à la fin de 2024, soit un niveau supérieur à ce qu’il était depuis la Grande Récession de 2008-2009 jusqu’en mai de cette année.

La tendance des décideurs politiques à maintenir des taux d’emprunt élevés pendant une période prolongée suggère qu’ils estiment toujours que l’inflation pourrait ne pas baisser assez rapidement pour atteindre leur objectif de 2 %. Le marché du travail et l’économie sont restés résilients, contredisant les attentes selon lesquelles la série de hausses de taux de la Fed entraînerait des licenciements massifs et une récession.

Les rendements du Trésor ont fortement augmenté le 20 septembre après que la Fed a publié une déclaration à l’issue de sa dernière réunion politique et mis à jour ses projections économiques. Le rendement des bons du Trésor à deux ans, qui tend à suivre les attentes concernant les actions futures de la Fed, a grimpé de 5,04 % à 5,11 %.

Dans leurs nouvelles projections trimestrielles, les décideurs estiment que l’économie connaîtra une croissance plus rapide cette année et l’année prochaine qu’ils ne l’avaient envisagé auparavant. Ils prévoient désormais une croissance de 2,1 % cette année, contre 1 % prévu en juin, et de 1,5 % l’année prochaine, contre 1,1 % précédemment prévu.

L’inflation sous-jacente, qui exclut la volatilité des prix des produits alimentaires et de l’énergie et est considérée comme un bon indicateur des tendances futures, devrait désormais tomber à 3,7 % d’ici la fin de l’année, mieux que les 3,9 % prévus en juin. L’inflation sous-jacente, selon la mesure privilégiée par la Fed, est désormais de 4,2 %.

A lire aussi :  Toyota double plus que son investissement dans l’usine de batteries NC

L’approche adoptée actuellement par la Fed en matière de hausse des taux reflète une prise de conscience du fait que les risques pour l’économie d’une augmentation trop élevée des taux sont croissants. Auparavant, les responsables s’étaient davantage concentrés sur les risques liés à un manque d’action pour ralentir l’inflation.

En générant des taux d’intérêt nettement plus élevés dans l’ensemble de l’économie, la Fed a cherché à ralentir les emprunts – pour les maisons, les voitures, la rénovation des maisons, les investissements des entreprises, etc. – pour contribuer à alléger les dépenses, modérer le rythme de la croissance et freiner l’inflation.

Bien que de nets progrès en matière d’inflation aient été réalisés, les prix du gaz ont de nouveau augmenté, atteignant une moyenne nationale de 3,88 dollars le gallon au 19 septembre. Les prix du pétrole ont bondi de plus de 12 % au cours du mois dernier seulement.

Et l’économie continue de croître à un rythme soutenu alors que les Américains, soutenus par une croissance régulière de l’emploi et des augmentations de salaires, ont continué à dépenser. Ces deux tendances pourraient maintenir l’inflation et les taux d’intérêt de la Fed à un niveau suffisamment élevé et suffisamment longtemps pour affaiblir les dépenses des ménages et des entreprises ainsi que l’économie dans son ensemble.

Même si l’inflation globale a diminué, les coûts de certains services – de l’assurance automobile et des réparations automobiles aux services vétérinaires et salons de coiffure – continuent d’augmenter plus rapidement qu’avant la pandémie. Pourtant, les données les plus récentes vont dans la direction souhaitée par la Fed : l’inflation en juin et juillet, hors volatilité des prix des produits alimentaires et de l’énergie, a enregistré ses deux chiffres mensuels les plus bas en près de deux ans.

A lire aussi :  La congestion du canal de Panama menace le transport routier américain

Et les signes se multiplient indiquant que le marché du travail n’est plus aussi robuste qu’il l’a été, ce qui permet de contrôler l’inflation. Le rythme des embauches s’est modéré. Le nombre de postes vacants a fortement diminué en juin et juillet. Et le nombre d’Américains qui ont commencé à chercher du travail a bondi. Cela a permis de mieux équilibrer l’offre et la demande de main-d’œuvre et de réduire la pression exercée sur les employeurs pour qu’ils augmentent les salaires afin d’attirer et de retenir les travailleurs – une tendance qui peut les amener à augmenter les prix pour compenser la hausse des coûts de main-d’œuvre.

Toutefois, le retour à une inflation plus faible est devenu plus inégal : sur une base mensuelle, les prix à la consommation ont bondi de 0,6 % en août, soit leur plus fort bond depuis plus d’un an. Par rapport à l’année précédente, les prix ont augmenté de 3,7 %, soit la deuxième hausse consécutive de ce type.

Et certains facteurs menacent de relancer l’inflation, d’affaiblir l’économie, ou les deux. La hausse des prix du pétrole, par exemple, rend l’essence de plus en plus chère. Si cette tendance se poursuivait, cela aggraverait l’inflation et laisserait aux consommateurs moins d’argent à dépenser. Même la grève jusqu’ici limitée du syndicat United Auto Workers contre les trois grands constructeurs automobiles américains pourrait finir par gonfler davantage les prix des véhicules.

La réunion de la Fed de cette semaine intervient alors que les autres banques centrales augmentent leurs taux pour lutter contre l’inflation. Les prix ont grimpé après que la pandémie ait entravé les chaînes d’approvisionnement mondiales, provoquant des pénuries et une hausse des prix. L’inflation s’est aggravée après l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, qui a fait grimper les prix du pétrole et d’autres matières premières.

Retour en haut