Les grèves de l’UAW se sont étendues à 38 sites dans 20 États

Signe de l'UAW
Stellantis et GM sont visés

Le président du syndicat United Auto Workers a déclaré le 22 septembre que le syndicat étendrait sa grève contre les principaux constructeurs automobiles en débrayant dans 38 usines de General Motors et Stellantis dans 20 États.

Ford a été épargné de nouvelles grèves parce que l’entreprise a répondu à certaines revendications du syndicat lors des négociations de la semaine dernière, a déclaré le président de l’UAW, Shawn Fain.

Le syndicat met en avant les énormes bénéfices réalisés récemment par les entreprises et réclame des augmentations de salaires de 36 % sur quatre ans. Les entreprises ont offert un peu plus de la moitié de ce montant. L’UAW a d’autres revendications, notamment une semaine de travail de 32 heures pour 40 heures de salaire et le rétablissement des régimes de retraite traditionnels pour les nouveaux travailleurs.

Les entreprises affirment qu’elles ne peuvent pas se permettre de répondre aux revendications du syndicat car elles doivent investir leurs bénéfices dans une transition coûteuse des voitures à essence vers les véhicules électriques.

Le contrat de l’UAW avec les constructeurs automobiles a expiré le 14 septembre à minuit et les travailleurs ont quitté une usine d’assemblage Ford près de Détroit, une usine GM à Wentzville, dans le Missouri, et une usine Jeep dirigée par Stellantis à Toledo, Ohio. La grève initiale a impliqué environ 13 000 des 146 000 membres du syndicat.

A lire aussi :  Yellow prolonge la date limite de soumission pour les camions et les remorques

Jusqu’à présent, la grève implique moins de 13 000 des 146 000 membres du syndicat. Les entreprises ont licencié quelques milliers d’autres, affirmant que certaines usines manquaient de pièces détachées à cause de la grève.

Toutefois, l’impact ne se fait pas encore sentir sur les parkings automobiles du pays : il faudra probablement quelques semaines avant que la grève n’entraîne une pénurie importante de véhicules neufs, selon les analystes. Les prix pourraient toutefois augmenter encore plus tôt si la perspective d’une grève prolongée déclenche des achats de panique.

Le syndicat réclame des augmentations de salaire de 36 % sur quatre ans, la fin des échelles salariales inférieures pour les nouveaux travailleurs et, plus audacieux, une semaine de travail de 32 heures pour 40 heures de salaire. Les constructeurs automobiles affirment qu’ils ne peuvent pas se permettre d’accéder aux revendications du syndicat malgré d’énormes bénéfices, car ils doivent investir dans la transition vers les véhicules électriques.

Unifor, qui représente les travailleurs canadiens de l’automobile, a choisi une approche plus traditionnelle : il a choisi le mois dernier une entreprise cible, Ford, et a annoncé un accord de principe cette semaine, quelques heures seulement avant la date limite de grève. Si l’accord est ratifié, Unifor s’attend à ce que GM et Stellantis acceptent des contrats similaires pour les travailleurs canadiens.

A lire aussi :  Freightliner propose un moteur au gaz naturel Cummins X15

Le Detroit News a rapporté le 21 septembre qu’un porte-parole de Fain avait écrit lors d’une discussion de groupe privée sur X, anciennement Twitter, que les négociateurs syndicaux avaient pour objectif d’infliger « des dommages récurrents à la réputation et un chaos opérationnel » aux constructeurs automobiles, et « si nous pouvons les garder blessés pendant des mois, ils ne savent pas quoi faire.

Ford et GM ont saisi ces messages comme un signe de mauvaise foi de la part de l’UAW.

« Il est désormais clair que la direction de l’UAW a toujours eu l’intention de provoquer des perturbations pendant des mois, quel que soit le préjudice que cela cause à ses membres et à leurs communautés », a déclaré GM dans un communiqué.

Le porte-parole de Ford, Mark Truby, a qualifié ces messages de « pour le moins décevants, compte tenu des enjeux pour nos employés, les entreprises et cette région ».

Le porte-parole de l’UAW, Jonah Furman, n’a pas confirmé l’écriture de ces messages, qui étaient liés à la même photo que son compte X, et les a qualifiés de « messages privés » que « vous n’auriez pas dû recevoir », a rapporté le journal.

Retour en haut