Le syndicat canadien fixe la date limite de grève au 29 octobre pour Stellantis

Signe Stellantis
Unifor reprendra les discussions avec le fabricant de Jeep aujourd’hui

Le syndicat canadien des travailleurs de l’automobile a déclaré le 29 octobre 23 h 59 comme date limite de grève pour obtenir un accord de principe avec les constructeurs de Chrysler, Dodge, Jeep et Ram.

Unifor reprendra les négociations avec Stellantis NV le 18 octobre. Il s’agirait du troisième accord pour le syndicat après que les travailleurs de General Motors Co. ont ratifié à une écrasante majorité, le 15 octobre, une convention qui suit le modèle amorcé par Ford Motor Co.

« Notre syndicat attend avec impatience cette prochaine et dernière ronde de négociations avec les constructeurs automobiles de Détroit pour garantir les termes de notre modèle canadien et réaliser des gains supplémentaires importants sur diverses questions spécifiques au lieu de travail de Stellantis », a déclaré la présidente nationale d’Unifor, Lana Payne, dans un communiqué. déclaration. «Nous avons également le défi supplémentaire de négocier de futurs engagements en matière de produits pour l’usine d’assemblage de Brampton, ce qui garantit un avenir à tous nos membres Stellantis dans la transition vers les véhicules électriques.»

Unifor représente plus de 8 200 membres dans les installations de Stellantis au Canada, soit plus que les deux autres constructeurs automobiles. Ces membres travaillent à l’usine de minifourgonnettes Chrysler Pacifica à Windsor, en Ontario; Usine de muscle car Dodge et de Chrysler 300 à Brampton, en Ontario ; Usine de moulage d’Etobicoke, centre de distribution de pièces de Red Deer et centre de distribution de pièces de Mississauga.

« Nous attendons avec impatience des discussions productives en cours avec Unifor et sommes convaincus que nous parviendrons à un accord qui récompensera les contributions de nos employés et garantira notre compétitivité future dans l’industrie d’aujourd’hui en évolution rapide », a déclaré la porte-parole de Stellantis, LouAnn Gosselin. .

A lire aussi :  Mercedes dévoile un camion électrique longue distance

Les dirigeants d’Unifor ont déclaré dans leur déclaration que le syndicat s’attendait à suivre le modèle établi par les rivaux de Stellantis à Détroit. Ces accords de trois ans prévoient une augmentation de salaire de 10 % la première année, de 2 % la deuxième année et de 3 % la dernière année. Ils comprennent également un délai réduit pour atteindre le salaire le plus élevé de huit à quatre ans, des ajustements au coût de la vie, la conversion des travailleurs temporaires en statut permanent, une augmentation des cotisations de retraite, une allocation trimestrielle de soins de santé pour les retraités et des engagements en matière de produits.

Aucune des deux entreprises n’a respecté les délais initiaux proposés par Unifor. Le syndicat a prolongé le délai dans ses négociations avec Ford. Chez GM, 4 300 travailleurs se sont mis en grève pendant environ 13 heures le 9 octobre avant qu’un accord ne soit annoncé.

Stellantis a déjà annoncé un investissement de 2,6 milliards de dollars dans des systèmes électriques et d’autres systèmes à carburant alternatif dans ses usines de Brampton et de Windsor. L’Assemblée de Windsor est actuellement en cours de réorganisation – l’une des raisons invoquées par Payne pour justifier son moindre influence à la table de négociation avec Stellantis lors de la sélection de GM comme deuxième cible. La production à Brampton se termine à la fin de l’année.

Stellantis présente également une complexité supplémentaire par rapport à GM et Ford dans la mesure où elle possède une usine de fabrication de batteries pour véhicules électriques au Canada. Sa coentreprise NextStar Energy avec LG Energy Solution devrait lancer la production au premier trimestre 2024 à Windsor. L’entreprise a commencé à embaucher son équipe de lancement, mais la main-d’œuvre n’est pas syndiquée.

A lire aussi :  La FHWA offre 100 millions de dollars de subventions pour réparer les chargeurs de véhicules électriques cassés

Le syndicat United Auto Workers aux États-Unis a déclaré plus tôt ce mois-ci que GM avait accepté d’inclure dans son accord-cadre les travailleurs syndiqués de l’usine de batteries Ultium Cells du constructeur automobile avec LGES à Warren, Ohio, aux côtés des travailleurs d’assemblage et d’autres travailleurs de la production. Le syndicat a déclaré qu’il souhaitait que Stellantis et Ford suivent, même si leurs usines n’ont pas encore commencé à produire, et encore moins à s’organiser. Stellantis a annoncé deux usines de batteries avec Samsung SDI sous StarPlus Energy à Kokomo, Indiana.

Retour en haut