Le tribunal approuve le calendrier de vente des terminaux jaunes

Camions et remorques jaunes
Les offres de camions et de remorques sont attendues le 13 octobre ; Les offres de terminaux sont attendues le 9 novembre

Le 15 septembre, un tribunal des faillites a approuvé un calendrier pour la vente des terminaux, des camions et des remorques du transporteur de lots partiels Yellow Corp., rendant publiques pour la première fois certaines dates clés.

La première date charnière est le 13 octobre, date limite de soumission pour les camions et remorques de Yellow. Les offres doivent être soumises avant 17 h HAE le 13 octobre, selon des documents judiciaires.

Yellow possédait environ 12 700 tracteurs et 42 000 remorques à la fin du deuxième trimestre 2023, selon les documents de l’entreprise.

Les véhicules seront vendus aux enchères le 18 octobre, si une vente aux enchères est nécessaire. Les soumissionnaires retenus devraient être dévoilés le 23 octobre.

Les avocats de Yellow affirment qu’environ 540 acheteurs potentiels ont contacté l’entreprise ces dernières semaines pour s’enquérir de son matériel roulant et de ses actifs immobiliers.

Environ 2 000 des plus de 12 000 tracteurs ont été achetés grâce à 400 millions de dollars sur un prêt de 700 millions de dollars accordé par le Département du Trésor en 2020.

La demande devrait être forte pour les modèles récents de camions achetés par les contribuables, a déclaré Chris Visser, analyste principal et chef de produit de JD Power, lors de la conférence FTR Transportation 2023 plus tôt cette semaine. Chacun devrait rapporter environ 100 000 dollars, a déclaré Visser.

Les camions plus anciens représentent un pourcentage beaucoup plus important de la flotte de Yellow et n’atteindront qu’un prix d’environ 20 000 dollars, avec une demande bien inférieure, a ajouté Visser.

A lire aussi :  Des taux de fret plus faibles et la marge brute du courtage nuisent aux bénéfices de RXO

Yellow a fixé au 9 novembre la date limite de soumission pour la vente des 169 terminaux ainsi que d’autres actifs non roulants. Une vente aux enchères aura ensuite lieu le 28 novembre si nécessaire, et les noms des enchérisseurs gagnants et des enchérisseurs suppléants seront révélés le 1er décembre.

Le 13 septembre, Estes Express Lines a mis la barre plus haut dans la partie de poker aux enjeux élevés qui déterminera le sort des terminaux, les actifs les plus précieux de l’entreprise.

Estes Express, basé à Richmond, en Virginie, a proposé 1,525 milliard de dollars, la troisième offre à cheval pour la partie la plus précieuse des actifs du transporteur de lots partiels Yellow.

Une offre de traque est une offre initiale sur les actifs d’une entreprise en faillite qui fixe une barre d’enchères bas de gamme afin que d’autres ne puissent pas faire d’offres inférieures.

Old Dominion Freight Line avait précédemment proposé 1,5 milliard de dollars pour acquérir les terminaux le 18 août, sabordant ainsi une offre de 1,3 milliard de dollars présentée par Estes Express le 17 août.

Estes Express se classe n°14 et ODFL, basé à Thomasville, en Caroline du Nord, se classe n°10 sur le TT 100 pour compte d’autrui. ODFL arrive au n°2 dans le classement LTL, tandis qu’Estes Express est le cinquième transporteur du segment.

Le tribunal a également donné le feu vert final à Yellow pour recevoir 142,5 millions de dollars de prêts de MFN Partners et de son collègue fonds spéculatif Citadel Credit Master Fund, selon des documents.

A lire aussi :  Les ventes de SAF-Holland au deuxième trimestre s'envolent grâce à la demande nord-américaine

Connus sous le nom de financement du débiteur-exploitant, les prêts sont destinés à aider le géant du LTL Yellow à liquider ses actifs.

MFN Partners est le principal actionnaire de Yellow. Citadel, basée à Miami, a racheté le prêt de 485 millions de dollars d’Apollo Global Management à Yellow le 11 août.

Un prêt supplémentaire de 70 millions de dollars est également disponible auprès du MFN si nécessaire, ce que le juge américain des faillites Craig Goldblatt a approuvé le 15 septembre lors de l’audience du tribunal américain des faillites du district du Delaware.

Retour en haut